Archives de catégorie : Usages

L’open data : entre enjeux citoyens et impératifs économiques

Par Cécile Hauret et Léna Vuillemenot

Voir la vidéo

Clément Mabi est docteur en Sciences de l’information et de la communication à l’université de technologie de Compiègne. Ses recherches portent sur des concepts tels que la transparence, la communication et la libération des données publiques. En 2014, il a publié un article intitulé « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? » dans le numéro 79 de la revue Mouvements (en collaboration avec Samuel Goëta).

L’open data, c’est-à-dire l’ouverture des données publiques, consiste à diffuser de façon proactive des données administratives. Cela permet à quiconque d’utiliser et partager ces données gratuitement si l’on cite la source. Ce concept rejoint celui d’open government, matérialisé aux États-Unis en 1966 par le Freedom of Information Act. qui pose le droit d’accès aux documents pour quiconque en fait la demande,  En France, la loi CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) de 1978 copie ces dispositions, s’inscrivant également dans une politique de transparence.

L’open data contient l’espoir d’un « nouveau pétrole » et représente un « poumon économique ». Ainsi, il faut trouver un juste équilibre entre les enjeux économiques et un mouvement militant sur la question de la transparence. Car mettre à disposition des données ne provoque pas forcément l’empowerment. Il faut aussi interroger les modes d’appropriation.

L’open data suscite un intérêt parmi les industriels de l’information et un vrai lobbying. Son potentiel économique permettrait de financer la production et l’ouverture des données. L’année 2007 marque un tournant avec l’émergence de la notion d’Open Government Data. Lors de la réunion de Sebastopol en Californie, les acteurs du monde économiques inscrivent l’ouverture des données comme une priorité. La charte du G8 affirme que l’open data doit devenir le fonctionnement par défaut. Des plate-formes sont mises en place, par exemple le site français data.gouv.fr en 2011.

Mais l’open data est-il vraiment en passe de devenir une norme de l’action publique ? Est-ce que cette transparence est réelle ? L’ouverture des données suscite des résistances. Il est difficile de garantir la qualité des informations diffusées car ce sont des données brutes sans contexte. On se contente de les mettre en ligne sans les traiter par manque de ressources. Peu de données sensibles sont libérées. Ainsi, seulement cinq villes ont publié les résultats d’élection par bureau de vote. Et les tentatives de transparence (par exemple l’association Regards citoyens) se sont faites en aspirant des sites et non en réutilisant des données ouvertes. L’open data  nécessite donc une transformation administrative. Or, la loi n’oblige pas la libération des données ; elle se contente d’encadrer l’existence d’un correspondant open data. Constatons que le bilan est faible : une cinquantaine de collectivités engagées, peu de personnels dédiés. 

Clément Mabi conclut son intervention lors de la journée du 6 février 2015 de la clement_mabimanière suivante : la France doit se détacher de la définition anglo-saxonne assez libérale de l’open data, et ainsi se l’approprier à la fois comme un outil moteur sur le plan économique et comme un outil de transparence démocratique.

Archives et démocratie à l’ère du numérique : nouveaux enjeux, nouvelles responsabilités pour les archivistes

 

XIIIe journée d’archivistique d’Angers
6 février 2015

Archives et démocratie à l’ère du numérique : nouveaux enjeux, nouvelles responsabilités pour les archivistes

Programme

9h30 : Ouverture de la journée par Didier Boisson, doyen de l’UFR des Lettres, Langues et Sciences humaines, et Anaël Roinard, président de l’Association des étudiants et diplômés d’archivistique d’Angers (AEDAA). affiche2015

9h45 : Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’université d’Angers : « Archives,citoyenneté et numérique »

Gestion des archives, gouvernance et démocratie

Présidence Yves Denéchère, professeur en histoire contemporaine, directeur de l’école doctorale Sociétés, cultures, échanges

10h00 Charly Jollivet, doctorant et ATER en archivistique (université d’Angers), « Archives, gouvernance et démocratie dans les pays du sud-ouest de l’océan Indien : le cas des Comores »

10h20 Éléonore Alquier, chef de la mission des Archives de France près le ministère des Affaires sociales et de la Santé, « La boîte à outils “un bon archivage pour une bonne gouvernance” du Conseil international des archives : un outil de construction et de consolidation de la fonction archives »

10h40 Geertrui Elaut, Archives de l’État de Belgique, « L’exposition virtuelle « Archives et Démocratie » aux Archives de l’État en Belgique : la sensibilisation du citoyen commence par l’enseignement »

11h00 Débats

11h20 Pause

L’archiviste, l’information publique, les données personnelles

Présidence Éric Pierre, maître de conférences en histoire contemporaine

11h40 Cyril Longin, directeur des archives municipales de Saint-Étienne, « Open data : l’archiviste gouverneur des données ? »

12h00 Marina Marchal, responsable des archives de la Cité des mémoires étudiantes, « Open data et citoyenneté universitaire/étudiante »

12h00 Débats

14h30 Catherine Bernard, directrice-adjointe des archives municipales de Toulouse : « Les archives en open data, une certaine idée du service public ? »

14h50 Enquête des étudiants du Master 2 « Métiers des archives » : « Vie privée et identité numérique chez les étudiants aux métiers des archives, des bibliothèques, et de la documentation »

15h10 Débats

15h30 Pause

Positionnements professionnels, enjeux sociétaux

Présidence Valérie Neveu, maître de conférences en bibliothéconomie

15h50 Clément Mabi, docteur en Sciences de l’information et de la communication, « L’Open Data : entre enjeux citoyens et impératifs économiques »

16h10 : Jean-Philippe Legois, directeur des archives municipales de Sevran, président de la Cité des mémoires étudiantes : « Les archivistes et les données à caractère personnel (#EUdataP) : se mobiliser, se faire comprendre, faire comprendre son rôle, se faire entendre ? Un malentendu ? »

16h30 : Corinne Bouchoux, sénatrice de Maine-et-Loire membre de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), « Que peut faire le législateur ? »

16h50 Débats

17h10 Conclusions par Florence Alibert, maître de conférence en humanités numériques

17h30 Fin de la journée

18h45 Visite de l’exposition Camille Lepage, photojournaliste (Centre culturel Georges-Brassens, Espace culturel Georges-Brassens, allée Georges-Brassens, 49240 Avrillé)

Inscriptions en ligne : je2015angers.wordpress.com/

Twitter : jearchives2015 #jearchives2015

Blog : je2015angers.wordpress.com/

Courriel : journee.detude.2015@gmail.com

La place des archives russes dans le processus de « modernisation autoritaire » de la Fédération de Russie

Par Fanny Bourgin

Fanny Bourgin, Démocratisation et droits de l’homme en Russie depuis 1991. La place des archives russes dans le processus de « modernisation autoritaire » de la Fédération de Russie, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 127 p.

Comment comprendre la place des archives dans la Russie d’aujourd’hui ? Ce mémoire rappelle d’abord que la Fédération de Russie est le résultat d’une maturation de ses institutions vers une « démocratie identitaire ». Son imperméabilité historique puis son ouverture aux idées et fondements de l’Occident à la fin des année 1980 a été à chaque fois l’objet d’une attitude différente envers le passé stalinien et a fortiori envers ses archives. En analysant la législation et en construisant des données statistiques à partir des ressources disponibles sur le site de l’Agence fédérale des archives, ce mémoire tente de démontrer que la prise en compte actuelle des archives de Russie est construite sur un paradoxe lié au caractère protéiforme de son régime mêlant autoritarisme et démocratie libérale.

Depuis l’arrivée de V. Poutine au pouvoir en 2000, on peut faire le constat apparent d’une meilleure prise en compte des citoyens et d’une démocratisation de l’accès aux archives fédérales grâce à des efforts de rationalisation de leur fonctionnement et une institutionnalisation effective. Avec la création du site internet de l’agence Rossarkhiv en 20091, les mises en ligne ont été massives ; fonds fédéraux, instruments de recherche portails documentaires ont ouvert l’accès aux archives d’État à tout le territoire de Russie. Cette large diffusion s’est accompagnée d’une nette amélioration de la relation entre les citoyens et Rossarkhiv identifiée comme service public selon des principes de gouvernance et de transparence des institutions que la Russie ne cesse de perfectionner depuis son entrée au Conseil de l’Europe en 1996.

Cette meilleure prise en compte est néanmoins limitée à servir une politique nationaliste. La révision du stalinisme et le détournement de l’usage des archives de l’époque soviétique par les « programmes fédéraux ciblés » sont l’exemple-type de valorisation unique du patriotisme russe cristallisant certaines revendications pour les droits de l’homme en Russie. Cette contradiction est soulignée par la fermeture légalisée et réglementée des archives staliniennes depuis 2001 devenant ainsi des « tabous nationaux ». Les usages des archives fédérales russes sont des manifestations visibles du caractère autoritaire du régime poutinien qui embrigade la jeunesse, réglemente la vie sociale et culturelle et limite le respect des droits de l’Homme en oubliant les victimes du régime soviétique.

Projets de valorisation de Rossarkhiv (2010-2011). Copyright F. Bourgin.

________________________________

1 Disponible [en ligne] sur http://archives.ru (consulté le 10 juin 2014). Le site contient l’ensemble des sources réglementaires et législatives mais aussi d’importantes données statistiques notamment sur les relations avec les citoyens (dérogations, plaintes…) et la fréquentation des sites fédéraux.

Séminaire 2014-2015 – Programme du premier semestre

Séance 1 : vendredi 24 octobre 2014 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH d’Angers

Véronique Sarrazin, maîtresse de conférences (université d’Angers), Patrice Marcilloux, professeur (université d’Angers), Fonds, collections et régulations sociales : problématiques et pistes de recherche.

Séance 2 : vendredi 7 novembre 2014 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH d’Angers

Marie Ranquet, doctorante (École nationale des chartes), La communication des archives publiques : quelle ouverture pour quelle société ?
L’intervenante étant souffrante, la séance du 7 novembre a été annulée

Retrouver l’argument du séminaire ici.

Les papiers de famille aujourd’hui, objets de mémoire et supports de recherche

Par Anne-Sophie Boisselet

Anne-Sophie Boisselet, Les papiers de famille aujourd’hui, objets de mémoire et supports de recherche. Les archives familiales au service de la généalogie, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 75 p. as_boisselet_couv

Les papiers de famille joue un rôle dans la mémoire familiale ; ils font partie d’un héritage intergénérationnel matériel et constituent des marqueurs historiques constitutifs de l’histoire d’un groupe de parenté, un outil d’affirmation et de construction identitaire. Matérialisation d’un patrimoine familial, ils sont conservés pour permettre à la génération suivante de s’y référer. Sources de première main car leur origine les rend incontestables, ils peuvent être mobilisés et exploités à des fins généalogiques.

L’étude proposée dans le cadre de ce mémoire se concentre sur un cas particulier, celui de Louise, âgée de 80 ans1. Louise a dans un premier temps réalisé la généalogie ascendante de sa lignée maternelle, commencée à la suite du décès de sa mère, comme une forme d’hommage filial. C’est à la suite d’un concours de circonstance qu’elle découvre des papiers de sa famille paternelle chez un cousin. Depuis 20 ans, elle exploite ces documents qu’elle s’est très progressivement vu confier, documents qu’elle s’efforce de lire et d’analyser et qu’elle croise avec des enquêtes et des photographies prises sur le terrain pour réaliser divers arbres généalogiques et dossiers2.

Le mémoire tente d’expliciter les motivations de cette généalogiste face à l’utilisation de ces documents3. L’objectif est de mettre en exergue l’aspect pensé et réfléchi de la conception d’un récit généalogique, influencé par les motivations et aspirations du généalogiste. L’étude de cas montre que la posture de mémorialiste familial permet d’acquérir une position spécifique dans le groupe de parenté4. Elle montre aussi l’importance du caractère influant de l’affect dans la conduite d’une recherche généalogique. Qu’il s’agisse de procédés conscients ou inconscients, les affects, indissociables de l’enquête généalogique, donnent lieu à une généalogie « choisie » qui pose alors la question de l’objectivité du travail achevé et transmis.
____________________________________

1. Louise est célibataire. Ses parents ont divorcé lorsqu’elle était jeune adulte.

2. Sur la question de l’écriture et la réécriture du récit généalogique, Sylvie Sagnes, « De terre et de sang : la passion généalogique », Terrain, revue d’ethnologie de l’Europe, n° 25, 1995 ; « Cultiver ses racines. Mémoires généalogiques et sentiment d’autochtonie », Éthnologie française, n° 34, 2004 ; « Faire saigner ses racines : archives et généalogie », À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses, dans Patrice Marcilloux, sous la dir. de, Angers, Presses universitaires d’Angers, 2009.

3. Il se situe en cela dans la suite de divers travaux : Anne Muxel, Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan, 1996 ; Chantal Rodet, Yves Grafmeyer, sous la dir. de, Le récit généalogique. Conditions et enjeux d’une production, Université Lumière Lyon 2, 2003 ; Patrice Marcilloux, Les ego-archives : traces documentaires et recherche de soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

4. Patrice Cuynet, « La passion ancestrale. Qu’est-ce qui fait courir le généalogiste ? », Le Divan familial, n° 6, 2001.

Heurs et malheurs d’un portail : l’expérience du Rize par Xavier de La Selle

Par Roman Monier et Ambre Privat

Xavier de la Selle a été directeur des archives départementales de l’Aube pendant près de quatorze ans avant de rejoindre Villeurbanne en 2007 pour diriger le futur centre dédié au travail de mémoire, devenu Le Rize. centre mémoires et société, et inauguré en février 2008. Il a été président de l’Association des archivistes français de 2010 à 2013 et entretient des liens étroits avec le monde universitaire.

Le centre mémoires et société est un projet porté par la municipalité de Villeurbanne et un équipement culturel atypique. Le Rize veut contribuer à la cohésion sociale par le travail de mémoire et construire un récit partagé en sollicitant différentes mémoires. Son premier portail, à son image, voulait mettre en lien différentes institutions culturelles de la ville afin de fournir aux Villeurbannais, par le biais de la recherche fédérée, un moyen de construire un « récit collectif ».

L’intervention de Xavier de la Selle visait à tirer un bilan nuancé du premier portail mis en service dès l’ouverture du centre en 2008, portail qui n’a pas tenu ses promesses, ce qui a amené l’équipe à réfléchir en 2013-2014 à sa restructuration et même sa refonte.

Une première expérience inaboutie

Le premier portail du Rize a été conçu comme la représentation virtuelle de ce qu’est le centre, à savoir la réunion de toutes les institutions culturelles et de documentation de la ville de Villeurbanne en un seul équipement (archives municipales, médiathèque municipale, bibliothèque de proximité, lieu d’actions culturelles notamment expositions et de résidences), une sorte de « montage hybride » sur le modèle des écomusées (laboratoire-conservatoire-école). Le portail incarnait le projet politique qui avait voulu une unité du lieu pour assurer une cohérence des ressources. Il s’agissait de créer un espace de vie et de recherche communs, pas seulement dans le but de regrouper physiquement ou de manière pratique ces organismes – une unité par le haut – , mais surtout en vue de mettre en place une unité intellectuelle par le bas.

Cette approche a conditionné le périmètre et les contours du portail. Le recours à la recherche fédérée était le symbole de cette démarche. Elle s’est imposée d’évidence. De même, il était important que les habitants participent au projet. D’où la possibilité de déposer dans une bibliothèque numérique leurs propres documents.

Pour autant, cette vision s’est révélée théorique et n’a pas rencontré les publics ciblés.

Xavier de la Selle voit plusieurs raisons à cet insuccès.

La première est l’absence de fonds archivistiques ou documentaires en ligne en 2008. Le portail a ouvert sans stock d’images, sans numérisation préalable. Il a pu paraître vide de ressources.

La deuxième peut être liée au choix de l’outil1, une solution orientée médiathèque qui identifie parfaitement des documents isolés mais ne gère pas des ensembles d’images, comme un registre à feuilleter.

Une troisième difficulté venait de la qualité insuffisante des exports EAD des descriptions saisies sous Avenio par le service d’archives municipales.

Outre ces raisons conjonctuelles, Xavier de la Selle identifie deux autres points d’achoppement qui mettent en jeu la conception de départ. D’une part, la recherche fédérée semble ne pas avoir été pertinente, la médiathèque ne disposant d’un fonds local. D’autre part, le dépôt en ligne n’a pas fonctionné, car il n’y avait pas vraiment de « communauté » pré-existante.

Une réflexion éditoriale

Entre temps, la médiathèque a développé un site en propre et, parallèlement, le Rize s’est lancé dans une campagne de collecte de témoignages et récits de vie et des opérations de numérisation des archives. Cette situation a permis de reprendre la réflexion avec des données et une approche nouvelle, plus pragmatique, plus orienté vers les archives, une approche ressources tenant compte de l’émergence d’archives orales.

Le nouveau projet devait prendre en compte l’environnement local – une ville de 150 000 habitants – et l’offre existante. Ainsi, l’usage généalogique du portail est forcément limité, puisque les archives départementales ont mis en ligne l’état civil. Les associations généalogiques et les généalogistes amateurs n’ont donc aucun intérêt à utiliser un portail municipal pour ce genre de recherche. De même, on constate l’absence totale d’associations à caractère historique dans la ville.

Dans la refonte du portail, il fallait affirmer les priorités tout en améliorant l’ergonomie. Plutôt que de porter son effort sur la mise en ligne d’instruments de recherche et d’y lier ponctuellement des images, l’idée est d’inverser le regard en plaçant l’image au centre de la réflexion et au cœur du portail. Cette image doit être accompagnée d’une éditorialisation forte en accord avec ce qui se fait sur le site physique du Rize en termes d’action culturelle et d’exposition. L’objectif est de mettre en relation les Villeurbannais entre eux, afin de créer des cercles patrimoniaux concernés par l’histoire locale, et qui en deviendrait les producteurs/acteurs, en sachant qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune documentation écrite ou numérique sur l’histoire de la ville. Il est envisagé de proposer un dictionnaire ou une encyclopédie thématique où serait sollicitée la contribution du public. Une réflexion vis à vis de Wikipédia est également en cours. Cette démarche est exigeante pour l’institution : il faudra un investissement fort du côté de la médiation pour animer et susciter des collaborations.

En conclusion, il s’agit, avec cette nouvelle version du portail du Rize, de valoriser la ville par la participation de ses habitants. Ce projet n’est pas éloigné de certains exemples muséaux tournant autour du concept de musée de la personne tel le centre d’histoire de Montréal, où le témoignage devient objet muséal. L’équipe du Rize espère une mise ligne dès l’été 2014.

________________________

1. Le portail Hermès.