La politique de recherche en patrimoines : quelle singularité pour les archives ?

Par Alma avec la collaboration de Soleyne Blossier-Ralu, Thomas Devezeau-Clemares et Julie Huertas

Christian Hottin a un parcours professionnel varié qui l’a amené à réfléchir à la singularité des archives dans les politiques de recherche du patrimoine. En effet, autrefois archiviste, il a rejoint le ministère de la Culture et plus précisément une direction du pilotage de la recherche (créée au moment de la réorganisation de la révision générale des

La fleur de la recherche en patrimoine ?

politiques publiques), elle-même issue du bureau de la méthode et de la recherche de l’inventaire. Il a donc connu le passage d’une entité opérationnelle accueillant de « vrais » chercheurs, ceux de l’inventaire, à une conception nouvelle : le pilotage. Depuis 2016, il est directeur des études et du département des conservateurs de l’Institut national du patrimoine. Il revient, dans son intervention lors de la XVe journée d’archivistique d’Angers sur la question de la recherche dans les domaines patrimoniaux.

Le patrimoine est une idée neuve, agrégée à la fin des années 1970. Jusque-là, le paysage était composé d’institutions autonomes les unes des autres. L’inventaire lui-même avant de devenir l’inventaire du patrimoine était un inventaire dit des richesses artistiques. Ces différentes institutions s’appuyaient sur des disciples : histoire de l’art (pour l’inventaire, les monuments historiques, les musées), histoire des sciences et techniques, histoire naturelle ou histoire (pour les archives).

Des disciplines sont donc en surplomb : elles délimitent la pratique scientifique, lui confèrent sa légitimité et sa valeur. La pratique professionnelle, quant à elle, relève du droit du réglementaire. Donc une cohabitation originale. On prend des gens formés à une discipline et on leur confie des missions pratiques.

Depuis quelques années nous assistons à l’autonomisation progressive de disciplines qui correspondent à des pratiques (bibliothéconomie, archivistique etc.) qui se rapprochent de plus en plus de la sphère académique (colloques, journée d’études, revues…) avec l’enjeu d’un positionnement au sein de l’Université et au sein du dispositifs de professionnalisation. Mais la marche à franchir entre une formation professionnelle et une formation spéculative est importante. Les formations en archivistique ont mis également en place des parcours de recherche (grâce aux masters et aux doctorats). L’enjeu pour les archivistes est de se faire reconnaître comme des scientifiques doués d’un raisonnement scientifique et d’une habilité technique. La démarche de restaurateurs est de ce point de vue intéressante puisqu’elle s’est orientée vers les sciences expérimentales. Le seul laboratoire de recherche de l’INP est d’ailleurs rattaché au département des restaurateurs.

Le patrimoine, en lui-même, est un objet de recherche. L’angle d’interrogation est principalement du côté de l’histoire mais aussi du côté des économistes, juristes, sociologues, ethnologues et anthropologues. Cette pluralité de regard témoigne d’ailleurs d’un changement d’appréhension : le patrimoine n’est pas seulement un objet mais ce que la société délimite. Parallèlement, le mouvement de substitution de services de pilotage chargés de conclure des partenariats à des entités opérationnelles s’est accéléré. C’est le cas au musée du quai Branly, au MUCEM, au Louvre, aux Archives nationales (charge de mission à la recherche scientifique et au partenariat), au sein du ministère de la Culture… Dans ce contexte, les Labex sont devenus très importants.

Dans ce paysage, y-a-t-il une singularité des archives ? On peut noter qu’il y a toujours un débat dans la profession. Pour faire référence à un colloque de l’École des Chartes et l’Association des archivistes français en 2003, l’archivistique est-elle plus une science quatorze ans après ?

On peut dresser quelques constats. La relation fusionnelle avec l’histoire ne facilite pas les choses en France mais l’archivistique a suivi le processus de différenciation avec sa discipline de départ. Elle a aussi suivi la voie de la professionnalisation y compris sur le plan universitaire. Elle s’est ouverte à la pluralité des regards : les archivistes dialoguent avec d’autres chercheurs. Mais l’enjeu reste l’autonomisation de la discipline dans l’université.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *