Ce que l’archivistique peut apporter au monde professionnel contemporain (et vice versa)

Par Alexandre Brignon, Coline Girard et Adrien Guinebault

Goulven Le Brech est diplômé du DESS Histoire et métiers des archives de l’université d’Angers. Il est actuellement responsable de la mission archives de Science Po Paris. À l’occasion de la XVe journée d’étude archivistique d’Angers, il a bien voulu réfléchir aux attentes du monde professionnel et aux relations susceptibles de se tisser.

Son intervention s’ouvre sur le constat suivant. Héraclite pensait le monde en mouvement perpétuel comme un fleuve. Ce mouvement, en accélération constante, est sensible dans les institutions : on change d’organigrammes, les personnels sont amenés à se déplacer de plus en plus, tout comme les archivistes, qui peuvent même être dépassés par le renouvellement constant des lois, technologies et normes. Ces derniers sont déroutés par les réseaux sociaux et les modes d’archivage du web ; les informations sont fragmentées et volatiles, perpétuellement changeantes : on est loin des canons de l’archivage traditionnel. Si l’archiviste continue de suivre les mêmes pratiques, il se tient à l’écart du monde. Cela soulève la question de sa position face au courant du fleuve héraclitéen : se laisse-t-il porter ou lutte-il face au courant ?

Les milieux avec le lien le plus direct à l’archivistique sont ceux des professions de la conservation et du patrimoine. La notion de patrimoine a connu une certaine mutation tout comme ses usages. On a longtemps attribué une valeur symbolique à des objets patrimoniaux avec des questions de transmission de cette valeur. La tendance récente est de donner une valeur matérielle voire financière au patrimoine. Par exemple, les universités américaines, pour attirer chercheurs et étudiants, achètent très cher des fonds de personnalités culturelles comme le fonds Bob Dylan. Se pose donc la question de l’usage des archives.

En France, les citoyens font preuve d’un engouement pour l’histoire et d’un besoin de plus en plus fort de se rattacher à leur patrimoine et leur mémoire. Les archivistes doivent suivre ces préoccupations puisque tout le monde peut utiliser des archives pour illustrer et devenir des égo-archivistes1. Ainsi, les archivistes doivent prendre en compte les nouveaux usages et les nouveaux usagers. Par exemple, en s’inspirant du marketing des bibliothèques mis en place par Sciences-Po qui se manifeste par la méthode du sweeping the library, étudiant la disposition des usagers dans l’espace afin d’améliorer leurs conditions de travail.

Les milieux en relations connexes avec l’archivistique sont les métiers de l’informatique, du juridique et de la recherche. Les métiers de l’informatique influent sur la pratique de l’archiviste avec des questions telles que la pérennisation des informations numériques. En France, l’association Aristote anime le groupe PIN (Pérennisation de l’information numérique) qui réunit informaticiens et archivistes sur des questions de normes, de migrations et sécurité des données notamment.

Ces données peuvent être protégées par les métiers du domaine juridique qui sont bouleversés par le numérique. Des institutions, telles que la CNIL, sont en charge de la gestion des informations contenant des données personnelles. Les correspondants informatique et libertés collectent et veillent à leur conservation.

Dans le domaine de la recherche scientifique, les archivistes participent en tant que fournisseurs de documents. Ce lien est manifeste dans le secteur de l’open access et des digital humanities. De nouveaux métiers apparaissent particulièrement en bibliothèques avec les datas librarians.

D’autres milieux côtoient l’archivistique sans lui être spécifiques : les secteurs du management et de la gestion. Pour illustrer les liens qui pourraient exister avec ces domaines, notons deux éléments. Kate Theimer dans Innovative pratices for archives and special collections2, aborde le thème du crowdsourcing reposant sur la collaboration de personnes à une même recherche dans le but de faire des économies financières. Elle traite également du knowledge management ou transfert de connaissances. On peut aussi évoquer le riskmanagment : à Sciences-Po la démarche a permis d’établir un plan de sécurité à l’échelle de l’établissement où un plan d’urgence documentaire pour les archives pourra trouver sa place.

En conclusion, où se trouve l’archiviste, sur le fleuve héraclitéen ou sur la rive ? Il est au milieu du gué : il voit le flux, en prend connaissance, sans être entraîné. Il est en position de passeur de patrimoine. Il voit l’accélération mais à une distance réflexive depuis une position humanisme attachée à sa profession.

____________________________________________

1 Patrice Marcilloux, Les Égo-archives, traces documentaires et recherche de soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 250 p.

2 Educational Programs: Innovative Practices for Archives and Special Collections, Rowman and Littlefield, Washington, 208 p.


Une réflexion au sujet de « Ce que l’archivistique peut apporter au monde professionnel contemporain (et vice versa) »

  1. bonjour
    Je voudrais juste savoir si M.Alexandre Brignon est la personne qui a mis texte sur Vendel Watzig sur MYheritage merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *