Introduction à la XIVe journée d’étude d’archivistique d’Angers

Par Pascal Isambert et Emmanuel Petit

Il revenait à Xavier Laubie, directeur du Service historique de la Défense de Brest, de prendre la parole afin d’introduire la XIVe journée d’étude d’archivistique d’Angers. À ses yeux, le questionnement de la présente journée se place dans la continuité directe du colloque tenu à Lyon en 2005 sur L’action éducative et culturelle des Archives1. Dix ans après, où en est-on ?

Le colloque de Lyon intervenait cinquante ans après la création des premiers services éducatifs, quatre ans après la circulaire du Premier Ministre du 2 novembre 2001 « fondatrice dans le sens où elle consacre la vocation culturelle et pédagogique des archives », dans un contexte marqué par une dynamique de déploiement et de foisonnement culturel, voire artistique, et conforté par les lois de décentralisation et l’inscription dans le Code général des collectivités territoriales. «  Le colloque de Lyon, je l’ai considéré comme un véritable marqueur dans l’évolution de la politique culturelle et dans le paysage culturel des Archives », nous explique X. Laubie.

Le colloque de Lyon s’était déployé autour de deux grands axes : d’une part l’articulation entre actions pédagogiques et actions culturelles, passait par la diversification de l’offre culturelle dans les territoires, le recrutement des personnes-ressources (médiateurs, etc.) et le développement des indicateurs inscrivant et orientant l’offre pédagogique des archives vers la construction de « véritables projets culturels structurés. » D’autre part, la construction de partenariats permettaient d’investir des domaines d’actions novateurs (lectures d’archives, expositions d’art contemporain, interventions en milieu carcéral etc.).

Aujourd’hui, « le colloque de Lyon marque-t-il un point d’aboutissement consacrant la dimension culturelle des Archives à jamais acquise où doit-il être considéré comme un point de départ ? » Peut-il être toujours vu comme une plate-forme pour le développement des activités culturelles dans un espace complètement revisité par le numérique ? Les archivistes et leurs partenaires sont-ils toujours légitimes dans leur participation à la vie culturelle des territoires alors même que l’environnement institutionnel est devenu mouvant ? La volonté de répondre à ces questions pourrait servir de justification à cette journée d’étude et aux différentes présentations et interventions prévues.

Pour conclure cette introduction, X. Laubie souhaite que les interventions soient l’occasion de nouveaux éclairages sur les pratiques culturelles de ces dernières années et que la journée « dédiée à la relation avec nos publics et à son évolution » s’avère « fructueuse ».

________________________

1. L’action éducative et culturelle des Archives. Actes du colloque « Quelle politique culturelle pour les services éducatifs des Archives ? » Lyon, les 1er et 2 juin 2005, Paris, La Documentation française, 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *