Tous les articles par ALMA

Archives : matérialités en question (journée d’étude du 10 février 2012)

Comment repenser la matérialité des archives et ses enjeux dans un contexte de diversification des supports ?

 

         Depuis la fin du XXe siècle, nous assistons à une évolution des formes des archives et, avec le passage au numérique, de nouveaux supports sont apparus. La dématérialisation est devenue une pratique de plus en plus fréquente. Ce contexte a provoqué une reformulation de la définition légale des archives : selon la loi du 3 janvier 1979, celles-ci étaient l’ensemble des documents quel que fût « leur support matériel ».

         Mais la loi du 15 juillet 2008 a retiré toute référence à la matérialité. Pour autant cette dernière ne demeure-t-elle pas une dimension difficilement dépassable et l’effacement de la matérialité est-il même si unanimement souhaité qu’on le dit généralement ?

     Quels éléments de réponse nous apportent des sciences proches de l’archivistique comme les sciences de l’information ou les sciences humaines en général ?

     Que sait-on des mécanismes d’adaptation et des changements d’attitudes des professionnels et des publics ?

     Certains regards sur les archives, celui des artistes notamment, ne viennent-ils pas paradoxalement célébrer la matérialité des archives au moment où elle se relativise ?

 Programme

 9h15    Échange d’une convention de partenariat entre Didier Le Gall, doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines, et Ousmane Mbaye, responsable du pôle Patrimoine documentaire d’EDF (EDF archives/reprographie).

Signature de la convention par Didier Le Gall (Université d’Angers) et Ousmane M’Baye (EDF)

9h30    Ouverture de la journée, Didier Le Gall, doyen de la faculté de Lettres, Langues et Sciences humaines de l’université d’Angers, et Anne Lafon, présidente de l’Association des étudiants et diplômés d’archivistique d’Angers.

9h45    Introduction de la journée, Damien Hamard, archiviste de l’université d’Angers.

 

 I. La matérialité, regards disciplinaires

Sous la présidence de Didier Boisson, professeur des universités en histoire moderne.

 10h05    « Numérique et matérialité : le rôle du support dans le fonctionnement de l’archive », Bruno Bachimont, directeur à la recherche de l’université de technologie de Compiègne.

 10h25     « De quelques aspects juridiques du support », Michèle Battisti, responsable de la veille juridique pour l’Association des professionnels de l’information et de la documentation.

 10h45    « La matérialité des objets d’affection : souvenirs, médiathèques domestiques et patrimonialisations », Véronique Dassié, chercheur associée au laboratoire CITERES (Tours). 

 11h05    Débat

 11h20    Pause 

 

II. Supports, pratiques professionnelles et publics

 Sous la présidence de Jean-Michel Matz, professeur des universités en histoire du Moyen Âge.

11h40    « La dématérialisation de la collecte : vers l’effacement de la matérialité de l’archive ? », Céline Guyon, responsable de la politique de gestion des documents électroniques et des archives au conseil général de l’Aube. 

 12h00    « Du généalogiste au généanaute : des pratiques renouvelées ? », étudiants du M2 professionnel Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers.

 12h20    Pause déjeuner 

14h00    « Les bibliothèques à l’épreuve de la dématérialisation », Claude Poissenot, enseignant-chercheur au département Info-Com de l’IUT Nancy-Charlemagne.

14h20    « Quels repères pour la lecture numérique ? », Claire Belisle, ingénieure de recherche CNRS.       

14h40    Débat 

 

III. Quand l’art parle d’archives 

Sous la présidence d’Yves Denéchère, professeur des universités en histoire contemporaine.

15h00   « Matières confondues », Béatrice Corfmat-Moulun, enseignante en arts plastiques au collège et lycée David d’Angers.   

15h20   « Archives de l’art, art de l’archive : coudoiements et rencontres en matérialité», Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers. 

15h40    Pause    

16h00    « Archives et pratiques contemporaines », Sylvie Mokhtari, responsable de la revue Critique d’Art, éditée par les Archives de la critique d’art. 

16h20    Débat 

16h40    Conclusion, Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers.

 

17h00     Fin de la journée d’étude

 

18h30    Découverte des œuvres de Béatrice Corfmat-Moulun dans son atelier, au 14, rue Roger de la Grandière à Angers (sur inscription).

Le blog des étudiants est ici. Le live-tweet est archivé par l’AEDAA.

Normes et archives : vers des pratiques professionnelles optimisées ? (journée d’étude du 5 février 2010)

Programme de la journée

9h30 : Ouverture de la journée par Didier Le Gall, doyen de la faculté des lettres, langues et sciences humaines de l’Université d’Angers et Anne Lafon, présidente de l’AEDAA.
9h45 : Introduction par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistisque à l’Université d’Angers.

 

I / Le processus de normalisation

Présidence : Véronique Sarrazin.

10h : La commission de normalisation CG46/CN11 de l’AFNOR (Association française de normalisation) : retour d’expérience, par Damien Ferrero, archiviste de l’ADEME.

10h20 : Les normes sont des pratiques professionnelles : exercices de style du métier des archives, la norme Records Management, par Geneviève Drouhet écrivain et ancienne responsable du service d’archives du groupe Médéric.

10h40 : Normalisation/certification de l’archivage externalisé, par André Galistin, président de l’association PAGE (Prestataires en Archivage et Gestion Externalisée).
11h : Discussion.
11h20–11h40 : Pause.

II / Normes et pratiques professionnelles, entre contraintes et adaptations

Présidence : Didier Boisson.
11h40: Le rapport entre l’archiviste, l’archivistique et les normes informatiques ? par Florence Clavaud, déléguée à la formation informatique de l’école nationale des chartes.

12h : Pour une auto évaluation des pratiques de classement en fonction des normes : l’élaboration d’un manuel de procédures, par le groupe Gestion des services du Master 2 Histoire et métiers des archives de l’Université d’Angers.

12h20: Discussion.
12h30–14h : Déjeuner.

14h : Les bâtiments d’archives : quand la pratique construit la norme , par Corentin Sommier, doctorant en sciences humaines , spécialité archivistique au sein du CERHIO UMR – 6258.

14h20 : Exposer des documents patrimoniaux : la norme à l’épreuve de la réalité, par Anne-Hélène Rigogne, adjointe au chef du service des expositions de la Bibliothèque nationale de France.

14h40 : La normalisation : un gage de réussite pour l’archivage numérique, par Michel Jacobson, chef de projet sur l’archivage électronique au département de l’innovation technologique et de la normalisation (DITN) à la direction des Archives de France.

15h–15h20 : Discussion.
15h20–15h40 : Pause.

III / La norme, un moyen d’amélioration de la notion de service ?
Présidence : Jean-Michel Matz.

15h40 : Démarche qualité et certification au sein d’un établissement accrédité : le CHRU de Tours. Retour d’expérience et valorisation de l’image du service central d’archives, par Anne–Marie Bailloux, archiviste hospitalier responsable du service central d’archives du CHRU de Tours.

16h : Les normes ISO 2789 et ISO 11620 : prendre la mesure de la bibliothèque à l’ère du Nouveau management public, par Pierre-Yves Renard, conservateur de la bibliothèque de l’Insee – Animateur de la commission de normalisation française “évaluation des résultats des services documentaires ».

16h20 : La certification ISO 9001 appliquée à la gestion des archives publiques : l’expérience du Centre des Archives de l’Armement et du Personnel, Anne-Élyse Lebourgeois, conservateur du patrimoine au Centredes Archives de l’Armement et du Personnel SHD/CAA.

16h40–17h : Discussion.

17h : Conclusion par Patrice Marcilloux, maître de conférences en archivistique à l’Université d’Angers.
17h30 : Visite de l’exposition Ici des choses volent de Nini Geslin (galerie 5 de la Bibliothèque universitaire d’Angers). 

Le blog des étudiants est ici.

Destructions d’archives : le cas des Comores (1975-2001)

Le 25 avril 2012, une journée d’étude sur les Résonances de guerres dans le monde contemporain   s’est déroulée à la maison des sciences humaines de l’université d’Angers. Elle était organisée par les doctorants en lettres, langues et sciences humaines de l’école doctorale Sociétés Cultures Échanges du PRES L’UNAM.

Charly Jollivet, doctorant en archivistique (CERHIO Angers), a présenté une communication intitulée « Entre instabilité politique, coups d’État, guerres civiles et sécessions : la destruction d’archives aux Comores (1975-2001) ».  En soi, cette intervention est une gageure puisqu’il s’agissait de reconstituer des événements dont les traces sont par définition plus que lacunaires, ce qui a – logiquement – amené Charly Jollivet à trouver des personnes-ressource et à collecter des témoignages oraux, recoupés ensuite avec les traces papier encore existantes, généralement hors des frontières actuelles des Comores   et d’Anjouan.  En effet, seuls 120 ml linéaires subsistent encore à Grande Comore et 20 ml à Anjouan.

Charly Jollivet est revenu sur les deux années qui ont vu la destruction massive d’archives, soit par autodafé, soit par pillage. Dans le cas de Grande Comore en 1977, c’est un épisode révolutionnaire qui a présidé à une élimination systématique et visiblement organisée des archives : ont été brûlés les titres de propriété, d’état civil, les dossiers de personnel , les actes notariés notamment. Tous les ministères ont été touchés.  À Anjouan, c’est également un pilonnage volontaire, maîtrisé et ordonné qui aboutit à la disparition des cartons d’archives de la résidence du gouverneur.  En 1978, c’est un autre type d’intervention qui a amené à la destruction physique de documents à Grande Comore : le bâtiment qui accueillait le service des Archives nationales créé deux années plus tôt a été pillé et les documents ont servi de papier d’emballage aux vendeurs de cacahuètes. 

À travers ces épisodes de grande tension, on peut lire l’inscription volontaire de ruptures symboliques et institutionnelles : en finir avec les privilèges, détruire les documents et empêcher ainsi le retour au régime précédent ; rompre le lien entre les régimes politiques et religieux des deux îles.  Une sorte de « tribunal révolutionnaire des parchemins » pour reprendre l’expression choisie par Michelet pour qualifier les bureaux de triage dans la France de la Révolution[1].

Charly Jollivet s’est également intéressé aux conséquences que ces éliminations de documents ont généré, tant pour la population de ces deux îles que pour le fonctionnement des administrations, tant  du point de vue des preuves juridiques que de celui de la mémoire, mais également dans la conduite et les modes d’évaluation des documents par les archivistes.


[1] Repris dans Cœuré (Sophie), Duclert (Vincent), Les archives, Paris, La Découverte, 124 p., p. 17.