La mémoire des attentats de 2015 à Rennes : le prisme de l’archiviste ? par Marie Penlaë, archives de Rennes

Par Charly Jollivet

Dans la continuité des travaux des années 2014-2017 interrogeant les fonds et collections comme outils de régulations sociales, le séminaire ALMA 2017-2018 s’est ouvert le vendredi 6 octobre 2017 avec une intervention de Marie Penlaë, archiviste à la ville de Rennes, portant sur : « La mémoire des attentats de 2015 à Rennes : le prisme de l’archiviste ? »

______________________________________________________________________

Charlie aux Archives par Jean-Louis Aubert.
Les archives municipales de Rennes recueillent les objets déposés sur le parvis de la mairie de Rennes suite aux attentats de janvier 2015.
_______________________________________________________________________

 

La tuerie de Charlie Hebdo puis la prise d’otages de l’Hyper Cacher de Vincennes début janvier 2015, suscitent rapidement de nombreuses réactions. Dès le 7 janvier, des rassemblements spontanés s’organisent à Paris et dans de nombreuses villes françaises. Les 10 et 11 janvier des manifestations rassemblant plusieurs millions de personnes sur le territoire français sont organisées. Sur Internet et les réseaux sociaux, la formule « Je suis Charlie », créée par le graphiste Joachim Roncin peu après l’attaque de la rédaction de Charlie hebdo, est rapidement reprise, tout comme le hashtag « #jesuischarlie ».

Dans la rue et sur Internet, la population exprime massivement son incompréhension, sa tristesse, sa compassion vis-à-vis des familles des victimes et son soutien inconditionnel en faveur de la liberté d’expression.

C’est dans ce contexte que des mémoriaux apparaissent plus ou moins spontanément à l’image de celui de la place de la République à Paris. À Rennes, suite à la manifestation du 11 janvier, un mémorial éphémère se constitue devant la niche de l’hôtel de ville où les Rennais déposent pancartes, messages, bougies et objets1. Le 14 janvier au soir, à l’issue d’une cérémonie présidée par la maire de Rennes, Nathalie Appéré, les matériaux du mémorial sont récupérés par des agents des archives. Cette initiative est notable. Des mémoriaux avaient déjà été collectés à l’étranger, notamment suite aux attentats de Madrid en 2004 ou Londres en 2005, et en France lors de la tuerie de Nanterre en 2002, mais, en janvier 2015, seules les archives municipales de Rennes, Saint-Etienne et Toulouse s’organisent pour conserver une partie des mémoriaux des attentats de janvier 2015. En dehors du cadre archivistique traditionnel, une collecte militante est également menée à Paris par le collectif des Balayeuses archivistiques LGBT2.

À Rennes, l’initiative de la collecte revient en réalité au club de la presse de Rennes et de Bretagne. En tête de manifestation le 11 janvier, ce sont bien les journalistes qui ont l’idée de confier aux archives la conservation des messages. Sous la forme d’un versement du cabinet du maire, 600 messages et des objets, dont de nombreux crayons, sont collectés en janvier 2015 par les archives de Rennes (2250 W). Par-delà son aspect historique et mémoriel, la décision de collecter ce mémorial constitue un acte politique de la maire. Il s’agissait notamment de clore la phase commémorative, du moins dans l’espace public. Le choix de considérer ces matériaux comme un versement et donc de leur conférer le statut d’archives publiques est un choix par défaut : comment contractualiser avec des producteurs anonymes ?

En novembre 2015, un autre mémorial se constitue devant l’hôtel de ville. Sa collecte fait entrer aux archives (2265 W) 225 documents plus des bougies. S’y ajoutent des lettres adressées à la mairie et des livres d’or. Suite aux attentats de 2016 à Bruxelles et à Nice, d’autres mémoriaux sont constitués à Rennes. Plus modestes, ils sont de nouveau collectés, mais cette fois par des agents de la ville3.

À l’issue des différentes collectes, les archives municipales ont œuvré au séchage et au dépoussiérage des documents. Une sélection a ensuite été faite puis un instrument de recherche (bordereau de versement) a été réalisé. De nombreux doublons ont été écartés tout comme les documents les plus abîmés. La sélection a également concerné les objets et crayons. Pour des raisons de conservation préventive et de facilités de communication, les versements ont par la suite fait l’objet d’une numération intégrale. Les documents sont désormais accessibles en version numérique aux archives de Rennes, ce qui a influé sur les choix en matière de classement et de description. Une copie numérique des documents collectés en janvier 2015 a été adressée à la bibliothèque d’Harvard dans le cadre du projet des archives Charlie4.

En parallèle à la collecte des mémoriaux de 2015 et dans le but de documenter ces événements, des reportages photographiques ont été effectués par les archives de Rennes. Les clichés ne sont néanmoins pas accessibles au public pour le moment. Les livres d’or ont également été versés.

L’entrée aux archives municipales de Rennes du mémorial de janvier 2015 est singulière à plusieurs titres. D’une part, outre des collectes ponctuelles de tracts ou d’affiches, les services d’archives français sont peu coutumiers de collectes de documents déposés sur la voie publique, qui plus est de documents exposés aux intempéries. D’autre part, cette collecte signifiant la fermeture du mémorial a suscité chez certains une incompréhension qui s’est traduite par des messages de désapprobation apparus en janvier sur le lieu du mémorial retiré. Enfin, cette collecte a largement été relayée par la presse locale et nationale5, valorisée par le service d’archives, puis utilisée par de chercheurs et des journalistes.

Informations en ligne sur le site des Archives municipales de Rennes

La temporalité des collectes n’est pas anodine et influe à la fois sur l’objet archivistique collecté et l’acceptation de la collecte. En janvier, la collecte intervient très rapidement après les faits ce qui permet effectivement de sauvegarder de nombreux documents mais provoque une certaine incompréhension pour une partie de la population. La collecte du mémorial de novembre, menée trois semaines après les attentats, a semblé mieux acceptée, mais, du fait des intempéries, elle n’a permis de sauvegarder que peu de documents, probablement les derniers déposés. Avec du recul et en relation avec les travaux de Maelle Bazin qui identifie quatre phases dans le cycle de vie d’un mémorial6, Marie Penlaë pense que la collecte de janvier est intervenue lors de la phase de sacralisation du mémorial, probablement trop tôt pour le public, alors que celle de novembre est intervenue lors de la phase d’assimilation du mémorial.

En conclusion l’oratrice indique que ces collectes ont été une expérience forte pour les archives de Rennes. L’initiative a été bien perçue par les archivistes français, dont plusieurs ont adressé des messages de soutiens à leurs collègues rennais. Preuve de l’écho favorable reçu par l’initiative, en novembre 2015 nombreux sont les services d’archives, dont les archives de Paris, à collecter les mémoriaux des attentats.

Notons enfin, que la collecte rennaise, contrairement par exemple à celle envisagée par Harvard, ne laisse pas de place aux traces de l’opinion distancée d’une partie de la population qui a pu s’exprimer au travers de la formule « Je ne suis pas Charlie ».

____________________________________________

1 Article « Janvier 2015 » sur le site des archives municipales de Rennes, [en ligne], disponible sur http://www.archives.rennes.fr/archives-et-inventaires/actualite-des-fonds/memoire-des-attentats/janvier-2015/ (consulté le 12 novembre 2017).

2 Une cinquantaine de documents issus de cette collecte ont été confiés au MUCEM de Marseille. Maelle Bazin, « Le fonds « Charlie » au MUCEM », 3 avril 2016, [en ligne], disponible sur https://reat.hypotheses.org/245#more-245 (consulté le 12 novembre 2017).

3 Article « Mémoire des attentats » sur le site des archives municipales de Rennes, [en ligne], disponible sur : http://www.archives.rennes.fr/archives-et-inventaires/actualite-des-fonds/memoire-des-attentats/ (consulté le 12 novembre 2017).

4 Site web du projet, [en ligne], disponible sur http://cahl.io/. Les archives numérisées issues de la collecte des archives de Rennes sont visibles sur cette page, [en ligne] http://id.lib.harvard.edu/via/8001253421/catalog (consulté le 12 novembre 2017).

5 Par exemple, Déborah Coeffier, « Les archivistes de Rennes sauvent l’esprit de «Charlie» », Libération, 7 février 2015, [en ligne], disponible sur http://www.liberation.fr/societe/2015/02/07/les-archivistes-de-rennes-sauvent-l-esprit-de-charlie_1196939 (consulté le 12 novembre 2017).

6 Les quatre phases sont les suivantes : sacralisation, assimilation, dissension, banalisation. Maelle Bazin rédige une thèse en sciences de l’information et de la communication sur Les écritures urbaines post-attentats de janvier 2015 en France.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *