Conclusions de la XVe journée d’archivistique d’Angers

Par Soleyne Blossier-Ralu, Thomas Devezeau-Clemares et Julie Huertas

Il revenait à Patrice Marcilloux, professeur d’archivistique à l’université d’Angers, de mettre un point final à cette XVe journée d’archivistique d’Angers. Ses conclusions s’organisent en deux volets, d’une part les apports, d’autre part les problématiques dégagées.

Du côté des apports, la demande de recherche en histoire et en archivistique s’exprime chez les étudiants, dans la profession et chez les diplômés. Il y a un réel besoin de réflexion. Deux périmètres d’intérêt émergent plus largement, autour de l’histoire des archives et autour des archives et de la société. Parallèlement, il faut faire le constat du poids des disciplines académiques comme de la nécessité d’intégrer les professionnels : la recherche en archivistique ne sera jamais prise entièrement en charge par l’université ou les enseignants-chercheurs. Il faut garder des interactions entre la recherche académique et la réflexion issue des milieux professionnels, penser des allers et retours, continuer à inventer des formes originales.

Du côté des interrogations, trois questions se dégagent plus nettement.

Quel programme ?

Deux points de vue peuvent être adoptés, un point de vue « interne » qui prend en compte les besoins de la profession avec l’idée d’un retour – rapide – vers la profession, ou un point de vue « externe » où l’enjeu est plutôt de regarder le système archives de l’extérieur. On pourrait résumer ces deux options en opposant Archival Sciences (point de vue plutôt « interne ») à Archival Studies (point de vue plutôt « extérieur »).

Quelle légitimité ?

Il faut faire le constat que ce sont essentiellement les archivistes qui regardent les archives. Mais les archivistes peuvent parfaitement se saisir de différentes méthodes pour les étudier.

Quels enjeux et quelles utilités ?

Le premier enjeu réside dans la manière dont la fonction archives est insérée dans la société, interagit avec la société, les usagers et les pratiques.. C’est un enjeu du côté du renouvellement du rapport aux usagers.

Le deuxième enjeu est celui de la légitimation et du rayonnement, y compris au plan international. Il pose la question de la place des différents types d’archivistique et de la diversité des approches.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *