L’open data : entre enjeux citoyens et impératifs économiques

Par Cécile Hauret et Léna Vuillemenot

Voir la vidéo

Clément Mabi est docteur en Sciences de l’information et de la communication à l’université de technologie de Compiègne. Ses recherches portent sur des concepts tels que la transparence, la communication et la libération des données publiques. En 2014, il a publié un article intitulé « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? » dans le numéro 79 de la revue Mouvements (en collaboration avec Samuel Goëta).

L’open data, c’est-à-dire l’ouverture des données publiques, consiste à diffuser de façon proactive des données administratives. Cela permet à quiconque d’utiliser et partager ces données gratuitement si l’on cite la source. Ce concept rejoint celui d’open government, matérialisé aux États-Unis en 1966 par le Freedom of Information Act. qui pose le droit d’accès aux documents pour quiconque en fait la demande,  En France, la loi CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) de 1978 copie ces dispositions, s’inscrivant également dans une politique de transparence.

L’open data contient l’espoir d’un « nouveau pétrole » et représente un « poumon économique ». Ainsi, il faut trouver un juste équilibre entre les enjeux économiques et un mouvement militant sur la question de la transparence. Car mettre à disposition des données ne provoque pas forcément l’empowerment. Il faut aussi interroger les modes d’appropriation.

L’open data suscite un intérêt parmi les industriels de l’information et un vrai lobbying. Son potentiel économique permettrait de financer la production et l’ouverture des données. L’année 2007 marque un tournant avec l’émergence de la notion d’Open Government Data. Lors de la réunion de Sebastopol en Californie, les acteurs du monde économiques inscrivent l’ouverture des données comme une priorité. La charte du G8 affirme que l’open data doit devenir le fonctionnement par défaut. Des plate-formes sont mises en place, par exemple le site français data.gouv.fr en 2011.

Mais l’open data est-il vraiment en passe de devenir une norme de l’action publique ? Est-ce que cette transparence est réelle ? L’ouverture des données suscite des résistances. Il est difficile de garantir la qualité des informations diffusées car ce sont des données brutes sans contexte. On se contente de les mettre en ligne sans les traiter par manque de ressources. Peu de données sensibles sont libérées. Ainsi, seulement cinq villes ont publié les résultats d’élection par bureau de vote. Et les tentatives de transparence (par exemple l’association Regards citoyens) se sont faites en aspirant des sites et non en réutilisant des données ouvertes. L’open data  nécessite donc une transformation administrative. Or, la loi n’oblige pas la libération des données ; elle se contente d’encadrer l’existence d’un correspondant open data. Constatons que le bilan est faible : une cinquantaine de collectivités engagées, peu de personnels dédiés. 

Clément Mabi conclut son intervention lors de la journée du 6 février 2015 de la clement_mabimanière suivante : la France doit se détacher de la définition anglo-saxonne assez libérale de l’open data, et ainsi se l’approprier à la fois comme un outil moteur sur le plan économique et comme un outil de transparence démocratique.


2 réflexions au sujet de « L’open data : entre enjeux citoyens et impératifs économiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *