« Plis et déplis » : champs et méthodes en archivistique

Par Charlotte Carlevan, Alix de Dreuille, Valentin Gaudemard

Les livres de chevet de l’archiviste-chercheur ?

L’intervention de Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique et responsable du master métier des archives à l’université d’Angers, lors de la XVe journée d’archivistique d’Angers propose une réflexion sur des méthodes d’investigation et d’expérimentation par les chercheurs en archivistique1. Certaines méthodes employées sont classiques en sciences humaines mais d’autres présentent des originalités.

Des méthodes partagées ? « Un concubinage entre toutes les sciences de l’homme » (Fernand Braudel)

L’Encyclopedia of archival science en 2015 a défini la méthode archivistique en parlant d’un « melting pot de principes et de méthodes ». L’universitaire australienne Livia Iacovino, quant à elle, liste les champs disciplinaires de l’archivistique strictement conçue comme une science de la conservation2. Elle énumère une dizaine de méthodes. Celles-ci à l’origine positivistes seraient influencées par l’automatisation de l’information et les théories de la communication.

L’enjeu pour l’archivistique est de s’autonomiser par rapport à l’histoire, d’autant que ces deux disciplines ne se sont différenciées que tardivement. Parmi les concepts fondamentaux de l’archivistique, l’un porte à confusion : la metodo storico, une expression italienne signifiant méthode historique et faisant référence au principe de provenance des archives, ou respect des fonds selon la terminologie française. Les méthodes historiques des historiens et des archivistes se ressemblent fortement : l’analyse de l’authenticité, de la véracité et de la fiabilité des archives se trouve placée au centre de la réflexion. La méthode des historiens s’appuie sur le contexte et la critique du document, celle des archivistes, réévaluée depuis les années 1990 et son transfert dans le monde numérique, est plus centrée sur le contexte et la critique du fonds comme du document.

Chercheurs en archivistique et historiens de l’immédiat rencontrent des difficultés et des opportunités proches qui les amènent à adopter des stratégies de contournement et à mobiliser tous les types de sources. Les uns comme les autres rencontrent des difficultés d’accès à certaines sources. Le chercheur doit compter sur sa connaissance du terrain, sa capacité à supposer l’existence de tel ou tel dossier d’activité pour interroger le producteur et accéder aux informations voulues. C’est sa connaissance intime de la chaîne de fonctionnement des services d’archives (processus de collecte, de conservation et de communication) qui peut lui permettre de trouver les informations voulues. À lui de mobiliser tous les outils offerts par les sciences sociales et à se les approprier. Les emprunts à la sociologie sont ainsi fréquents : enquêtes, sociologie des publics, usage des concepts de dispositifs, de traductions etc.

Des originalités ?

À partir des années 1970, la discipline historique subit une forme de relativisation au sein des sciences sociales. Au même moment, les historiens eux-mêmes relativisent les archives. René Rémond dit, en parlant des historiens qu’« ils sous- estimaient l’abondance de sources autres que les archives et surestimaient celle-ci ». C’est donc paradoxalement cette double relativisation qui a rendu possible l’émergence d’une recherche en archivistique originale, au moins en France.

Le profil du chercheur en archivistique est essentiellement celui d’un archiviste. En cela, il se trouve confronté à des difficultés équivalentes à n’importe quel spécialiste d’une discipline qui cherche à en faire l’histoire, à en démonter les mécanismes, ou à interroger les conditions sociales, symboliques de production ou de réception. Il est aussi un acteur. Il lui faut donc trouver une position singulière, faire des choix méthodologiques, épistémologiques et les affirmer publiquement. L’enjeu de la recherche est aussi d’intéresser les archivistes praticiens et de produire des connaissances utiles pour le présent, ce qui est susceptible de créer des tensions par la mise en hypothèses et en questions. Le chercheur se doit de revendiquer son autonomie vis à vis de l’archive, le mot – au singulier – doit être compris cette fois au sens foucaldien du terme, comme système et lieu d’autorité.

Pour asseoir cette autonomie, deux méthodes sont employées avec succès : l’approche comparative et l’approche systémique. L’approche comparatiste s’exerce vis-à-vis des différentes disciplines (comme la bibliothéconomie, ou les sciences de l’information) et entre cultures archivistiques (de différents pays par exemple). L’approche systémique est surtout convoquée pour étudier des groupes comme des systèmes à part entière et peut permettre de mettre l’accent sur des structures et des interactions.

Pour autant il n’y a pas de rupture entre l’archiviste praticien et l’archiviste chercheur. On constate que les méthodologies professionnelles sont réinvesties et revendiquées par les chercheurs comme autant de moyens utiles à la réflexion. Il y a bien un lien de perméabilité réciproque entre les archivistes et les chercheurs depuis la metodo storico du XIXe jusqu’à aujourd’hui. Selon Ricœur, la constitution de l’archive serait issue d’un processus d’écriture du témoignage oral qui, pour lui, détient le primat originel. Il y aurait donc un processus de mise en archives créant un type de trace parmi d’autres : la trace documentaire, elle-même réunie dans un lieu physique qui est l’institution de conservation (le service d’archives) et dans un lieu social. C’est là qu’interviendrait l’archivistique qui préserverait l’intégrité physique. Outre cette définition très restrictive de ce qui reste au stade de la technique, Ricœur développe une critique contre la frénésie documentaire, la « marée archivale ». Il restreint les archives à l’historien qui en serait le seul destinataire. Cette vision des archives et de l’archivistique est pour le moins contestable. Les archives existent en dehors des institutions de conservation, des logiques de préservation interviennent même sans archiviste et sans archivistique, et usages et logiques d’usages se sont saisis de manière variée des archives3.

La recherche en archivistique vise à appréhender cet objet complexe et les relations qui sont entretenues avec lui, d’où le développement de la réflexion sur les archives et la société. Toutes les méthodes peuvent être légitimement convoquées, et il est possible de prendre en compte les autres savoirs disciplinaires mais avec un apport spécifique et clairement défini. Bénédicte Grailles, en conclusion, affirme l’intérêt d’une approche de type « studies » sur les archives, qui de plus aurait la vertu de fédérer acteurs de terrain et chercheurs en focalisant les regards sur l’objet plutôt que sur les savoirs disciplinaires.

_________________________

1. Le titre fait référence à une exposition Plis et déplis présentée aux archives départementales de l’Aube en 2003 et au travail de Danièle Tournemine, mélangeant les plis des tissus et des papiers. On peut l’interpréter comme une métaphore de la recherche, un dévoilement progressif d’une vérité au fur et à mesure que l’on feuillette les documents.

2. « Multi-Method Interdisciplinary Research In Archival Science : The Case od Recordkeeping, Ethics and Law », Archival Science, 2004, p. 267-286.

3. À titre d’exemple, Patrice Marcilloux, Les ego-archives. Traces documentaires et recherche de soi, Presses universitaires de Rennes, 2013, 252 p.  ; Marine Vautier, Les archives personnelles, valeur, mémoire, émotions. Les archives d’une famille déracinée, Angers, mémoire de recherche du master 1 Histoire, Document (métiers des archives), 2013, 68 p. ;  ; Marine Gaudin, Les archives personnelles dans l’espace domestique. Enquête auprès d’immigrés dans les Pays-de-la-Loire (de 1974 à nos jours), mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 106 p. ; Anne-Sophie Boisselet, Les papiers de famille aujourd’hui, objets de mémoire et supports de recherche. Les archives familiales au service de la généalogie, mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), 2014, 75 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *