La féminisation des professions de documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990)

Par Lili Willefert

Lili Willefert, La féminisation des professions de documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990), mémoire de recherche du master Histoire, Document (métiers des archives), Université d’Angers, 2013, 55 p.

Le XXe siècle représente une période d’évolution majeure pour le statut des femmes au sein de la société française, un tournant amorcé cependant à la fin du XIXsiècle, par les réformes scolaires. Admises à l’université et dans les grandes écoles formant aux professions culturelles, telles que l’École des Chartes et l’École du Louvre, les femmes se mettent à côtoyer les hommes en salle de cours, une mixité plus ou moins admise et tolérée selon les points de vue et les facultés, étudiants et professeurs n’ayant pas les mêmes opinions. Il faut attendre les années 1920 pour que, de simples auditrices, les jeunes femmes commencent à représenter une réelle main-d’œuvre susceptible de concurrencer leurs camarades de classe masculins. En effet, bénéficiant d’un moindre salaire mais consciencieuses dans leur travail, les nouvelles diplômées, pâtissant au départ de la réticence des professionnels, apparaissent bientôt comme des candidates intéressantes.

Créée en 1821, l’École des Chartes admet sa première élève en 1906, avant d’en accueillir une deuxième dix ans plus tard. En 1924, les femmes représentent 50% des élèves admis en première année. À partir du début des années 1950, elles deviennent majoritaires. Si les diplômées de l’École du Louvre investissent à partir de 1920 les postes de chargées d’accompagnement au sein des musées, celles de l’École des Chartes se répartissent entre bibliothèques, services d’archives, CNRS et domaines artistiques.

L’étude montre la prégnance d’une répartition des missions genrée. Les femmes archivistes-paléographes se dirigent dans un premier temps plus majoritairement vers les postes de bibliothécaires que vers ceux d’archivistes auxquels elles peuvent prétendre par leur qualification. À partir de 1950, elles représentent plus de 50% du personnel des bibliothèques. Les missions qui leur sont confiées – une orientation nette par exemple vers le catalogage ou le contact avec le public – sont volontiers perçues comme adaptées à leur sexe car elles nécessiteraient des qualités intrinsèques comme la patience, la rigueur, l’attention, qualités d’épouses et de mères de famille, mais les cantonnent à des rôles de second plan.

lili_willefert

Parmi les diplômées de l’École des Chartes, seule une petite partie exerce sa carrière entière au sein d’un service d’archives. Au sein des couples de chartistes, nombreux durant tout le XXe siècle, on constate que l’époux occupe un poste d’archiviste1 et que l’épouse, elle, se tourne vers les bibliothèques, les doubles postes d’archivistes-paléographes en service d’archives étant rares en département sur une bonne partie de la période étudiée. La consultation des archives de l’École nationale des Chartes, conservées aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine), associée à la lecture des rubriques nécrologiques de la revue Bibliothèque de l’École des Chartes, a permis d’établir une liste de 56 chartistes et de distinguer les grandes étapes de leur carrière. Sur ces 56 femmes étudiées, seules 24 d’entre elles ont, à un moment donné de leur vie professionnelle, travaillé dans un service d’archives. Cependant, dès les années 1920, des étudiantes effectuent des stages dans des services d’archives et reçoivent un bon accueil, même si certaines structures se montrent réticentes à leur égard. Cela n’empêche pas les femmes d’intégrer les Archives nationales et les archives départementales. Certaines chartistes, entrées aux Archives nationales dès les années 1930, y restent une grande partie de leur carrière. Cependant, durant la première moitié du XXe siècle, on observe que, s’il est possible pour les nouveaux diplômés masculins d’obtenir un poste de directeur des Archives départementales peu de temps après avoir quitté l’École, ce n’est jamais le cas pour les femmes.

Les étudiantes de l’École des Chartes sont respectées et estimées par leurs camarades, et paraissent proches du directeur de l’École, à qui elles n’hésitent pas à demander conseil et qui les soutient dans leurs candidatures. Elles ne semblent pas avoir été systématiquement cantonnées aux postes de bibliothécaires, les nominations en bibliothèque étant aussi fréquentes du côté des élèves masculins. On remarque un changement à partir du début des années 1960. Les anciennes étudiantes sont alors également nommées à des postes de direction dans les archives des départements, et ce sans lien apparent avec leur classement à la sortie de l’École. Sauf exception, elles ne restent à leur poste que quelques années avant d’être mutées dans un autre département.

D’après un recensement effectué grâce à l’annuaire des services d’archives mis en ligne sur le site internet du Service interministériel des Archives de France, actuellement, les femmes représentent 67 % des responsables de services d’archives municipales et 48% des directeurs d’archives départementales. Cette différence de pourcentage indique que, d’une manière générale, les femmes continuent à avoir un moindre accès aux postes à responsabilité.

__________________________________

1. Généralement l’époux devient archiviste départemental, c’est-à-dire qu’il dirige le service d’archives départemental.


Une réflexion au sujet de « La féminisation des professions de documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *