Destins d’archivistes. Ngo Dinh Nhu (1910-1963), un archiviste hors du commun

Par Meixin Tambay

Meixin Tambay, Destins d’archivistes. Ngo Dinh Nhu (1910-1963), un archiviste hors du commun, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 78 p.

Ngo Dinh Nhu, entré à l’École des chartes en 1934, a été choisi pour cette étude relative au métier d’archiviste et aux liens entre l’exercice des archives et la politique, en raison du caractère singulier de son parcours. L’historiographie française de la décolonisation de l’Indochine a conservé son nom comme acteur de premier plan de la Première République du Vietnam du Sud conduite pendant onze ans par son frère Ngo Dinh Diem. C’est donc son action politique qui a fait l’objet de recherches. Or, Ngo Dinh Nhu fut le premier et aussi l’unique chartiste d’origine étrangère connu à ce jour à réussir le concours d’entrée de l’École nationale des chartes. Pourtant, le personnage n’a pas retenu l’attention du monde des archives. Pour preuve, la Bibliothèque de l’École des chartes ne lui consacra aucune notice nécrologique.

L’étude biographique proposée dans ce mémoire s’articule autour de trois points : le milieu et la formation ; la carrière d’archiviste ; la carrière politique.

Issu d’une famille cultivée avec un père francophone, Ngo Dinh Nhu obtient un baccalauréat en latin, langues et philosophie à Saïgon, puis rejoint en 1931 la France pour y poursuivre des études historiques. Élève brillant et polyglotte, il intègre l’École nationale des chartes en 1934 tout en fréquentant l’École des langues orientales. Il y soutient la première thèse relative à l’Indochine : Moeurs et coutumes des Annamites du Tonkin d’après les écrits des missionnaires et voyageurs européens. Il y tisse également un réseau d’amitiés qui perdurent après son retour, au moins jusque dans les années soixante. Les années parisiennes sont aussi des années d’ébullition intellectuelle et politique. C’est là qu’il rencontre le personnalisme d’Emmanuel Mounier sur lequel il fonde plus tard son projet politique.

En 1939, il rejoint comme directeur-adjoint les archives d’Indochine dirigées par Paul Boudet. Il participe aux projets d’édition de textes du service et prépare des documents pour des expositions à Hanoï et Hué. En 1942, il se voit confier le centre d’archives de Hué et l’organisation des archives du protectorat de l’Annam. Il entreprend des collectes ambitieuses et le classement des documents essentiellement en chinois. Avec l’invasion japonaise en 1945, il conserve son poste de directeur-adjoint des archives puis devient directeur des Archives et de la Bibliothèque nationale à la suite de la proclamation de l’indépendance du Vietnam par Ho Chi Minh jusqu’en 1946.

C’est en 1945 que son engagement politique commence. Ses idées politiques, influencées par les rencontres au cours de sa scolarité française, trouvent une concrétisation après le coup d’État de son frère en 1955. La fin est tragique pour le régime devenu impopulaire et pour lui-même : il est assassiné en 1963.

LBJ nhu
Ngo Dinh Nhu rencontrant Lyndon B. Johnson, vice-président des États-Unis, le 12 mai 1961

4 réflexions au sujet de « Destins d’archivistes. Ngo Dinh Nhu (1910-1963), un archiviste hors du commun »

  1. Mes parents étaient tous deux à l’école des chartes avec Ngo Dinh Nhu et m’ont laissé des documents. Je cherche à entrer en contact par mail avec Meixin Tambay et aimerai avoir communication de son mémoire.
    Marc Bénet

  2. Mesdames, Messieurs,

    C’est avec beaucoup de plaisir de lire votre article sur M. Ngo Dinh nhu. Veuillez m’indiquer dans quel bibliothèque je peux lire ce mémoire de recherche .
    Recevez, Mesdames, Messieurs, mes meilleures salutations.

    PHAM Xuan Canh
    Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *