Les archives départementales, des établissements culturels ? Choses vues et vécues en Maine-et-Loire

Par Myriam Coco et Gwendoline Guihard

Élisabeth Verry, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire, intervient au cours de la XIVe journée d’archivistique d’Angers pour débattre autour de la fonction d’établissement culturel d’un service d’archives. Pour cela, elle s’appuie sur son expérience au sein du service départemental d’archives de Maine-et-Loire qu’elle dirige depuis 1990.
Effectivement, la valorisation culturelle n’est pas une mission de l’archiviste explicitement écrite dans la loi1, mais c’est une compétence demandée dans la fiche de poste d’un responsable de service. Or, un service fortement engagé dans la valorisation de ses fonds n’est pas toujours bien perçu du reste de la profession. La valorisation se ferait-elle au détriment d’autres missions, jugées plus essentielles ?

La valorisation des archives est un engagement de longue date pour les archives départementales de Maine-et-Loire : dès les années 1940, Jacques Levron, alors directeur, est engagé dans de nombreux évènements culturels – théâtre, expositions photographiques ou encore émissions de radio. En 1981, les archives du Maine-et-Loire inaugurent leurs nouveau bâtiment avec une exposition sur le millénaire des Capétiens. Mais, comme pour beaucoup d’autres services, c’est le le bicentenaire de la Révolution qui a sonné le début d’une réelle politique de valorisation. S’ensuivent des évolutions dans la forme et le contenu des expositions avec notamment l’apparition d’objets2, puis, dans les années 1990, l’introduction de supports multiformes avec l’utilisation de l’art contemporain ou de la photographie et une place importante attribuée au décor3. Les expositions itinérantes étaient alors fréquentes. Aujourd’hui, on tient pour acquis qu’internet est synonyme d’une large diffusion. Élisabeth Verry le déplore car l’itinérance permettait de se rapprocher du public et d’établir un contact physique entre la population et son patrimoine.

Extrait de la liste des expositions itinérantes (source : site internet archives départementales de Maine-et-Loire, version du 15 août 2010)
Extrait de la liste des expositions itinérantes (source : site internet des archives départementales de Maine-et-Loire, version du 15 août 2010)

Si les premières numérisations commencent en 2001 à l’occasion d’une exposition, 2007 est un tournant majeur avec l’ouverture du site internet puis la mise en ligne des premiers fonds en 2008. Il faut néanmoins attendre 2010 pour que les services d’archives se sentent complètement à l’aise avec les techniques de valorisation sur internet.

2007 marque aussi le début d’une action globale de valorisation par l’association d’actions culturelles et pédagogiques. Les archives départementales du Maine-et-Loire s’attachent à accueillir des classes mais aussi des enfants à titre individuel.

Ces actions de valorisation sont le fruit de plusieurs volontés. Tout d’abord la volonté d’explorer tous les sujets. Cela permet d’associer les particuliers qui conservent photographies et films et d’instaurer ou de renforcer les dialogues avec les maires. Les expositions sont ainsi à l’origine de nombreuses campagnes de collectes. On y lit aussi une volonté affirmée de réunir en favorisant l’accueil de tous les publics possibles grâce à l’organisation d’ateliers pédagogiques, de colloques, de journées d’études, de lectures d’archives, de pièces de théâtre, d’happenings d’art contemporain et par l’utilisation accrue d’internet. Les archives du Maine-et-Loire sont en effet très présentes sur facebook et twitter et ont mis en place une info-lettre envoyée par courriel à ses lecteurs.

Mais tout ceci demande une grande organisation. En effet la volonté d’une valorisation digne de ce nom entraîne la formation d’une équipe dédiée à cette mission. Dans l’organigramme des Archives du Maine-et-Loire, le personnel affecté au service des publics est presque aussi nombreux que celui en charge des missions plus traditionnelles. De plus, toute entreprise de valorisation demande une anticipation assez importante : la mission de collecte préalable à une exposition, par exemple, peut parfois s’étaler sur plus d’un an. Il faut aussi prévoir un budget conséquent et donc trouver des partenariats et des mécénats pour récolter des fonds. Cela demande donc un temps considérable : l’agenda des archives départementales de Maine-et-Loire propose presque chaque jour une manifestation. Il faut donc que le service « assume une dimension forte de communication » par le moyen d’affiches, de publications et en maintenant de bonne relations avec les « clients ».

Pour Élisabeth Verry, la valorisation, c’est aussi la relation avec le consommateur au jour le jour. Ainsi elle qualifie le service d’archives de véritable « usine » de reproductions photographiques à destination de journaux ou de sites internet. Pour elle, un service d’archives peut être qualifié de « grand magasin culturel ».

Ainsi à la question « est-ce que les services d’archives sont des établissements culturels », Élisabeth Verry répond : « Oui, certainement ! »

Les services d’archives disposent d’une grande liberté sur le fond et dans les formes. Il peut y avoir des incitations ponctuelles mais jamais de censure. Mais il faut trouver un équilibre pour que cela n’empiète pas sur les missions de classement et de conservation. Cela demande, de plus, une grande rigueur dans la gestion des relations avec les publics et les médias. Mais les récompenses au final sont nombreuses avec des rencontres et des découvertes fabuleuses. C’est pourquoi Élisabeth Verry conclut l’intervention par cet impératif : « Quand on est archiviste il faut aussi être un artiste ».

_________________________________________

1. On notera néanmoins que l’article L 212-6 du Code du patrimoine indique que les collectivités territoriales assurent elles-mêmes « la conservation et la mise en valeur [de leurs archives]. »

2. La place des expositions d’archives aux Archives de Maine-et-Loire (1980-2002) par Elisabeth Verry, compte rendu de la journée d’étude du 15 février 2013, [en ligne].

3. On voit même l’association avec d’autres professionnels comme lorsque les archives départementales ont fait venir des fendeurs d’ardoises pour des démonstrations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *