Les archives, support d’émotions ? Le point de vue des archivistes à l’ère du numérique

Par Sandy Guibert

Sandy Guibert, Les archives, support d’émotions ? Le point de vue des archivistes à l’ère du numérique, mémoire de recherche de master 1 Histoire, Document (métiers des archives) de l’université d’Angers, 2013, 96 p.

Prenant la suite de deux enquêtes menées par Sabine Mas, Louise Gagnon-Arguin et Anne Klein en 2010 et 20121, ce mémoire se fonde sur une enquête par voie de questionnaire réalisée en avril 2013 auprès d’archivistes en activité ou retraités et d’étudiants se destinant aux métiers des archives2. Le but était de recueillir le point de vue d’archivistes sur les relations qu’ils entretiennent avec les documents qu’ils traitent, mais aussi d’appréhender la dimension émotive des archives et son éventuelle influence sur les pratiques professionnelles. Entre support et informations, quels éléments suscitent des émotions chez les professionnels des archives ? La dématérialisation des informations affecte-t-elle les émotions ressenties ?

Les résultats de l’enquête confirment l’existence d’une dimension émotive de certaines archives. Les répondants, au nombre de 86, affirment que les informations contenues dans les documents déclencheraient l’émotion plus que le support même. Pourtant la matérialité des documents ou l’aspect esthétique de certaines archives ne laissent pas totalement indifférents. L’ancienneté de certaines archives et leur apparente fragilité amènent archivistes et lecteurs à réfléchir sur leur mortalité, la brièveté de leur vie comparée à ces documents en théorie éternels. Quant aux documents natifs électroniques, ils suscitent beaucoup d’interrogations, certains participants leur attribuant une dimension émotive potentielle, d’autres refusant de la prendre en compte.

Le contact physique, sensoriel, est donc un puissant vecteur d’émotions, mais il est souvent conjugué avec un autre facteur : un contenu émouvant en tant que tel ; une émotion médiatisée par une autre personne, un lecteur généralement. La perception de l’intimité des personnes et des familles est un élément récurrent dans les réponses des participants. La seconde guerre mondiale et l’Occupation, les spoliations et le génocide juif sont fréquemment cités. L’incarnation de la grande histoire dans un parcours individuel génère empathie et compassion. Mais les émotions suscitées par les archives semblent être de nature individuelle, difficile à partager notamment avec ses collègues, peut-être par souci de préserver un professionnalisme forcément neutre.

Plus qu’une réflexion sur les archives et les émotions qu’elles peuvent provoquer, ce mémoire met en évidence la passion qui anime la plupart des professionnels interrogés. Suivant leur formation ou les missions qu’ils effectuent, les éléments mis en avant par les personnes interrogées divergent. Les archivistes ayant une formation d’historien se démarquent des autres en insistant sur le caractère « historique », ancien, patrimonial des archives, qui sont vues avant tout comme des sources d’histoire. La formation jouerait donc, comme joueraient également les missions exercées : contact physique, consultation prolongée comme lors d’un classement ou d’une valorisation, favorisent la naissance de l’émotion.

Le métier d’archiviste en lui-même suscite des émotions, qu’il s’agisse de la joie d’échanger avec les publics ou du désarroi des professionnels face au mauvais état matériel des documents. Ces émotions ne s’épuisent pas avec le temps. Au contraire. Tout se passe comme si leur réitération accentuait leur intensité.

Consulter le mémoire

_____________________________

1. Sabine Mas et Louise Gagnon-Arguin, avec la collaboration de Aïda Chebbi et Anne Klein, « Considérations sur la dimension émotive des documents d’archives dans la pratique archivistique : la perception des archivistes », Archives, 2011, 42-2, p. 53-64

2. Cette enquête comportait un volet prosopographique important. Certaines questions permettaient de situer les répondants par rapport à l’enquête Pratiques culturelles diligentée par le ministère de la Culture (département des études, de la prospective et des statistiques) depuis les années 1970. De nombreuses réponses libres étaient prévues, permettant de recueillir des témoignages et des données qualitatives.


3 réflexions au sujet de « Les archives, support d’émotions ? Le point de vue des archivistes à l’ère du numérique »

  1. Des manuscrits entre traces et effacements

    Un manuscrit renferme dans ses plis et replis tout autant la pensée de son auteur ou le labeur généreux du copiste, que le savoir-faire et l’esthétique de sa fabrique. Une physique faite d’une matérialité sensible, de l’esthétique de la graphie, des nervures du papier et des fils qui nouent entre elles les lignes de sa composition.
    Un art du scripturaire et de la composition qui relève d’une œuvre hybride ; une hétérographie faite de gestes d’artisan, de dessins, de combinaisons de lignes et de formes, d’images et d’illustrations… La corporéité du manuscrit touche la nôtre. Le toucher, le goûter, le voir et l’écouter [1] en récits verbalisés lui offrent un horizon pluriel de réception : plaisir des sens, sacralité, vertus thaumaturgiques, consommation artistique, exotisme de l’alphabet en souffrance du sens de la lettre. Ainsi, il traverse les barrières et les niveaux entre les cercles des lettrés et ceux qui en sont exclus. Sa force hybride délie le lien entre l’écriture et la lecture.

    Le manuscrit renferme le temps, un temps non figé mais ouvert à la réécriture, à la reprise et à l’effacement. Il est soumis à la vie intrinsèque de la matière du support et de ses ingrédients empruntés au monde du vivant.
    L’objet est serti d’intentions et d’attentions pour s’inscrire dans le temps de la transmission, des mobilités des savoirs et de l’exil.
    Il cristallise en palimpseste l’histoire de ses cheminements entre ombre et lumière, exposition publique et rétention privative.
    Aujourd’hui, la patrimonialisation des manuscrits, soumise à l’interrogation brûlante et angoissée face à la fragilité de leur physique et la précarité de leur condition, pousse à en restaurer le corps, à en réparer les blessures du temps. Une patrimonialisation animée par un idéal paradoxal : soustraire les manuscrits à la lumière, leur offrir une tombe protectrice et ne faire circuler que leur « fantôme » dématérialisé. Une hybridité que le numérique leur réinvente pour les inscrire dans l’ordre de la série et de la « reproductibilité » et les exposer en réverbération, d’écran en écran, condition nécessaire de la sauvegarde du corps unique à l’ombre de la vie : toucher, goûter, voir, écouter…

    Pour cette exposition, nous avons privilégié l’esthétique de la physique des manuscrits : graphies, encres, pliures, pigments et chimie de la dégradation du temps qui passe et de ses éclats de poussière, de lumière…

    L’exposition virtuelle Des manuscrits : entre traces et effacements présente une sélection d’images tirées de manuscrits du Fonds Roux déposé à la Médiathèque SHS de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

    Abdelmajid Arrif

    Note :
    [1] Fernando Bouza, Hétérographies. Formes de l’écrit au siècle d’or espagnol, Caza Velázquez, Madrid, 2010.

  2. bonjour, c’est vrai que l’ancienneté et l’originalité de support donne une valeur historique aux archives sur tout lorsque on parle au contexte mais aussi on est devant une grande problème de fragilité de support(papier) qui devient inaccessible alors la ont est besoin aussi de support électronique mémé si il Ya des contraintes

  3. Un point de vue que l’on oublie souvent. Le lien à faire entre les émotions et le profil académique de l’archiviste est tout à fait justifié. L’odeur des vieux livres, les reliures, les différentes textures des documents tout cela sera de moins en moins présent pour les archivistes du futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *