Archives, gouvernance et démocratie dans le sud-ouest de l’océan Indien : le cas des Comores (1975-2015)

Par ALMA, Angeline Lebray et Coline Turlan-Labrière

Voir la vidéo

charly_jollivetCharly Jollivet est doctorant en archivistique (UMR CERHIO – Université d’Angers). Il a été en poste aux archives départementales de Mayotte et au service interministériel des Archives de France avant de rejoindre l’université d’Angers comme ATER. Ses recherches portent les archives des territoires issus de la colonie de Madagascar de 1946 à nos jours.

L’intervention de Charly Jollivet à la journée d’étude du 6 février 2015 propose, à travers l’étude du cas des Comores mis en comparaison avec Madagascar, le Mozambique, la Tanzanie, Maurice et les Seychelles, d’explorer le rapport entre gouvernance, démocratie et archives.

Classées comme régime autoritaire et au rang des pays à faible développement humain, les Comores, sur les échelles internationales, accumulent des indices élevés en matière d’évaluation de la corruption. Elles n’ont pas ratifié les conventions internationales de protection des biens culturels. Membre de l’Unesco, elles sont supposées souscrire à la déclaration universelle sur les archives (2011). Elles participent de manière limitée au réseau international du Conseil international des archives par le biais de la branche locale.

Si l’on note une absence de législation comorienne sur les archives, deux décrets présidentiels, dont le plus récent date de 1993, s’appuient sur des notions archivistiques relevant du consensus international : théorie des trois âges, secret professionnel, élimination soumise à visa. Les archives nationales ont été créées en 1979 au sein d’une institution de recherche dont la vocation n’est pas uniquement culturelle, le Centre national de documentation et de recherche scientifique (CNDRS). Elles ont été installées dans l’ex-siège de la police politique du régime d’Ali Soilihi, avec l’idée d’en faire un lieu de mémoire1. Le manque de moyens est patent et constant. Seuls les responsables sont formés et le renouvellement est très important : en 2012, seuls deux archivistes formés sont en poste. Dans ces conditions, l’établissement d’une politique de collecte est rendu impossible. Les archives sont abandonnées aux administrations. On ne trouve que 153 articles recensés sur la page Web consacrée aux Archives nationales, sachant que les usagers cherchent majoritairement à satisfaire un besoin administratif et de preuve.

Les Comores ne sont pas un modèle de démocratie et sont de ce fait comparables avec leurs proches voisins. Même si les Comores n’ont pas ratifié les conventions de l’UNESCO relatives aux biens culturels, une partie de la classe politique et des hauts fonctionnaires ont pris conscience de l’intérêt d’une bonne gestion administrative, comme élément constitutif du patrimoine. Mais la bonne volonté des dirigeants ne suffit pas à infléchir les comportements dans la durée. L’état civil n’est par exemple toujours pas fiable. La mauvaise gouvernance du pays et son histoire récente particulièrement mouvementée ont enfanté une mauvaise gestion des archives. Cet état induit une connaissance imparfaite des archives par les citoyens, et donc de leurs droits. Heureusement pour les Comoriens, la vigueur démocratique ne se résume pas qu’aux archives et la parole dans les Comores est relativement libre.

______________________________

1. Sur la situation des archives aux Comores à cette période, Charly Jollivet, « Entre instabilité politique, coups d’État, guerres civiles et sécessions : la destruction des archives aux Comores (1975-2001) », Quaina, 11 p., [en ligne].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *