Les formations universitaires en archivistique et la recherche en France

Par Maxime Samanos et Tomy Lemoine

Emmanuel Petit et Matéo Huwart, étudiants en deuxième année du master métiers des archives de l’université d’Angers, ont exposé, lors de la XVe journée d’archivistique d’Angers, les résultats d’une recherche collective de la promotion 2016-2017 sur la place et les besoins de recherche en archivistique au sein des formations universitaires formant des archivistes.

Cette recherche s’appuie sur deux sources : l’examen des mémoires du master métiers des archives de l’université d’Angers entre 2009 et 2016 et une enquête auprès des responsables de formation archivistique, d’étudiants et de diplômés en archivistique menée en décembre 2016 et janvier 2017.

Le questionnaire a été élaboré autour de six axes :

  • Le profil sociologique des répondants ;
  • La pratique de la recherche dans la formation en archivistique ;
  • Le ressenti par rapport à la place de la recherche dans la formation ;
  • La pratique de la recherche dans l’ancienne formation en archivistique ;
  • Les évolutions souhaitées ;
  • La recherche en archivistique (sa définition et sa place dans les formations).

48 étudiants, 96 diplômés1 et cinq responsables de formation (hors Angers), soit un total de 149 personnes y ont répondu.

La perception de l’activité de recherche

L’acquis principal est l’importance de la recherche pour ceux qui ont choisi le métier d’archiviste, qu’ils l’exercent déjà ou pas.

À la question « Est-ce que les archivistes font de la recherche ? », une réponse positive est majoritairement apportée, ce qui est, au demeurant, cohérent avec un niveau d’étude de master (l’essentiel des cas). Cette recherche se concrétise majoritairement par des mémoires de recherche universitaires, mais aussi par des publications (pour les diplômés). Cette recherche est principalement liée à l’histoire mais la recherche en archivistique se développe. De plus, une certaine complémentarité entre les deux domaines apparaît.

La place de la recherche est perçue comme importante pour une écrasante majorité d’étudiants et de diplômés. Dans le même temps, la majorité des répondants estime que la place qui lui est faite est satisfaisante. On peut relever un réel engouement de la part des étudiants pour la recherche : 89,6% des répondants jugeaient la recherche primordiale pour la réflexion professionnelle sur les archives ou pour la pratique de l’archivistique : savoir guider les chercheurs, réfléchir aux pratiques du métier sont des compétences jugées utiles sans être forcément indispensables. Ces résultats légitiment la présence de la recherche dans les formations universitaires des futurs archivistes.

La recherche en archivistique

Les répondants la définissent comme essentiellement appliquée ou bien mêlant des aspects de recherche appliquée et de recherche fondamentale. Les thèmes préférés se répartissent dans les catégories suivantes et dans l’ordre décroissant :

  • Archives et société
  • Histoire des archives et de l’archivistique
  • Principes, concepts et techniques archivistiques

Le mémoire de recherche est un moyen de s’intéresser au cœur de la profession et de découvrir le monde professionnel. Les thèmes traités évoluent d’ailleurs avec les enjeux professionnels. Une augmentation des questions sur le thème du numérique et de ses problématiques est ainsi constatée ces dernières années.

L’enquête révèle aussi un léger désintérêt des diplômés pour la recherche, une fois entrés dans la vie active, alors même qu’une grande majorité d’étudiants affirme vouloir poursuivre une recherche en archivistique. Il faut aussi relever que, pour les premiers, c’est la recherche historique qui est la plus envisagée. Pour autant, une part non négligeable de répondants estime que la recherche n’est pas essentielle à une formation professionnelle, même si plusieurs diplômés déclarent regretter l’absence de recherche dans leur ancienne formation. Par ailleurs, même s’ils ne se projettent pas obligatoirement dans une recherche en archivistique, une majorité de répondants pensent que celle-ci est importante dans les pratiques professionnelles car elle donne du sens, renforce une politique de service, permet de continuer à approfondir ses connaissances et de s’interroger sur les pratiques, les améliorations et les enjeux liés aux différentes missions de l’archiviste. Quant au doctorat d’archivistique, il est perçu comme légitime bien qu’encore rare.

Clairement, les étudiants et diplômés interrogés sont favorables à une formation en archivistique mêlant recherche et apprentissage professionnel, mais il n’en reste pas moins que pour eux l’apprentissage professionnel doit garder la prééminence.

_______________________

1 Bien que majoritaires (un quart des étudiants et la moitié des diplômés), les Angevins ne sont pas les seuls répondants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *