Archives de catégorie : Histoire des pratiques

Les abbayes et leurs archives. Le cas des abbayes d’hommes à Angers, XVIe-XVIIIe siècle

Aude Jagut, Les Abbayes et leurs archives sous l’Ancien Régime. Le cas des abbayes d’hommes à Angers, XVIe-XVIIIe siècles, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire et métiers des archives, 2012, 94 pages.

L’étude des inventaires d’archives anciens a souvent fait la preuve de sa fécondité, tant pour l’histoire des archives elles-mêmes, que pour l’histoire institutionnelle et administrative, l’histoire de l’idée d’État, une histoire des pouvoirs et une anthropologie historique de l’écrit. La période médiévale en a principalement bénéficié. On songe, entre autres, aux travaux d’Olivier Mattéoni sur les archives des chambres des comptes médiévales. Aude Jagut exploite efficacement cette catégorie de sources au service d’une étude des conditions de conservation des archives des abbayes angevines pendant la période moderne. L’étude signale en premier lieu l’importance numérique de cette source, du moins si l’on ajoute aux inventaires généraux des inventaires partiels ou occasionnels, rédigés à l’appui d’un procès ou d’une tenue d’assises : 32 inventaires repérés pour les quatre abbayes de Saint-Aubin, Saint-Nicolas, Saint-Serge et Toussaint. Les informations rassemblées sur les lieux de conservation confirment le stockage d’une partie des archives, mais non de leur totalité, dans des trésors tirant de leur situation topographique une force symbolique sans pareil : avec les ornements et les livres liturgiques, dans le jubé du prieuré de Beaufort. Nombre de clés, statuts de leurs possesseurs, scellés dans certains cas : tout indique que cette partie des archives n’est pas destinée à une consultation régulière mais joue le rôle d’un capital documentaire de référence investi d’une forte valeur symbolique qui rappelle les analyses de Yann Potin sur la localisation du trésor des chartes dans la Sainte-Chapelle. En tout cas, la lecture des inventaires démontre que tout le chartrier des abbayes n’est pas dans le trésor et qu’il est même très dispersé, souvent même entre des mains multiples, prieurs, officiers, fermiers, seigneurs laïques parfois. À partir de la fin du XVIIe siècle, plusieurs facteurs entraînent une intensification de la sollicitation des archives et donc une attention nouvelles aux conditions de leur conservation et de leur gestion. Le développement d’un usage érudit des archives est confirmé : travaux de dom Housseau, de Jacques Rangeard ou Barthélémy Roger. Aude Jagut souligne aussi les conséquences archivistiques de la réforme mauriste (prise de contrôle des archives), de la mise en commende (partage de la mense et recours aux archives), des contentieux juridiques en général. Au final, l’inventaire révolutionnaire du 20 mars 1790 souligne le « très bon ordre » des archives de ces quatre abbayes.

La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002) par Elisabeth Verry

Compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013

 

Élisabeth Verry, directrice des services patrimoniaux du Maine-et-Loire et des archives départementales de Maine-et-Loire, commence son intervention par l’ interrogation suivante : des expositions, pour quoi faire ? Elle relève le désir de montrer les choses, de rendre visible ce qui n’est pas forcément très accessible car ardu, l’envie de faire surgir des richesses enfouies.

Au moment où le service du Maine-et-Loire a commencé à s’orienter vers le média de l’exposition, c’était une option originale que peu de services pratiquaient. L’attente et l’intérêt du public comme des tutelles ont été immédiates et un encouragement. L’environnement était favorable dans les années 1980. Le service était perçu comme un espace de production de culture. Déjà Célestin Port exportait des conférences hors les murs, à l’école normale par exemple. Jacques Levron a initié les premières expositions. Le contexte de la décentralisation a été également un facteur important. Le nouveau bâtiment des archives a bénéficié d’une salle d’exposition et de nouveaux moyens ont été mis à disposition du service.

Exposition des archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition du bicentenaire de la Révolution, salle Célestin Port, Conseil général de Maine-et-Loire

En 30 ans, le service a réalisé a minima 120 expositions, auxquelles il faut ajouter celles auxquelles il a participé. Le premier événement fut le cinquième centenaire du Roi René pour lequel le service a été sollicité. Cela s’est traduit par une exposition dans la chapelle du château d’Angers, accompagnée d’un petit catalogue. Le second événement fut en 1987 le millénaire capétien, qui correspondait à l’arrivée dans le nouveau bâtiment et à l’acquisition des premières vitrines. Il s’agissait de reproduction sur des panneaux. 1989 et le bicentenaire furent un tournant. Le président du Conseil général souhaitait une exposition au Conseil général, accompagné de différents produits (catalogue, cassette vidéo, concours scolaire). Le sujet était délicat mais le traitement fut résolument et fermement historique. En 1991, pour la première fois, les objets sont introduits à côté des documents1. Des expositions hors les murs ont permis d’investir d’autres lieux comme l’abbaye de Fontevraud ou les communes. Le service se dote d’un matériel itinérant. Des valorisations sont systématiquement proposées en parallèle de l’intervention d’archivistes en commune. Avec le cinquantenaire de la Libération se déroule la première collaboration avec un maquettiste. L’idée était aussi de créer une ligne graphique, de réfléchir une identité visuelle et d’associer l’art contemporain. Les caractéristiques de cette exposition furent également une intégration texte image sur des panneaux, des photographies agrandies, des objets véritablement mis en scène. À partir de la fin des années 1990, le décor s’invite vraiment dans les murs des archives2. Début des années 2000, les premiers travaux de numérisation sont lancés avec le cadastre et la carte postale. C’est l’occasion de mettre en valeur aussi le document écrit par une vraie mise en scène. Le décor est devenu l’écrin du document : la roue des documents pour l’exposition sur les enfants assistés ou la table d’écriture pour l’exposition sur la calligraphie. Avec l’exposition sur l’école, apparaît l’image animée en liaison avec les documents.

Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire
Exposition Calligraphie aux archives départementales de Maine-et-Loire. Scénographie Raphaël Aubrun.

En conclusion, le socle reste les collections et leur richesse, en appui avec des facteurs favorables : un anniversaire, un événementiel, un partenaire. Le multimédia est essentiel. Il est aussi important de laisser une trace par des publications imprimées ou en ligne. Les expositions sont aussi des moments où on travaille en équipe, avec l’envie de créer et du bonheur.

1. Médecine et médecine en Anjou,du 3 avril au 10 juillet 1991. Cette exposition rencontra un grand succès et fut présentée dans divers lieux jusqu’au musée de l’hospice Comtesse à Lille.

2. Reconstitution d’une salle d’assises dans l’exposition Droit et justice par exemple.

Programme 2012-2013 (second semestre)

Séance 1 : vendredi 18 janvier 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Bénédicte Grailles (Université d’Angers) : « Don d’archives, don de soi : le cas des archives militantes ».

Séance 2 : vendredi 22 février 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Véronique Sarrazin (Université d’Angers) : « Les dons à la bibliothèque municipale d’Angers au XIXe siècle : intentions et réception ».

Séance 3 : vendredi 15 mars 2013 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Travaux d’étudiants

 

Toutes les séances ont lieu à la maison des sciences humaines d’Angers, boulevard Lavoisier.

En savoir plus sur le thème du séminaire, ici.

Programme 2012-2013 (premier semestre)

Séance 1 : vendredi 26 octobre 2012 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH d’Angers

 Elizabeth Cramer, John Boyd (Belk Library Appalachian State University) : « Le don, l’approche de l’université des Appalaches (USA) ».

 

Séance 2 : vendredi 23 novembre 2012 de 10h00 à 12h00 en salle Germaine Tillion de la MSH d’Angers

 Goulven Le Brech (responsable de la mission archives de Sciences Po Paris) : « Les archives des chercheurs et le don : enjeux symboliques et pratiques archivistiques ».

En savoir plus sur le thème du séminaire, ici.

Une histoire de la salle de lecture en archives départementales

Nicolas Massard, Le Concept de salle de lecture et son évolution dans les services d’archives publics du milieu du XIXe siècle au début des années 1970, l’exemple des archives départementales de Maine-et-Loire, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire et métiers des archives, 2012, 98 pages.

 

S’intéresser à l’histoire des salles de lecture d’archives sur un temps long, c’est une manière non seulement de s’inscrire dans une démarche d’histoire de l’architecture archivistique, telle qu’illustrée par exemple en 2005 par les 10e Livraisons d’histoire de l’architecture, mais encore d’aborder des problématiques aussi centrales de l’histoire des archives au XIXe siècle que l’effacement relatif des communications et expéditions administratives, l’installation de l’histoire comme usage dominant des archives, la définition et la diffusion de pratiques professionnelles en conséquence, la différenciation des archives départementales des autres services préfectoraux, la construction d’une professionnalité. Si l’on est bien armé pour les Archives nationales (travaux de F. Hildesheimer, Véronique Dignac, ouvrage collectif Les Archives nationales, des lieux pour l’histoire), l’étude détaillée de plusieurs cas départementaux reste largement à faire ; elle constitue, au côté des études comparatives internationales, une approche prometteuse. Sur les archives départementales de Maine-et-Loire, Nicolas Massard apporte beaucoup d’éléments nouveaux tant en termes de chronologie que sur le fonctionnement régulé de la salle de lecture et sa fréquentation. L’ouverture de la première salle de lecture autonome et identifiée comme telle date de 1892 sous le nom de « salle destinée au public » avec une surface, considérable, d’environ 40 m2 pour une dizaine de places. L’étude de la fréquentation montre une adéquation satisfaisante entre nombre de lecteurs et capacité d’accueil jusqu’au début des années 1970, date à laquelle on constate un décrochage entre la croissance marquée du public et la stagnation de la superficie dédiée. Surtout, la notion de salle de lecture se révèle structurante et l’existence d’un espace topographique spécifique entraîne toute une série de conséquences notamment en termes de personnel et d’horaires d’ouverture. Les inventaires du mobilier disponibles permettent une ébauche d’archéologie matérielle : avec sa grande table en chêne aux pieds tournés et ses chaises de noyer, le mobilier visible sur une photographie de 1898 est de qualité, sans être luxueux.

Les raisons classificatoires – Programme du séminaire ALMA 2011-2012

 

Séance 1 : jeudi 20 octobre 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Olivier Mattéoni (université de Paris I-Panthéon-Sorbonne) : « Les archives des chambres des comptes médiévales, classements et inventaires anciens ».

 Séance 2 : jeudi 15 décembre 2011 de 10h00 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Olivier Le Deuff (université de Bordeaux III) : « Web et logiques classificatoires ».  

 Séance 3 : jeudi 26 janvier 2012 de 10h00 à 12h00 en salle D038 (bâtiment de l’UFR)

 Damien Hamard (université d’Angers) : « 998… 999… 1 000 adhérents : l’Association des archivistes française en 2000 »

 Séance 4 : jeudi 16 février 2012 de 10h30 à 12h30 en salle Germaine Tillion de la MSH

 Travaux d’étudiants : Marion Brangeon (Les expositions d’archives : un défi pour créer des liens entre visiteurs et organisateurs. Les expositions du service des archives municipales d’Angers, 1985-2010) ; Cécile Delaunay (Le sort des archives administratives d’Ancien Régime pendant la Révolution. Le cas des archives aujourd’hui conservées aux archives départementales de Loire-Atlantique, 1790-an VIII) ; Margot Georges (Les chercheurs en laboratoire et leurs archives, étude d’une représentation des archives. Le cas du laboratoire de pathologie de la Station nationale d’essai des semences, 1993-2011) ; Aude Pouce (L’archiviste dans la seconde moitié du XIXe siècle : un professionnel des archives, un érudit et un notable. L’exemple de Charles (1852-1894) et Louis Loizeau de Grandmaison (1894-1906) en Indre-et-Loire).