Conclusions de la XIVe journée d’étude d’archivistique d’Angers

Par Pascal Isambert et Emmanuel Petit

C’est par une conclusion de Patrice Marcilloux, professeur des Universités en archivistique à l’Université d’Angers, que s’est achevée la XIVe journée d’étude. P. Marcilloux a choisi de l’articuler autour de trois concepts : normalisation, attachement et reformulation.

Pourquoi évoquer la normalisation ? La valorisation culturelle des archives se rapproche désormais de celle des autres institutions culturelles, les pratiques se normalisent et intègrent de nouvelles activités et formes d’expression (représentations théâtrales, concerts, performances de danse, etc). Elle est aujourd’hui devenue un objectif incontournable de la plupart des professionnels et n’entre plus nécessairement en opposition avec les missions autrefois jugées plus « légitimes » par les archivistes.

Pour autant l’attachement subsiste car l’activité de médiation reste un sujet considéré comme « appartenant » aux archivistes. Il s’agit d’un projet devant être géré (du moins en partie) en interne, par des professionnels formés et intégrés au service. L’attachement des archivistes à l’action culturelle passe aussi par une certaine vision du contenu, un contenu qui doit rester sérieux et qui repose, en grande partie, sur la place accordée aux documents d’archives dans les manifestations.

Néanmoins, il y a bien reformulation, à savoir une évolution des idées qui gravitent autour de l’action culturelle. P. Marcilloux constate que le mot « démocratisation » n’a pas été prononcé dans les discussions de la journée. Il y voit un déplacement des priorités traditionnelles de l’action culturelle en archives. Au programme classique de vulgarisation et de démocratisation de la culture, une place nouvelle s’est dégagée autour de l’émotion, de la sensibilité et du rapport de chacun à l’histoire individuelle.

P. Marcilloux a par ailleurs évoqué l’interdisciplinarité qui est le résultat des trois idées présentées précédemment : les archivistes ont aujourd’hui un intérêt certain à mettre en place des partenariats afin de pouvoir mettre à profit les connaissances et les expériences d’autres professions, d’autres secteurs ou d’autres institutions culturelles. Il s’agit alors de repenser la place de l’archiviste dans le domaine de la médiation culturelle. « Aujourd’hui, le colloque de Lyon marque la fin d’un cycle. Le panel s’élargit désormais, l’archiviste n’est plus le seul acteur dans la sphère de la médiation culturelle » a-t-il ajouté avant de conclure par une autre série de mots qui, à son avis, définissent toujours autant l’action culturelle autour des archives : «  Passion, plaisir, échange, découverte ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *