La vie des services d’archives pendant l’Occupation. Le cas du service d’archives municipales de Lorient

Par Jeanne Debleds

Jeanne Debleds, La vie des services d’archives pendant l’Occupation. Le cas du service d’archives municipales de Lorient, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 69 p.

Ce mémoire s’intéresse à l’histoire des archives municipales dans une commune  portuaire presque entièrement rasée en 1943-1944 et chef-lieu du Morbihan. Il permet d’éclairer la situation ordinaire de fonds d’archives communaux face à l’urgence.

Avant-guerre, Lorient ne dispose pas à proprement parler d’un service d’archives même si le bibliothécaire de la ville est en charge de leur suivi et porte d’ailleurs le titre de bibliothécaire-archiviste. Trois ensembles sont alors distingués : les archives anciennes, les archives administratives modernes, les « archives modernes des services techniques ». Les archives historiques sont donc séparées des archives courantes et intermédiaires.

En janvier 1943, l’hôtel de ville est en partie détruit par des bombardements. Les archives jugées les plus importantes, à savoir les archives anciennes pour partie, l’état civil et les registres aux délibérations du conseil municipal, mises à l’abri dans les caves, sont sauvées. Elles sont ensuite évacuées, en même temps que les services de la mairie, jusqu’à la ville d’Auray. Une partie des archives trouve aussi accueil à la ferme-château Le Launey-en-Locon à Ploërdut1.

Après-guerre, le retour des archives s’échelonne entre 1946 et 1947. Elles sont d’abord abritées dans des baraquements provisoires. Lors de la reconstruction de l’hôtel de ville, des locaux d’archivage sont prévus2. L’organisation privilégie la proximité : les archives doivent être stockées à côté des bureaux. On constate que les pertes n’ont pas fait l’objet d’une évaluation juste ; les archives n’apparaissent pas dans la liste des dommages de guerre alors que les destructions sont importantes.

Les lacunes que connaissent les collections des archives municipales de Lorient ne sont donc pas uniquement le fait du hasard ou de l’urgence. Des priorités ont bien été mises en œuvre, des dispositions prises, privilégiant un périmètre de documents en fonction de valeurs et d’usages : valeur patrimoniale pour les archives « anciennes », valeur identitaire pour les registres aux délibérations perçus comme incarnant les libertés communales, valeur d’intimité et d’authentification pour les registres d’état civil.

 _________________________________

1. Elles y occupaient 10 à 12 m² au sol. Deux camions sont nécessaires pour leur transport en 1947.

2. Plans de l’architecte J. Houriez (1954).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *