Les chercheurs et leurs archives : étude des représentations dans les laboratoires des sciences du végétal

Par Margot Georges, doctorante en archivistique

Le rapport qu’entretiennent les producteurs d’archives avec celles-ci demeurent peu étudié à l’heure actuelle. Si des champs de recherche

Ill. Margot Georges

autour des archives comme source d’émotion ont émergé il y a quelques années au Canada, ces études portent essentiellement sur l’archive comme objet d’art ou source d’art1. La place des archives dans la société et leur valeur pour les individus sont également interrogées mais cela concerne plutôt la société civile2. Pourtant, comprendre comment un producteur d’archives se représente les archives, est un enjeu majeur pour les archivistes responsables de la collecte.

Et s’il est un domaine où ce besoin est important et soulevé depuis de nombreuses années, c’est bien celui de la recherche. En témoigne d’ailleurs, les articles ou enquêtes qui y font référence3, particulièrement pour les sciences humaines et sociales4. Il n’est pas possible, dans un travail de thèse, de couvrir toutes les disciplines de recherche et l’ensemble du territoire, si ce n’est international, du moins national. Le choix du périmètre s’est donc porté sur les sciences du végétal en Île-de-France et en Anjou, régions retenues pour leur dynamisme et l’ancienneté de leur recherche en ce domaine.

Pourquoi les sciences du végétal ?

Les sciences du végétal s’attachent à un matériel vivant et évolutif : le végétal ou, plus précisément, l’ensemble des végétaux, des fleurs aux légumes en passant par les arbres, spécialisés ou de grande culture. Elles les étudient sous toutes les échelles – de la molécule à la communauté –, au travers de l’ensemble de son cycle de vie – de la semence à la reproduction ou multiplication en passant par leur santé et leur qualité –, et à des niveaux d’application variés – de la plus fondamentale à la plus appliquée. Cette large couverture constitue le premier intérêt, mais choisir ce domaine d’activité comme lieu d’observation et d’analyse en présentent d’autres. Tout d’abord on relève une inscription dans le temps variée suivant les champs de recherche : le passé avec la conservation et l’étude d’anciennes variétés, le présent avec l’étude des pathologies végétales ou le futur autour des organismes génétiquement modifiés ou également la conservation des variétés. Ensuite, on constate des niveaux d’encadrement juridique plus ou moins élevés du fait de la recherche sur les OGM. En outre, la recherche privée dans ce domaine est également assez développée. Et enfin il existe un fort attachement des chercheurs à leur objet d’étude : le végétal. Ce dernier étant d’ailleurs parfois – souvent ? – considéré par les chercheurs comme « une archive ».

Comment étudier ces représentations ?

Pour analyser le rapport qu’entretiennent les chercheurs en sciences du végétal avec les archives, nous mobilisons un cadre conceptuel issu de la psychologie sociale, celui des représentations sociales. Trois angles de vue théoriques5 peuvent être choisis pour comprendre ce concept : l’un descriptif – les représentations sociales sont « une façon de voir » –, le deuxième conceptuel – elles sont un « ensemble de connaissances, d’attitudes et de croyances concernant un objet » –, et le troisième opérationnel – elles sont un « ensemble d’éléments cognitifs liés par des relations ». Sur le plan méthodologique, enquêtes quantitative et qualitative doivent se compléter. La première passe par l’administration d’un questionnaire auprès de l’ensemble des chercheurs de l’échantillon retenu. L’objectif est d’objectiver et de quantifier les représentations de manière globale, leur organisation et leurs liens. Le qualitatif sera apporté par des entretiens oraux et une cartographie. Actuellement le questionnaire de la première enquête a été testé par des chercheurs en sciences du végétal du centre Inra Orléans-Tours6 et est en cours de diffusion.
_____________________________

1.  Voir les travaux de Sabine Mas, Anne Klein et Yvon Lemay notamment : Sabine Mas et Anne Klein, « L’émotion : une nouvelle dimension des archives », Archives, 42, 2011, p. 5-8 ; Yvon Lemay et Anne Klein dir. , Archives et création : nouvelles perspectives sur l’archivistique, cahier 1 et cahier 2, Montréal, Université de Montréal, École de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI), 2014-2015 ;

2 . Patrice Marcilloux, Les égo-archives, Rennes, PUR, 2013, 252 p.

3 Odile Welfelé, « Organiser le désordre : Usages du cahier de laboratoire en physique contemporaine », Alliage, n°37-38, 1998. Christine Cazenave éd. , Conservation et valorisation du patrimoine des organismes de recherche, FréDoc 2006, 3ème formation des réseaux de la documentation, Chaumont-sur-Tharonne, 10-11-12 octobre 2006, Saint-Etienne, publications de l’université de Saint-Etienne, 2007, 170 p.

4 . Roxane Silberman, Les sciences sociales et leurs données, Rapport pour le compte du Ministère de l’Education nationale, de la recherche et de la technologie, Paris, 1999, 83 p. ; Françoise Cribier, Élise Feller, Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales, rapport présenté au Ministère délégué à la Recherche et aux nouvelles technologie, Caen, 2003, 120 p.

5 . Claude Flament, Michel-Louis Rouquette, Anatomie des idées ordinaires. Comment étudier les représentations sociales, Paris, Armand Colin, 2003, p. 7.

6 . Par des chercheurs de l’unité d’amélioration génétique et physiologie forestière (AGPF) et du conservatoire génétique des arbres forestiers de l’ONF (CFAF-ONF) que je remercie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *