Pour une reconnaissance des écrits ordinaires : l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA)

Cette association, fondée en 1992, collecte des récits autobiographiques et des journaux intimes sans opérer de sélection, avec un engagement fort, celui de d‘en garantir une lecture empathique qui se traduit dans de petits comptes rendus appelés « échos ». Elle est accueillie par la commune d’Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain, au sein de la médiathèque1.

Á l’origine de cette association, un universitaire, Philippe Lejeune, lui-même diariste, spécialiste des écritures autobiographiques, auteur reconnu de nombreux ouvrages sur la question et promoteur du « pacte autobiographique »2. Philippe Lejeune s’est notamment intéressé aux écritures ordinaires.apa_lejeune_pacte_auto Il en a tiré plusieurs constats. Le premier est que de nombreux auteurs de récits autobiographiques éprouvent le besoin pressant de confier leur production, de la transmettre. L’épicentre n’est pas un désir narcissique d’être reconnu mais bien plus le besoin de se survivre. Au fond, il s’agit pour les auteurs de ces fragments de vie de pouvoir s’auto-archiver. Le second constat est celui de l’insuffisance des institutions et leur incapacité à répondre à cette demande. La famille qui communie dans le collectif se méfie du membre qui joue une partition personnelle en se saisissant de la plume. Au moment du décès, les entourages pensent préserver l’intimité en détruisant correspondances et journaux intimes. Quant aux institutions de conservation, notamment les services d’archives, elles ne sont pas forcément connues des auteurs et elles affichent rechercher des fonds ayant un intérêt collectif3.

Philippe Lejeune a cherché à répondre à cette demande d’auto-archivage en proposant un échange original : texte contre lecture. Il s’est inspiré de l’exemple italien, a recherché un lieu d’accueil et a trouvé Ambérieu-en-Bugey. L’association reçoit environ 150 dépôts par an, les trois quarts sont des récits autobiographiques, 20 % sont des journaux, 5 % des correspondances. Elle comporte 700 membres dont 150 sont très actifs. Une trentaine sont des « échotiers » et se rassemblent en comités de lecture. Les échotiers rédigent des notes ou échos de lecture. Celles-ci, indexées et insérées dans un catalogue, ont pour but d’informer les futurs lecteurs sur la nature et le contenu du texte. Avant publication, l’écho est transmis à la personne qui a déposé le texte qui peut donc réagir si elle le souhaite. Un même texte peut générer plusieurs « échos » autant de lectures et de points de vue croisés. Depuis quelques années, les textes sont relus pour proposer des parcours thématiques : la seconde guerre mondiale, l’amour, le Magreb, la première guerre mondiale. Le professionnel des archives ne pourra que constater l’affectivité de la relation qui s’établit et la subjectivité revendiquée de l’instrument de recherche.

Ces fonds sont ouverts aux curieux et aux chercheurs de toutes disciplines. Sur 3000 dépôts, seuls 75 connaissent un embargo. Derrière cette association et cette belle aventure humaine et humaniste se cache un engagement militant : celui de la revendication de la valeur de tous les écrits personnels.

On notera avec intérêt plusieurs points. Le succès de l’association vient de la promesse d’un échange – manuscrit contre lecture – concrétisé par les notes de lecture, les « échos ». La dénomination est particulière bien choisie, car il s’agit bien de faire écho au don par un contre-don. Il vient aussi de l’identification précise, très spécialisée, d’un lieu de conservation qui assure aux donateurs d’attirer vers eux le type de lecteurs ou de chercheurs souhaités. D’autres facteurs interviennent : la notoriété du fondateur, sa légitimité universitaire, sa production scientifique et l’intervention d’une puissance publique – ici la commune d’Ambérieu-en-Bugey – portant le projet sur le long terme. Tous ces éléments légitiment fortement le périmètre de la collecte par cette association dont les pratiques de classement et de catalogage sont parfaitement originales eu égard aux consensus professionnels national et international.

______________________________

1. Ambérieu, capitale des écrivains anonymes, Télérama, 17 mai 2008, [en ligne] disponible sur http://www.telerama.fr/culture/amberieu-capitale-des-ecrivains-anonymes,28899.php (consulté le 27 décembre 2012).

2. L’Autobiographie en France, Paris, 1971, 272 p., troisième édition mise à jour, Paris, 2010, 216 p. ; Le Pacte autobiographique, Paris, 1975, 360 p., nouv. éd., Paris, 1996 ; Je est un autre : l’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, 1980, 336 p. ; Moi aussi, Paris, 1986, 350 p. ; Pour l’autobiographie., Paris, 1998, 252 p. ; « Cher écran… » : journal personnel, ordinateur, Internet, Paris, 2000, 444 p. ; Signes de vie. Le Pacte autobiographique 2, Paris, 275 p. ; Le journal intime : histoire et anthologie [avec Catherine Bogaert ], Paris, 2006, 506 p.

3. Ce constat doit certainement être nuancé. On notera par exemple avec intérêt que la Bibliothèque nationale de France développe un programme en collaboration avec l’APA d’archivage de blogs et propose un parcours guidé (S’)écrire en ligne : journaux personnels et littéraires. Bernard Massip, «  Une collaboration entre l’APA et la BnF : L’archivage des journauxpersonnels en ligne », La Faute à Rousseau, n° 47, février 2008.


2 réflexions au sujet de « Pour une reconnaissance des écrits ordinaires : l’association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA) »

  1. Bonjour, J’avais eu connaissance, il y a plusieurs années, de l’existence de cette association et je l’avais gardée dans un coin de ma tête tout en me désolant de ne plus savoir ni comment j’avais eu cette information, ni par qui. Je me promettais d’interroger, un jour ou l’autre, l’ami (?) Google qui sait tout ou presque. Et puis cet après-midi, voilà que je retrouve le fil grâce à « Un temps de Pauchon », sur France Inter. Je mémorise immédiatement l’intitulé de l’association et me voilà, sur le site, à vous écrire et vous promettre un envoi, d’ici un certain temps. Je suis, en effet, sur deux projets en cours (et un peu en rade aussi, parfois) : 1 souvenir heureux par année de vie et l’abécédaire d’une vie ordinaire.
    L’activité des échotiers, que je découvre, me paraît également très intéressante et je recevrais volontiers des informations à ce sujet. Très cordialement à vous, Béliza

  2. Bonjour, J’avais eu connaissance, il y a plusieurs années, de l’existence de cette association et je l’avais gardée dans un coin de ma tête tout en me désolant de ne plus savoir ni comment j’avais eu cette information, ni par qui. Je me promettais d’interroger, un jour ou l’autre, l’ami (?) Google qui sait tout ou presque. Et puis cet après-midi, voilà que je retrouve le fil grâce à « Un temps de Pauchon », sur France Inter. Je mémorise immédiatement l’intitulé de l’association et me voilà, sur le site, à vous écrire et vous promettre un envoi, d’ici un certain temps. Je suis, en effet, sur deux projets en cours (et un peu en rade aussi, parfois) : 1 souvenir heureux par année de vie et l’abécédaire d’une vie ordinaire.
    L’activité des échotiers, que je découvre, me paraît également très intéressante et je recevrais volontiers des informations à ce sujet. Très cordialement à vous, Béliz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *