Archives de catégorie : Archives, bibliothèques et société

Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France

Par Valentin Favrie

Valentin Favrie, Les enjeux de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’exemple du Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 74 p.

 En 2003, l’Unesco crée un nouveau classement patrimonial, une liste inscrivant les patrimoines culturels immatériels du monde entier qu’il est important de sauvegarder. Un patrimoine culturel immatériel se définit avant tout par son appartenance à une communauté. Ainsi, cette considération tend à faire reconnaître au niveau mondial que de nombreuses communautés présentes sur la planète possèdent des traditions séculaires, des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être. Il existe autant de communautés que de « traditions » au sens large. En conséquence, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco vise à recenser toutes les communautés ayant un savoir souvent méconnu, et tous les savoirs méconnus produits et transmis par des communautés.

L’enjeu de la sauvegarde de ce patrimoine immatériel réside dans sa définition. Chaque patrimoine étant différent, on a coutume de dire que le patrimoine culturel immatériel est la communauté à laquelle il appartient. En effet, il s’agit de formuler ce qui appartient à la communauté avant d’envisager une méthode pour sa sauvegarde. Celle-ci est aussi compliquée que multiple. Les traditions immatérielles des communautés actuelles sont vivantes, et donc en mutation constante. L’essentiel pour une communauté est par conséquent de conserver d’abord son histoire, en vue de la protéger de l’oubli, puis de la transmettre.

Le Centre de la mémoire de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France (AOCDTF) à Angers s’est donné pour mission de suivre cette démarche. Depuis 2010, les Compagnonnages dcliche_valentin_favrie_droits_reservese France sont enregistrés sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel en tant que « seau de transmission des savoirs et des identités par le métier ». À l’heure des nombreuses mutations technologiques que vivent les métiers artisanaux, il est essentiel, au regard de la communauté compagnonnique, de conserver les anciennes traditions qui font son identité. Or, l’exemple de ce centre montre qu’un patrimoine culturel immatériel, c’est-à-dire des savoirs transmis oralement de générations en générations, peut se matérialiser à travers une multitude d’objets et d’archives. L’objectif de la centralisation de tous ces témoignages est ainsi de s’assurer de leur préservation, en vue d’une transmission interne et d’une communication à un public peu averti. Le centre a pour objectifs de conserver des traces en vue d’une transmission dans une démarche parfois muséale d’accumulation d’artefacts. Les entrées, encore modestes du fait du jeune âge du centre, sont des dépôts de corps de métiers ou des fonds personnels. Les logiques à l’œuvre sont proches de la collection. Les documents et objets qui parviennent au centre sont chargés d’une forte valeur identitaire (timbres, bannières, souvenirs de tours de France etc.) et relativement anciens.

L’étude de ce mémoire s’inscrit donc entre le passé et le futur. Il raconte comment une communauté tente de préserver son histoire d’un avenir incertain. Il ne décrit qu’un exemple parmi d’autres d’une sauvegarde du patrimoine culturel immatériel d’une communauté. Cependant, il pourra éclairer le lecteur sur les enjeux et les difficultés que peuvent poser la sauvegarde d’un savoir bien spécifique.

Du master au doctorat en archivistique

Conformément à l’article 13 de l’arrêté du 7 août 2006 portant sur la formation doctorale, le doctorat porte sur un champ disciplinaire couvert par l’accréditation de l’école doctorale et doit être préparé dans une unité de recherche reconnue. Il est possible à un diplômé de master de préparer une thèse en lien direct avec les archives à l’université d’Angers, au sein de l’école doctorale « Sociétés, cultures, échanges ». Celle-ci peut accueillir – et c’est son originalité – des projets de recherche en histoire des archives mais aussi en archivistique ou en gestion des documents d’activité. Continuer la lecture de Du master au doctorat en archivistique

Les archives, support d’émotions ? Le point de vue des archivistes à l’ère du numérique

Par Sandy Guibert

Sandy Guibert, Les archives, support d’émotions ? Le point de vue des archivistes à l’ère du numérique, mémoire de recherche de master 1 Histoire, Document (métiers des archives) de l’université d’Angers, 2013, 96 p.

Prenant la suite de deux enquêtes menées par Sabine Mas, Louise Gagnon-Arguin et Anne Klein en 2010 et 20121, ce mémoire se fonde sur une enquête par voie de questionnaire réalisée en avril 2013 auprès d’archivistes en activité ou retraités et d’étudiants se destinant aux métiers des archives2. Le but était de recueillir le point de vue d’archivistes sur les relations qu’ils entretiennent avec les documents qu’ils traitent, mais aussi d’appréhender la dimension émotive des archives et son éventuelle influence sur les pratiques professionnelles. Entre support et informations, quels éléments suscitent des émotions chez les professionnels des archives ? La dématérialisation des informations affecte-t-elle les émotions ressenties ?

Les résultats de l’enquête confirment l’existence d’une dimension émotive de certaines archives. Les répondants, au nombre de 86, affirment que les informations contenues dans les documents déclencheraient l’émotion plus que le support même. Pourtant la matérialité des documents ou l’aspect esthétique de certaines archives ne laissent pas totalement indifférents. L’ancienneté de certaines archives et leur apparente fragilité amènent archivistes et lecteurs à réfléchir sur leur mortalité, la brièveté de leur vie comparée à ces documents en théorie éternels. Quant aux documents natifs électroniques, ils suscitent beaucoup d’interrogations, certains participants leur attribuant une dimension émotive potentielle, d’autres refusant de la prendre en compte.

Le contact physique, sensoriel, est donc un puissant vecteur d’émotions, mais il est souvent conjugué avec un autre facteur : un contenu émouvant en tant que tel ; une émotion médiatisée par une autre personne, un lecteur généralement. La perception de l’intimité des personnes et des familles est un élément récurrent dans les réponses des participants. La seconde guerre mondiale et l’Occupation, les spoliations et le génocide juif sont fréquemment cités. L’incarnation de la grande histoire dans un parcours individuel génère empathie et compassion. Mais les émotions suscitées par les archives semblent être de nature individuelle, difficile à partager notamment avec ses collègues, peut-être par souci de préserver un professionnalisme forcément neutre.

Plus qu’une réflexion sur les archives et les émotions qu’elles peuvent provoquer, ce mémoire met en évidence la passion qui anime la plupart des professionnels interrogés. Suivant leur formation ou les missions qu’ils effectuent, les éléments mis en avant par les personnes interrogées divergent. Les archivistes ayant une formation d’historien se démarquent des autres en insistant sur le caractère « historique », ancien, patrimonial des archives, qui sont vues avant tout comme des sources d’histoire. La formation jouerait donc, comme joueraient également les missions exercées : contact physique, consultation prolongée comme lors d’un classement ou d’une valorisation, favorisent la naissance de l’émotion.

Le métier d’archiviste en lui-même suscite des émotions, qu’il s’agisse de la joie d’échanger avec les publics ou du désarroi des professionnels face au mauvais état matériel des documents. Ces émotions ne s’épuisent pas avec le temps. Au contraire. Tout se passe comme si leur réitération accentuait leur intensité.

Consulter le mémoire

_____________________________

1. Sabine Mas et Louise Gagnon-Arguin, avec la collaboration de Aïda Chebbi et Anne Klein, « Considérations sur la dimension émotive des documents d’archives dans la pratique archivistique : la perception des archivistes », Archives, 2011, 42-2, p. 53-64

2. Cette enquête comportait un volet prosopographique important. Certaines questions permettaient de situer les répondants par rapport à l’enquête Pratiques culturelles diligentée par le ministère de la Culture (département des études, de la prospective et des statistiques) depuis les années 1970. De nombreuses réponses libres étaient prévues, permettant de recueillir des témoignages et des données qualitatives.

Pour une reconnaissance des écrits ordinaires : l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA)

Cette association, fondée en 1992, collecte des récits autobiographiques et des journaux intimes sans opérer de sélection, avec un engagement fort, celui de d‘en garantir une lecture empathique qui se traduit dans de petits comptes rendus appelés « échos ». Elle est accueillie par la commune d’Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain, au sein de la médiathèque1.

Á l’origine de cette association, un universitaire, Philippe Lejeune, lui-même diariste, spécialiste des écritures autobiographiques, auteur reconnu de nombreux ouvrages sur la question et promoteur du « pacte autobiographique »2. Philippe Lejeune s’est notamment intéressé aux écritures ordinaires.apa_lejeune_pacte_auto Il en a tiré plusieurs constats. Le premier est que de nombreux auteurs de récits autobiographiques éprouvent le besoin pressant de confier leur production, de la transmettre. L’épicentre n’est pas un désir narcissique d’être reconnu mais bien plus le besoin de se survivre. Au fond, il s’agit pour les auteurs de ces fragments de vie de pouvoir s’auto-archiver. Le second constat est celui de l’insuffisance des institutions et leur incapacité à répondre à cette demande. La famille qui communie dans le collectif se méfie du membre qui joue une partition personnelle en se saisissant de la plume. Au moment du décès, les entourages pensent préserver l’intimité en détruisant correspondances et journaux intimes. Quant aux institutions de conservation, notamment les services d’archives, elles ne sont pas forcément connues des auteurs et elles affichent rechercher des fonds ayant un intérêt collectif3.

Philippe Lejeune a cherché à répondre à cette demande d’auto-archivage en proposant un échange original : texte contre lecture. Il s’est inspiré de l’exemple italien, a recherché un lieu d’accueil et a trouvé Ambérieu-en-Bugey. L’association reçoit environ 150 dépôts par an, les trois quarts sont des récits autobiographiques, 20 % sont des journaux, 5 % des correspondances. Elle comporte 700 membres dont 150 sont très actifs. Une trentaine sont des « échotiers » et se rassemblent en comités de lecture. Les échotiers rédigent des notes ou échos de lecture. Celles-ci, indexées et insérées dans un catalogue, ont pour but d’informer les futurs lecteurs sur la nature et le contenu du texte. Avant publication, l’écho est transmis à la personne qui a déposé le texte qui peut donc réagir si elle le souhaite. Un même texte peut générer plusieurs « échos » autant de lectures et de points de vue croisés. Depuis quelques années, les textes sont relus pour proposer des parcours thématiques : la seconde guerre mondiale, l’amour, le Magreb, la première guerre mondiale. Le professionnel des archives ne pourra que constater l’affectivité de la relation qui s’établit et la subjectivité revendiquée de l’instrument de recherche.

Ces fonds sont ouverts aux curieux et aux chercheurs de toutes disciplines. Sur 3000 dépôts, seuls 75 connaissent un embargo. Derrière cette association et cette belle aventure humaine et humaniste se cache un engagement militant : celui de la revendication de la valeur de tous les écrits personnels.

On notera avec intérêt plusieurs points. Le succès de l’association vient de la promesse d’un échange – manuscrit contre lecture – concrétisé par les notes de lecture, les « échos ». La dénomination est particulière bien choisie, car il s’agit bien de faire écho au don par un contre-don. Il vient aussi de l’identification précise, très spécialisée, d’un lieu de conservation qui assure aux donateurs d’attirer vers eux le type de lecteurs ou de chercheurs souhaités. D’autres facteurs interviennent : la notoriété du fondateur, sa légitimité universitaire, sa production scientifique et l’intervention d’une puissance publique – ici la commune d’Ambérieu-en-Bugey – portant le projet sur le long terme. Tous ces éléments légitiment fortement le périmètre de la collecte par cette association dont les pratiques de classement et de catalogage sont parfaitement originales eu égard aux consensus professionnels national et international.

______________________________

1. Ambérieu, capitale des écrivains anonymes, Télérama, 17 mai 2008, [en ligne] disponible sur http://www.telerama.fr/culture/amberieu-capitale-des-ecrivains-anonymes,28899.php (consulté le 27 décembre 2012).

2. L’Autobiographie en France, Paris, 1971, 272 p., troisième édition mise à jour, Paris, 2010, 216 p. ; Le Pacte autobiographique, Paris, 1975, 360 p., nouv. éd., Paris, 1996 ; Je est un autre : l’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, 1980, 336 p. ; Moi aussi, Paris, 1986, 350 p. ; Pour l’autobiographie., Paris, 1998, 252 p. ; « Cher écran… » : journal personnel, ordinateur, Internet, Paris, 2000, 444 p. ; Signes de vie. Le Pacte autobiographique 2, Paris, 275 p. ; Le journal intime : histoire et anthologie [avec Catherine Bogaert ], Paris, 2006, 506 p.

3. Ce constat doit certainement être nuancé. On notera par exemple avec intérêt que la Bibliothèque nationale de France développe un programme en collaboration avec l’APA d’archivage de blogs et propose un parcours guidé (S’)écrire en ligne : journaux personnels et littéraires. Bernard Massip, «  Une collaboration entre l’APA et la BnF : L’archivage des journauxpersonnels en ligne », La Faute à Rousseau, n° 47, février 2008.

Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception par Véronique Sarrazin

Par Valérie Neveu

 Intervention au séminaire Alma, 22 février 2013

Véronique Sarrazin est maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Angers. Ses travaux portent sur l’histoire de la lecture et des bibliothèques et sur l’histoire de l’édition (XVIIe-XIXe siècles), notamment l’édition des almanachs, objets de sa thèse soutenue en 1997 : Les almanachs parisiens au XVIIIe siècle : production, commerce, culture. V. Sarrazin a également publié avec Claire Lesage et Eve Netchine : Catalogues de libraires, 1473-1810, Paris, BNF, 2006.

La bibliothèque de la ville d’Angers est, au XIXe s., représentative de la situation générale des bibliothèques municipalisées en 1803. Possédant 40 à 50 000 volumes au milieu du XIXe s., elle attire un lectorat peu nombreux et peu diversifié socialement, malgré son statut public. Dans les faits, ses horaires d’ouverture réduits et l’orientation que lui donnent ses bibliothécaires (d’après François Grille, la bibliothèque doit être un « sanctuaire des arts ») la réservent aux professions intellectuelles et libérales et aux rentiers.

Bien que correctement dotée en personnel, la BM d’Angers n’a qu’un faible budget d’acquisition et se repose essentiellement sur les dons qui représentent 70% des acquisitions. La majorité de ces dons provient de collectivités ou d’organismes publics, notamment des concessions gouvernementales. Mais ce n’est qu’à travers le don privé que l’on peut appréhender le geste d’un donateur.

L’interrogation croisée de plusieurs sources (archives municipales, archives internes de la bibliothèque, Journal du Maine-et-Loire), a permis de répertorier 170 dons pour 125 donateurs, de 1816 à 1891. Malgré leur caractère formel et souvent répétitif, les traces laissées par ces dons permettent de déterminer les motivations des donateurs, et de mettre en lumière le processus du don et contre-don (do ut des), thème du séminaire.

 

Le don fait à la bibliothèque, ou à la ville (les donateurs pouvant spécifier l’un ou l’autre destinataire) s’explique d’abord par une démarche présentée comme spontanée – mais en fait, le plus souvent suscitée par le bibliothécaire, qui tisse un réseau de relations à Angers et au-delà, jusque dans les milieux littéraires parisiens. Le donateur-type est un homme, et lui-même auteur dans 70% des cas. Il donne généralement un livre (plus rarement des ensembles de livres) ; 12,5% des donations concernent néanmoins des manuscrits, fiches documentaires, objets. Le donateur est animé par deux motivations principales : être utile à l’instruction publique ; faire preuve de patriotisme local.

 

La notion d’utilité publique est héritée des fondateurs de bibliothèques publiques au XVIIIe s. et des Lumières. Cependant, les donateurs ne sont pas réceptifs au thème de la démocratisation évoqué par F. Grille en 1830. On souhaite élargir le public, par exemple en permettant aux étudiants d’accéder à des documents jusque là réservés aux professeurs : c’est le sens du don de l’herbier Batard en 1818 ; mais sans bouleverser l’origine sociale des lecteurs.

Le patriotisme local (qui fait écho au culte de la « petite patrie » développé par les auteurs antiques) suscite des dons d’habitants d’Angers comme d’expatriés. Il va de soi que le bibliothécaire doit accueillir toutes les œuvres des Angevins, la solidarité locale lui imposant de leur faire bon accueil même si leur qualité littéraire n’est pas démontrée. Cette valeur affective donnée au livre local transparaît dans les correspondances mais pas dans les annonces de presse, plus neutres.

 

Au-delà de l’intention généreuse, les donateurs expriment des attentes variées et souvent, le souhait d’une reconnaissance personnelle : élargir son lectorat ou l’atteindre plus facilement (notamment dans le cadre d’une démarche militante) ; être agréé par le bibliothécaire dont on reconnaît la compétence littéraire ; s’inscrire dans une collection prestigieuse. Pour tout cela, ils font confiance à la bibliothèque et n’expriment que rarement des réserves sur le traitement bibliothéconomique. Au contraire, la pérennité du lieu, son caractère public et la conservation indéfinie des collections sont un puissant facteur d’attraction.

 

Le discours sur le don, tel qu’il se dévoile dans les archives, montre la complexité du processus. Le donateur se situe déjà dans la perspective d’un contre-don. En faisant « l’hommage » d’un livre, c’est lui qui remercie pour des bienfaits déjà reçus de la ville ou de sa bibliothèque. Mais il attend à son tour des remerciements et une reconnaissance qui seront concrétisés par un accusé de réception rapide (le bibliothécaire François Grille inaugure le système des annonces dans la presse locale) et une lettre officielle d’acceptation du don. Pour la ville d’Angers et son bibliothécaire, souligner la générosité du donateur, c’est aussi l’encourager à renouveler ses dons. Ainsi, donateur et bibliothèque s’inscrivent-ils dans un circuit complexe de don et contre-don, une boucle potentiellement sans fin qui ne s’interrompt pas forcément à la mort du donateur puisque des veuves ou des héritiers peuvent perpétuer le geste.

 

Peut-on dire qu’il existe un profil et des comportements spécifiques aux donateurs de la bibliothèque municipale ? Oui, si l’on compare le statut du don fait à la BM avec celui du don fait aux bibliothèques populaires gérées par la municipalité angevine. Ce contre-exemple montre un profil de donateurs sensiblement différent : les femmes sont mieux représentées parmi les donateurs d’ailleurs moins nombreux que pour la BM (18 dons seulement pour la période 1867-1911) ; l’éventail social est un peu plus large. Et surtout les donateurs se disent motivés par le seul souci de servir à l’instruction, dans une démarche militante mais sans connotation patriotique, personnelle ou affective, puisque l’usage du don est laissé « à la convenance » de la ville.

 

Le donateur qui choisit la BM lui est donc attaché par une « prédilection » particulière, que le bibliothécaire a pour mission de reconnaître et d’entretenir, comme le fait François Grille en 1838, dans une lettre de remerciement à Royer Collard qui a été lue en conclusion de la communication.