La valorisation culturelle : nouvelles technologies pour de nouvelles pratiques ? Exploration des archives « augmentées »

Par Maëva Guillemin et Anaëlle Richer

Jessica de Bideran, ingénieure de recherches en humanités numériques sur le projet Mauriac en ligne, intervient, dans le cadre de la XIVe journée d’archivistique d’Angers, sur la visite en 3D Le passé augmenté, qui a bénéficié du soutien du ministère de la Culture dans le cadre des appels à projet sur les services numériques innovants en 2014.

Le passé augmenté est un dispositif hybride de valorisation patrimoniale qui propose une reconstitution du Bordeaux de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe à travers une exposition analogique sur sites (place de la Bourse et dans trois musées) de neuf photographies anciennes et trois tableaux issus des fonds municipaux et une application dédiée. Grâce à l’application de réalité augmentée développée par la société 2Roqs, le visiteur peut se promener en immersion dans l’image. L’ensemble combine plusieurs types de service : la découverte du patrimoine urbain, un design d’interaction, une réutilisation des données publiques et un service ludique. site_passe_augmente

Ce dispositif a été évalué via une enquête qualitative et quantitative : données de téléchargement (qui s’avèrent assez pauvres car elles ne donnent que de grandes masses), questionnaires administrés du 20 au 31 juillet 2015 et lors des journées européennes du patrimoine du 19 au 20 septembre 2015, et entretiens auprès des utilisateurs et des concepteurs.

Le public de l’exposition est composé majoritairement des personnes âgées de 20 à 40 ans, habitué aux équipements numériques mobiles. Sur 40 000 visiteurs environ 10% sont touchés par l’exposition augmentée, grâce au prêt de tablettes mis en place. Le public exploitant le dispositif numérique est composé à 78% de personnes ayant entre 20 et 60 ans, notamment étudiants, enseignants et cadres déjà attirés par les outils de médiation et la médiation technicisée. Le désir de tester un nouvel outil technologique motive 29 % d’entre eux.

Les impressions ressenties par les utilisateurs sont fondées sur un dispositif info-communicationnel qui emboîte les médiations. 83% des personnes interrogées estiment que cette expérience les a réellement plongées dans le passé. Les éléments du design d’interaction (reliefs, sons, mouvements et présence de personnages qui se déplacent dans l’image) concourent à immerger le visiteur dans le passé. Les médiations documentaire (information) et visuelle (observation) permettent l’acquisition de nouvelles connaissances sur la ville de Bordeaux (environ 36% des personnes interrogées) ainsi qu’une nouvelle vision de la cité (35% des personnes interrogées).

L’application est un dispositif individuel qui néanmoins crée des interactions de groupes et des médiations réciproques. Ces nombreuses interactions s’établissent toutefois entre des groupes de visiteurs déjà formés et concernent essentiellement l’usage de l’outil. Ainsi le dispositif numérique ne suscite pas d’interactions entre des visiteurs ne se connaissant pas.

Il y a d’autres limites ou interrogations sur l’outil et ses usages.

La proposition d’usage technologique se superpose difficilement aux pratiques traditionnelles de la visite urbaine. La couche technologique n’est pas forcément perçue comme nécessaire.

Le fait que les photographies sont en très grand format et de très bonne qualité a pu faire obstacle au téléchargement, d’autant qu’il y a eu des problèmes techniques.

La grande majorité des personnes interrogées (80%) n’auraient pas utilisé l’application si elles n’avaient pas bénéficié d’un prêt de tablette.

L’usage en mobilité à l’extérieur n’a pas forcément été apprécié (22 % des utilisateurs) en raison des nuisances sonores.

Ceci étant, 70% des visiteurs questionnés considèrent les explications historiques associées comme suffisantes. Celles-ci prennent la forme de cartels numériques c’est-à-dire de courts textes qui s’affichent par simple clic de l’usager. Mais la présence humaine reste essentielle pour une médiation pleinement réussie.

En conclusion, le public touché est avant tout un public sensible aux activités culturelles et patrimoniales, un public déjà consommateur, ce qui réduit la portée de l’outil dans ses objectifs de démocratisation culturelle. Il est constitué en majorité de personnes ayant entre 20 et 60 ans et maîtrisant les équipements numériques mobiles (excluant par exemple les plus jeunes et les plus âgés). Le design des interactions et l’association entre analogique et numérique est à repenser afin notamment de susciter le désir de télécharger l’application sur son équipement personnel. Le public plébiscite toutefois l’usage des technologies numériques perçues comme facilitant l’accessibilité au patrimoine, mais réclame un « médiateur augmenté » c’est-à-dire une présence qui l’accompagne dans sa démarche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *