La recherche en archivistique : structures, lieux et moyens

Par Justine Baranger, Solenn Guillet, Marie Martin

À l’occasion de la XVe journée d’archivistique d’Angers, Patrice Marcilloux, archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine, professeur d’archivistique à l’université d’Angers, a choisi de s’interroger sur ce qui caractérise la recherche en archivistique et particulièrement sur la figure du chercheur dans ce domaine, en tentant de quantifier les éléments sur lesquels il étaie son propos.

Un premier constat est posé, celui de la faible place de la France en termes de structuration académique. Le nombre d’enseignants chercheurs identifiés via des formations archivistiques à l’échelle nationale se révèle au final assez faible : une dizaine. Quant aux doctorants en archivistique, ils ne sont pas plus nombreux. À Angers, deux thèses ont été soutenues, actuellement six personnes se sont engagées dans la voie du doctorat. Depuis 2005 et la création de l’Agence nationale de la recherche (ANR), seulement 235 programmes de recherche financés sur 13 000, ont un rapport avec les archives. Pourtant, les institutions d’archives sont présentes dans les Labex, les Équipex, autant d’éléments dits de « structuration » (Patrima, Les passés dans le présent). Enfin, plusieurs laboratoires de recherche existent et tentent de plaider en faveur de la recherche en archivistique. Archives, livres, manuscrits et autres supports de l’information (ALMA) travaille à élargir le champ des domaines touchés par la recherche en archivistique en faisant appel à différentes disciplines. Le centre Jean-Mabillon, laboratoire de l’école des Chartes, est aussi cité par Patrice Macilloux. Dernier élément d’appréciation de la situation française, les revues : une seule existe en France (La Gazette des Archives).

Après ce premier état des lieux, Patrice Marcilloux élargit la question à l’échelle internationale. Si la bibliographie anglophone affirme un important développement de la recherche en archivistique depuis les années 1990, les faits sont plus mesurés et ces élans d’optimisme sont à tempérer. La recherche progresse en effet, mais cela reste modeste, même au niveau international. Les enseignants-chercheurs, membres de la section for archival education du Conseil international des archives, proviennent des États-Unis, du Canada, de la Chine ou encore de l’Australie. Patrice Marcilloux évalue à vingt-quatre le nombre d’enseignants-chercheurs aux États-Unis, répartis dans quinze universités, dont seulement neuf professeurs. Certains pays se sont intéressés à la question de la recherche en archivistique dès le début des années 1990 en créant dans certaines universités des parcours d’études dédiés à ce domaine : l’Australie en 1990, la Chine en 1994 ou les États-Unis. Pourtant, ces cursus ne sont pas rattachés à l’archivistique. Aux États- Unis, la recherche en archivistique se trouve ainsi noyée avec une titulature en lien avec les sciences de l’information. Au Canada, ce sont trois différents domaines qui se recoupent : library, archival and information studies. Le même problème est identifié en Europe, par exemple en Espagne. Quant au nombre de docteurs, l’université de Manitoba (Canada) revendique soixante-dix thèses soutenues depuis 1994. Il y aurait en Chine une trentaine de doctorants par an. S’il semble a priori y avoir une importante différence entre la situation française et le reste du monde, cette idée préconçue est néanmoins à relativiser.


Pays cités dans le billet
Créer une carte

En dernier lieu, Patrice Marcilloux cherche à expliquer le retard français dans la recherche en archivistique. Premièrement, le lien fort avec la discipline historique, à l’échelle du monde, semble être une exception (c’est pourtant le cas à l’université d’Angers). Ensuite, il existe, selon les mots de Patrice Marcilloux, un certain poids du système disciplinaire notamment dans la nomenclature. Les mots « archivistique » ou « archives » apparaissent peu. La réglementation concernant l’archivistique a longtemps été un frein à la recherche, ce qui semble moins vrai à présent. Le dernier élément évoqué concerne la notion d’État expert qui doit elle-même muer, évoluer afin de laisser place « à un État expert qui pilote ». Le bilan de l’intervention de P. Marcilloux ne fait que renforcer un constat assez signifiant : la recherche en archivistique manque de visibilité voire de reconnaissance. Le domaine des archives reste de toute évidence en marge dans le monde universitaire, ce qui a aussi des conséquences sur la recherche en archivistique. Il s’agit d’un domaine qui nécessite d’être bien encadré et structuré, un défi qui reste difficile à relever d’autant plus que les choix universitaires français diffèrent des choix opérés à l’étranger.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *