Archives de catégorie : Archives, bibliothèques et société

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Les premiers résultats de l’enquête ont pu être présentés par Bénédicte Grailles dans le cadre du colloque Les féministes de la deuxième vague, actrices du changement social organisé parle CERHIO (Angers) et   Le Centre d’histoire de Sciences Po (Paris) (21-22 mai 2010, Université d’Angers, programme en ligne).

Ils ont été publiés en 2012 : « Les raisons du don. L’exemple du Centre des archives du féminisme (2001-2010) », dans Bard (Christine) dir., Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, 2012, 260 p., p. 43-58.

 

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Bénédicte Grailles est maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers. Conservatrice du patrimoine, elle a été archiviste aux archives départementales du Pas-de-Calais pendant une dizaine d’années. Ses thèmes de recherche actuels portent sur les relations internationales archivistiques, l’analyse des pratiques professionnelles ou la réflexion archivistique théorique.

L’intervention prononcée dans le cadre du séminaire Le don en archives et bibliothèques : do ut des ? fait état d’une recherche entièrement originale sur les enjeux symboliques de la transmission des archives militantes et les éventuelles contreparties attendues par leurs donateurs ou déposants. Son propos s’appuie principalement sur deux études de cas : le Centre des archives du féminisme d’Angers (CAF) et le Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes. Les différences entre les deux structures sont évidentes : l’une a la personnalité morale (le CHT), l’autre non (CAF) ; l’une rassemble principalement des femmes (CAF), l’autre des hommes (CHT). Mais ces deux centres d’archives partagent un même objectif de collecte militante d’archives elles-mêmes militantes ce qui en fait un échantillon de recherche intéressant. On peut en effet se demander en quoi l’ethos militant, caractérisé par la mise en mouvement collective de l’individu, influence les conditions et modalités du don d’archives.

Les sources mobilisées sont principalement orales : une enquête orale menée en 2009-2010 par les étudiants du master 2 auprès de donatrices du CAF (en ligne), un film produit par le CHT, Avoir 20 ans dans les archives, ainsi que des entretiens réalisés par le centre et donnés à une radio locale.

L’étude confirme en premier lieu des formes du don qui sont sans doute communes à l’ensemble des archives privées, collectives ou personnelles. Beaucoup de fonds parviennent à ces deux centres d’archives en plusieurs fois, de sorte qu’il n’est pas exagéré de dire qu’ils demeurent longtemps à l’état de fonds ouverts toujours susceptibles d’accroissement. Les hésitations ou confusions sur les formes juridiques du transfert, dépôt ou don, sont non seulement la règle mais semblent même volontairement entretenues, le temps de faire connaissance et d’établir une relation de confiance. C’est au bout de cinq dépôts que l’Union féminine civique et sociale accepte de passer au don. Don ou dépôt, le transfert des fonds d’archives est souvent à mettre en relation avec un événement déclencheur : élaboration d’un travail de type histoire militante par le producteur, remise d’une décoration à un responsable de l’association, événement de nature statutaire invitant à un réinvestissement du passé, encombrement matériel bien sûr, mais toujours vécu comme incluant une dimension mémorielle, psychologique, morale.

En même temps, il y a une incontestable spécificité du don d’archives militantes. Par nature le militant s’efface devant le collectif de sorte que le don ne devient légitime que s’il sert le collectif ce qui donne immédiatement une dimension militante non seulement au choix du lieu de conservation mais encore à la préparation du fonds avant transfert. Les fonds détenus par le CAF ou le CHT sont presque toujours des fonds remodelés, triés, expurgés notamment des documents à dimension trop fortement individuelle. Le don d’archives militantes s’accompagne presque mécaniquement d’un mandat implicite : d’une manière ou d’une autre les donateurs souhaitent que le dépositaire des archives prenne en charge une partie du contenu idéologique initial, assure une continuation du combat, permette le dépassement des générations. CAF et CHT ont beaucoup d’activités qui vont au-delà des simples missions de collecte et de conservation : expositions, colloques, publications, conférences, programmation cinématographique.

Ce positionnement se traduit aussi par le besoin d’un après-don, ressenti par beaucoup de donateurs, qui dépasse l’envoi de l’instrument de recherche et qui permette de vérifier que les archives sont effectivement devenues le ferment d’activités conformes à l’idéologie qui a présidé leur production. Les deux centres adoptent des dispositifs institutionnels qui permettent d’associer étroitement à leur fonctionnement des représentants des donateurs ou potentiels donateurs. On note aussi l’importance des stratégies d’accompagnement du don qui cherchent à orienter l’interprétation des archives cédées : récits de vie réitérés par les donateurs, notules et papillons adhésifs de toute sorte, classements et conditionnements préalables.

Au total, c’est un modèle d’archives de communauté qui se dessine, comparable aux Community Archives anglo-saxonnes dans sa volonté plus ou moins consciente de corriger les effets de collecte induits par le système archivistique public, mais différent dans son acceptation naturelle d’un financement public majoritaire comme dans son désir revendiqué d’adossement à la puissance publique, la caution universitaire jouant un rôle central pour le CAF comme pour le CHT.

Autres billets :

Projet de recherche sur le don d’archives

Une enquête orale sur le don d’archives féministes

Le don d’archives féministes : premiers résultats

Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes, une intervention de Bénédicte Grailles dans le séminaire ALMA, le 18 janvier 2013

Programme 2012-2013 (second semestre)

Séance 1 : vendredi 18 janvier 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Bénédicte Grailles (Université d’Angers) : « Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes ».

Séance 2 : vendredi 22 février 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Véronique Sarrazin (Université d’Angers) : « Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception ».

Séance 3 : vendredi 15 mars 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Travaux d’étudiants

 

Toutes les séances ont lieu à la maison des sciences humaines d’Angers, boulevard Lavoisier.

En savoir plus sur le thème du séminaire, ici.

Les archives des chercheurs et le don : enjeux symboliques et pratiques archivistiques. Une intervention de Goulven Le Brech au séminaire ALMA

Goulven Le Brech est archiviste à Sciences-Po Paris après plusieurs années passées à l’EHESS et une première expérience au sein de l’université Paris VII-Diderot. Titulaire d’un DESS en archivistique obtenu à Angers en 2003 après une formation initiale en philosophie, il est aussi impliqué sur le plan associatif en tant que membre du bureau de la section Aurore de l’association des archivistes français1 et anime le blog En attendant Mnémosyne. Son intervention s’appuie notamment sur l’expérience professionnelle acquise dans la collecte au contact des chercheurs. Il a par exemple mené une collecte raisonnée auprès de chercheurs et de laboratoires en sociologie à l’EHESS et une collecte de sauvegarde et d’urgence auprès d’un centre de recherches en biologie moléculaire à Paris VII.

L’objet de son intervention est de s’interroger sur les usages et les stratégies des archivistes dans le contexte particulier des archives de la recherche, tout en convoquant les réflexions d’anthropologues, ethnologues et philosophes. Il relève qu’une des particularités du don d’archives est qu’il s’inscrit dans la durée : un don prend du temps à se concrétiser. Cela implique que la relation entre donateur et receveur s’inscrit dans un temps long. Une autre particularité est le récent avènement de la valeur marchande des documents d’archives, spécifiquement des archives des chercheurs dans un élan de panthéonisation des grands intellectuels, ce qui change le regard porté sur elles par certains d’entre eux ou leurs ayants-droit2.

 

Le don implique une responsabilité en miroir entre donateur et receveur. L’anthropologue Maurice Godelier dans L’énigme de don3, relève que l’institution du don concerne les biens aliénables. Cela invite à se demander si les documents d’archives, que le producteur considère éventuellement comme un bien inaliénable, le sont vraiment. Pourtant, en transmettant les traces de son activité, le chercheur ne fait pas que transmettre un bien matériel. Outre des éléments contingents de la vie de laboratoire, il transmet aussi mais aussi ses doutes épistémologiques4.

 

Sur le plan symbolique, le chercheur, en choisissant le lieu de conservation et de communication, témoigne de son attachement à une communauté scientifique et intellectuelle5. L’archiviste doit lui garantir cet attachement pour que l’échange soit concluant. En même temps, les établissements sont financés par des institutions publiques. Les archives des chercheurs sont liées aux centres de recherches et donc ont des lieux de conservation identifiés en tant qu’archives publiques. Sur le plan juridique, le choix n’existe pas. Sur le plan pratique, il faut souvent trouver des compromis.

 

Autre élément de confusion, l’imbrication entre production du laboratoire et production du chercheur. Une collecte raisonnée d’archives de chercheur doit prendre en compte les différents niveaux : l’établissement, le centre de recherches, le chercheur.

 

Même si logiquement la remise des archives de chercheurs répond à la définition du versement6, il n’est pas inutile de conserver l’idée du don avec ses dimensions symboliques et affectives. Ce qui se donne dans le don d’archives, c’est en fait un bien immatériel qui recoupe la question épistémologique de la transmission du savoir du savoir. Dans le concept de don, hors procédure réglementaire, ce qui sert l’archiviste est l’idée de la remise des archives à une communauté qui continuera à faire fructifier la réflexion du chercheur-donateur.

_________________________________________________

1. Il a, dans ce cadre, participé à l’élaboration du référentiel sur les archives des chercheurs.

2. Le fonds Michel Foucault classé trésor national et convoité par la BNF pour 3, 8 millions d’euros ou le musée des lettres et des manuscrits à Paris qui propose des achats comme placements financiers.

3. Paris, Fayard, 1996.

4. Bruno Latour, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988 (édition en anglais en 1979).

5. Il convient de distinguer le don réel du don symbolique. Jacques Derrida, Donner le temps, Paris, éd. Galilée, 1991 ; Donner la mort, Paris, éd. Galilée, 1992.

6. Les archives publiques, imprescriptibles et inaliénables, doivent, à l’issue d’un tri soumis au contrôle scientifique et technique des Archives de France, être versées à un service d’archives public conservant des archives dites définitives (sauf dérogation). Suivant les cas, il s’agit des Archives nationales ou des archives départementales.

Le don : l’approche de l’université des Appalaches (Etats-Unis). Une intervention d’Elizabeth Cramer et John Boyd

L’intervention du 26 octobre 2012 dans le cadre du séminaire ALMA sur le don nous proposait d’explorer la question du don en archives et en bibliothèques à la lumière de l’expérience d’une bibliothèque universitaire américaine, la Belk Library de l’université des Appalaches située à Boone en Caroline du Nord.

Les deux conférenciers, Elizabeth Cramer et John Boyd, collaborent tous deux au sein de cet établissement. Elizabeth est actuellement en charge de la coordination des services techniques  et du développement des collections de littératures et langues étrangères. Elle a précédemment exercé des fonctions d’archiviste.  John se consacre à la formation des utilisateurs.  Ils se sont appuyés, dans leur exposé, sur leur propre expérience et celles de sept de leurs collègues.

Une collecte liée à une identité locale forte

L’intervention a commencé  par situer l’environnement institutionnel, social, géographique dans lequel cet établissement se déploie.  L’université est implantée à Boone, une petite ville de Caroline-du-Nord (15 000 habitants et 17 000 étudiants). C’est particulièrement important dans la mesure où les caractéristiques et l’histoire de la région des Appalaches du Sud jouent un rôle décisif dans les processus d’acquisition et de don de la bibliothèque. A cette région, en effet, a été longtemps associée une image négative : elle était perçue comme arriérée, peuplée de rustres incultes et violents s’étant illustrés dans la contrebande d’alcool pendant la Prohibition. La mascotte de l’université des Appalaches, Yosef, témoigne de ces stéréotypes, mais aussi de leur évolution. Pourtant cette région est un lieu d’expressions culturelles riches mais méconnues, notamment du côté des musiques traditionnelles, des contes[1]ou de l’artisanat. Dans les années 1970, différents centres de recherche et programmes d’études ont commencé à œuvrer dans le souci de rééquilibrer les points de vue[2].  

Un enrichissement par don encadré

La Belk library, outre sa collection généraliste, entretient deux fonds documentaires spécialisés : la collection des Appalaches qui s’intéresse au folklore, à l’ethnographie, l’histoire locale, la généalogie et la littérature appalachiennes, soit  44 000 volumes et 1 500 fonds d’archives, et la collection spécialisée dans les courses de stock-car[3]. La bibliothèque accepte les dons de livres, CD, DVD ou de documents. Une charte des dons ou politique documentaire définit des critères d’acceptation des dons et les principes applicables. Les dons recherchés sont ceux qui enrichissent les collections et participent à son excellence. Les dons sont acceptés de manière sélective. La bibliothèque se réserve le droit de déterminer le sort définitif de tout don. Les documents peuvent notamment être revendus ou éliminés. Si le don est évalué positivement et conservé, c’est la bibliothèque qui décide de la collection dans laquelle il est intégré. La collection des Appalaches recueille notamment tous les documents relatifs à la région quels que soient leur âge, leur format, que ce soit des documents scientifiques ou de vulgarisation. 

Depuis juillet 2010, les dons ont représenté  le nombre de livres très conséquent de 22 660[4]. 40 % ont effectivement enrichi les collections ; 55 % ont rejoint les ventes de livres[5] et 5% sont partis au recyclage. La collection des Appalaches a recueilli 1 400 collections d’archives dont 450 ont été traités.

Les motivations des donateurs

Elles sont de plusieurs ordres. La conscience d’une valeur historique est une motivation importante. Elle se conjugue éventuellement avec des facteurs humains ou émotionnels. Nombreux sont les donateurs qui évoquent leur répugnance à jeter des livres ou des documents, ce qui est le signe d’un profond respect pour le support comme pour ce qu’il évoque.

Le don est aussi souvent, une transmission, un legs moral : un legs que l’on fait en son nom propre ou un « legs » au nom d’une personne aimée. Il se peut par exemple qu’aucun membre de la famille n’ait d’intérêt pour les papiers familiaux.

La valeur émotionnelle peut être présente. Ainsi une personne a confié le journal intime qu’elle tenait scrupuleusement depuis les années 1970 après avoir appris qu’elle était atteinte d’un cancer généralisé qui ne lui laissait pas d’espoir. Voir acceptés par l’archiviste ces documents très intimes a été pour elle source d’apaisement et  l’a aidée à accepter la mort.

Plus prosaïquement, certains donateurs espèrent valoriser le don par une déduction fiscale. La bibliothèque n’a pas le droit de prendre en charge les expertises d’évaluation. Ce sont les donateurs qui doivent rétribuer l’expert. D’où une éventuelle déception.

Enfin, les dons affluent souvent au moment des déménagements ou des nettoyages des maisons – et des garages –, notamment pour des documents qui relèvent de la collection sur le stock-car.

Leurs attentes

Les donateurs sont clairement informés du sort des livres qui ne seront pas intégrés dans les collections. Ils attendent surtout que la section compétente prenne soin des fonds. Certains espèrent une forte mise en valeur, par exemple une exposition permanente ou une accessibilité par voie électronique, ce qui est une demande de plus en plus fréquente qui a contraint la bibliothèque à réajuster son programme de numérisation.

Les enjeux

La bibliothèque doit convaincre le donateur qu’elle saura respecter ses souhaits.  En même temps, elle doit veiller à proposer à ses usagers des documents accessibles et utilisables. Elle tente donc d’obtenir des donateurs la cession des droits d’auteurs.

La bibliothèque n’accepte aucun dépôt. En cas de conflits familiaux, d’opposition d’un membre de la famille qui refuse de rendre publique la collection, les documents sont retournés.

Certaines conditions posées par les donateurs sont parfois difficiles à respecter dans le temps. De plus, des dons grevés de conditions contraignantes sont parfois acceptés par les autorités universitaires car les demandes émanent de contributeurs financiers. Il est difficile de faire respecter constamment la charte par tout le monde et dans tous les cas.

Une autre difficulté est que l’afflux de dons est chronophage : réception, évaluation et traitement des livres prennent beaucoup de temps. Il faut un appui institutionnel et un personnel suffisants.

D’autres difficultés sont inhérentes aux dons. Des fonds restent ouverts et augmentent régulièrement, ce qui occasionne des difficultés de traitement intellectuel et matériel. Certains éléments sont difficiles à traiter : costumes d’halloween, boîtes de céréales, morceaux de briques etc.

Enfin, il faut réfléchir sur un plan doctrinal à la portée de l’acte de collecte et à la responsabilité du bibliothécaire : la bibliothèque n’entretient-elle pas les stéréotypes préexistants ? Est-elle capable de fournir des contrepoints ? Il faut sans cesse travailler à la construction d’un point de vue équilibré. 

 


[1] Ray Hicks, un conteur, a été reconnu comme trésor national par le Fonds national pour les arts.

[2] Notamment les travaux de Cratis Williams.

[3] Apparues dans le sud des Appalaches, ces courses participent au folklore autour du « Moonshine » (alcool de contrebande). C’est aujourd’hui un sport très suivi (10 millions de passionnés). Beaucoup de recherches universitaires s’intéressent à cette partie du patrimoine régional.

[4] Une même personne a donné une bibliothèque de 5 000 livres.

[5] La bibliothèque s’appuie sur des libraires d’anciens qui reprennent les livres et la fournissent pour une valeur équivalente.

Programme 2012-2013 (premier semestre)

Séance 1 : vendredi 26 octobre 2012 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH d’Angers

 Elizabeth Cramer, John Boyd (Belk Library Appalachian State University) : « Le don, l’approche de l’université des Appalaches (USA) ».

 

Séance 2 : vendredi 23 novembre 2012 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH d’Angers

 Goulven Le Brech (responsable de la mission archives de Sciences Po Paris) : « Les archives des chercheurs et le don : enjeux symboliques et pratiques archivistiques ».

En savoir plus sur le thème du séminaire, ici.