Archiver la recherche : des documents aux données. L’exemple de l’université d’Harvard

Par Adelaïde Laloux

Le 13 janvier 2017, Magalie Moysan est intervenue dans le cadre de l’axe ALMA pour présenter la gestion des archives et données de la recherche à l’université d’Harvard.

Responsable du bureau des archives de l’université Paris-Diderot, elle est également doctorante à l’université d’Angers et travaille sur la place des archives dans la recherche en sciences médicales en France depuis 1968. Elle est par ailleurs coordinatrice du groupe « archives de la recherche » de l’Association des archivistes français.

Lors de l’intervention, un temps a été consacré pour délimiter le périmètre du sujet. La définition des archives de la recherche n’est pas unique et est parfois source d’ambivalences qui s’expliquent occasionnellement par des postures militantes. Thérèse Charmasson, avec une vision assez large, définit les archives des sciences ainsi : « (…) toutes sources d’archives permettant d’étudier l’évolution générale des politiques de recherche et d’enseignement scientifiques, l’évolution de telle discipline scientifique particulière ou encore l’apport de tel ou tel scientifique au développement des connaissances1 . ». Plus qu’archives des sciences c’est désormais l’expression archives de la recherche qui est employée par la profession qui se réfère volontiers à la définition de Thérèse Charmasson. Les archives de la recherche sont donc pour partie issues de l’observation et de l’expérimentation. Or, dans ces domaines, seule une partie des données est aujourd’hui visible lors de la publication des travaux et leur gestion comporte un enjeu scientifique, mais également économique.

Un panorama de la gestion des archives de la recherche à l’université Paris-Diderot a ensuite été dressé par Magalie Moysan. Le service d’archives, créé en 1999, pour répondre avant tout aux enjeux administratifs et juridiques du désamiantage de l’établissement, se compose aujourd’hui, pour gérer les activités archivistiques traditionnelles, de deux archivistes permanentes. Parmi les fonds d’archives conservés, soixante-quatre fonds concernent des laboratoires et des enseignants-chercheurs. L’archiviste explique que des difficultés propres à ce type d’archives existent. Elle cite l’intervention de la collecte à la fin de la carrière de l’enseignant-chercheur comme l’une d’entre elles. Le contexte de production reste ainsi assez difficile à documenter. Cette complexité qui empêche de traiter rapidement les masses documentaires a conduit à entamer une réflexion sur une collecte des données de la recherche plus en amont, ou plus régulièrement au cours de l’activité de l’enseignant-chercheur, dans la lignée du Record Management.

Depuis 2014, les programmes financés par la commission européenne demandent aux chercheurs de réfléchir, dès la rédaction du projet de recherche, à l’archivage de leurs données tout au long du projet. La même année, un groupe de travail sur cette problématique entre l’université Paris-Descartes et l’université Paris-Diderot a pris forme. C’est dans ce cadre que Magalie Moysan s’est rendu en 2016, avec son homologue de Paris-Descartes, à l’université d’Harvard pour interroger l’expertise d’universités étrangères dans l’archivage de leurs données de la recherche. De prime abord comparable à l’Université Paris Diderot au regard du nombre d’étudiants et d’enseignants-chercheurs, les différences sont en revanches flagrantes concernant le budget mais aussi l’organisation des fonctions bibliothèque et archives : Harvard possède plus de soixante-dix bibliothèques, trois services d’archives (liés aux bibliothèques), mais aussi une archive ouverte (DASH2) et un entrepôt de données (Dataverse3).

A l’université d’Harvard, plusieurs points ont retenu l’attention de l’archiviste. Tout d’abord, le périmètre des services d’archives est plus vaste qu’envisagé et ces derniers ne conservent pas uniquement les archives propres à l’université, dont les archives de la recherche, mais étendent par exemple leur action aux archives d’entreprises créées par d’anciens étudiants ou chercheurs. Ensuite, une distinction importante entre records et archives structure les services et est clairement affichée dans la politique d’archivage validée par les instances. Il est également notable que l’archivage est réalisé a posteriori et qu’il n’existe aucun lien entre les logiciels des services versants et celui du service d’archives. Enfin, les services sont orientés en fonction des besoins de la communauté (archivage du web en fonction de centres d’intérêt des chercheurs, forte numérisation patrimoniale, liens étroits avec l’enseignement, offre de stockage d’archives de chercheurs, prise en charge de versement même non préparés archivistiquement, etc.), ce qui explique probablement pour partie le succès rencontré par les services d’archives avec plus de 13 000 communications annuelles. Notons toutefois que la plupart des services proposés sont payants à l’exception de la prise en charge des archives papiers des enseignants-chercheurs.

Finalement, la question de l’anticipation de l’archivage des données de la recherche se pose au travers de plusieurs outils comme la mise en place de projets qui appellent à la réalisation d’un plan de gestion de données. Cela permet de formaliser les questions autour de la création, de la préservation et de la réutilisation éventuelle des données, ce qui facilite leurs disséminations et leur archivage. Les réflexions en cours mènent à la mobilisation d’autres disciplines et méthodes encore peu utilisées dans l’univers des archives, notamment celles des digital forensics, cette science de la récupération et de l’analyse des données sur supports anciens que l’on pourrait rapprocher d’une forme de médecine légale numérique.

En conclusion, Magalie Moysan met en avant le fait que les données de la recherche questionnent l’évolution des métiers d’archiviste, de documentaliste et de bibliothécaire. Ces derniers travaillent avec des compétences multiples et voient s’estompent les frontières de leurs disciplines. La question de l’émergence d’un nouveau métier se manifeste alors : le data manager.

———————————

1 Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du CNRS, n° 14, 2006, [en ligne], disponible sur http://histoire-cnrs.revues.org/1790 (consulté le 13 janvier 2017).

2 Digital Access to Scholarship at Harvard, [En ligne], disponible sur https://dash.harvard.edu/ (consulté le 13 janvier 2017.

3 [En ligne], disponible sur https://dataverse.harvard.edu/


Une réflexion au sujet de « Archiver la recherche : des documents aux données. L’exemple de l’université d’Harvard »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *