Archives de catégorie : Histoire des pratiques

Destructions d’archives : le cas des Comores (1975-2001)

Le 25 avril 2012, une journée d’étude sur les Résonances de guerres dans le monde contemporain   s’est déroulée à la maison des sciences humaines de l’université d’Angers. Elle était organisée par les doctorants en lettres, langues et sciences humaines de l’école doctorale Sociétés Cultures Échanges du PRES L’UNAM.

Charly Jollivet, doctorant en archivistique (CERHIO Angers), a présenté une communication intitulée « Entre instabilité politique, coups d’État, guerres civiles et sécessions : la destruction d’archives aux Comores (1975-2001) ».  En soi, cette intervention est une gageure puisqu’il s’agissait de reconstituer des événements dont les traces sont par définition plus que lacunaires, ce qui a – logiquement – amené Charly Jollivet à trouver des personnes-ressource et à collecter des témoignages oraux, recoupés ensuite avec les traces papier encore existantes, généralement hors des frontières actuelles des Comores   et d’Anjouan.  En effet, seuls 120 ml linéaires subsistent encore à Grande Comore et 20 ml à Anjouan.

Charly Jollivet est revenu sur les deux années qui ont vu la destruction massive d’archives, soit par autodafé, soit par pillage. Dans le cas de Grande Comore en 1977, c’est un épisode révolutionnaire qui a présidé à une élimination systématique et visiblement organisée des archives : ont été brûlés les titres de propriété, d’état civil, les dossiers de personnel , les actes notariés notamment. Tous les ministères ont été touchés.  À Anjouan, c’est également un pilonnage volontaire, maîtrisé et ordonné qui aboutit à la disparition des cartons d’archives de la résidence du gouverneur.  En 1978, c’est un autre type d’intervention qui a amené à la destruction physique de documents à Grande Comore : le bâtiment qui accueillait le service des Archives nationales créé deux années plus tôt a été pillé et les documents ont servi de papier d’emballage aux vendeurs de cacahuètes. 

À travers ces épisodes de grande tension, on peut lire l’inscription volontaire de ruptures symboliques et institutionnelles : en finir avec les privilèges, détruire les documents et empêcher ainsi le retour au régime précédent ; rompre le lien entre les régimes politiques et religieux des deux îles.  Une sorte de « tribunal révolutionnaire des parchemins » pour reprendre l’expression choisie par Michelet pour qualifier les bureaux de triage dans la France de la Révolution[1].

Charly Jollivet s’est également intéressé aux conséquences que ces éliminations de documents ont généré, tant pour la population de ces deux îles que pour le fonctionnement des administrations, tant  du point de vue des preuves juridiques que de celui de la mémoire, mais également dans la conduite et les modes d’évaluation des documents par les archivistes.


[1] Repris dans Cœuré (Sophie), Duclert (Vincent), Les archives, Paris, La Découverte, 124 p., p. 17.