Appropriations du patrimoine numérisé et communautés apprenantes sur le web par Philippe Chevallier

Par Fanny Bourgin et Bérangère Hertzler

Philippe Chevallier, est responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France. Il est également l’un des responsables scientifiques du Bibli-Lab, Laboratoire d’étude des usages du patrimoine des bibliothèques (BnF/Télécom ParisTech).

Philippe Chevallier partage les résultats d’une étude menée en 2013, sous la forme d’une enquête qualitative, à la demande des équipes de Gallica, qui voulaient savoir ce que les internautes font de la masse documentaire numérisée sur la Grande Guerre au niveau national. La méthodologie a été la suivante : des entretiens ont été effectués auprès d’« usagers intensifs » de Gallica1. Cette enquête a été l’occasion de croiser la route d’autres usagers, moins connus des milieux professionnels. Ce sont les membres d’un forum en ligne sur la Grande Guerre : Pages 14-18. Ce forum est en huitième position dans les sites affluents de Gallica. Étudier ce forum permet d’approcher des publics indirects de la bibliothèque numérique, les publics directs étant cernés grâce à une enquête en 20112. Pages 14-18 a été créé en 2000 par un passionné de la Grande Guerre. C’est un portail très actif et très vivant qui comporte 14 000 membres répartis sur les cinq continents. Ce ne sont pas seulement des discussions mais aussi des publications qui sont présentes sur ce forum, à l’instar de travaux de recherche, d’archives privées, constituant au final un fonds patrimonial très important… C’est aussi un lieu de recensement ou d’échange de documents de Gallica que les internautes commentent et enrichissent le cas échéant de leurs propres connaissances. Ceux qui alimentent ce forum ne sont pas des professionnels de la recherche. Trois mots peuvent les définir: « engagement », « plaisir » et « liberté ». Leur recherche est liée au plaisir et à une appétence pour l’histoire collective et l’histoire familiale.

pages_14_18

 

Pages 14-18 est une véritable plaque tournante, pour les chercheurs professionnels comme pour les amateurs. Les chercheurs professionnels ne s’inscrivent pas sur le forum et font de simples visites pour une recherche déterminée. Ils sont reconnaissants pour la qualité des informations, pour les citations des sources ainsi que pour la rigueur et les méthodes utilisées par les chercheurs amateurs. Les amateurs, eux, ne se revendiquent pas comme historiens mais tiennent au contraire à l’appellation « chercheurs amateurs ». Ils font un travail sur le long terme. Certains sont sur le forum depuis plus de trois ans.

Le site conforte l’utilisateur dans sa recherche. Un internaute débutant sur le forum est pour la plupart du temps novice, mais à force de le fréquenter et d’échanger avec les autres internautes, ses connaissances s’amplifient. C’est ce qu’on appelle une « communauté apprenante ». Le forum devient souvent source de découverte de Gallica.

Une veille documentaire régulière et exhaustive sur Gallica est perçue comme difficile voire fastidieuse par les usagers du forum3. De fait, on assiste à une spécialisation de certains internautes qui deviennent « les veilleurs attitrés » de Gallica et qui partagent ensuite sur le forum leurs informations. L’usage du web est généralement considéré sur le plan de lecture. Or, c’est aussi un usage de sociabilité. Un document peut gratifier l’internaute qui l’a découvert. Il y a aussi une valeur d’échange. La communauté en ligne devient donc un médiateur nouveau entre chercheurs et portails documentaires.

L’usage des documents et l’aboutissement des recherches sur Gallica par les internautes ne se cantonnent pas à l’utilisation stricte de Gallica mais aussi à un espace web plus large. C’est ce que Philippe Chevallier a appelé : « usage des portails en-dehors des portails ».

Les « usagers intensifs » de Gallica rencontrés dans le cadre de l’enquête effectuent des recherches précises et se distinguent en cela des « usagers de loisir » (qui représentent 22 % des usagers du portail documentaire selon l’enquête de 2011). Les entretiens avec ces usagers intensifs montrent qu’ils passent peu de temps à établir une recherche : ils saisissent un mot dans le moteur de recherche et ont une faible curiosité pour les autres services de Gallica. Pour eux, Gallica est un fonds documentaire à dépouiller plus qu’une interface de recherche. Les internautes demandent à Gallica la possibilité de télécharger une importante masse documentaire et d’accéder rapidement aux documents sans pour autant demander la mise en place de nouvelles fonctionnalités.

Gallica est une révolution pour les usagers et notamment pour les chercheurs amateurs. En effet, ces derniers ont peu de temps à consacrer à leurs recherches. De plus, se déplacer à Paris a un coût auquel les chercheurs amateurs ne peuvent pas toujours subvenir. La mise en ligne est une véritable démocratisation de l’accès à la recherche : Gallica a rendu des internautes chercheurs.

Pour conclure, il est important de noter qu’il y a une véritable démocratisation du savoir qui suscite le développement de communautés apprenantes. Le forum est un médiateur public en ligne et offre une visibilité supplémentaire au patrimoine numérisé. C’est un exemple de synergie entre communautés experte et apprenante. Une question importante se pose alors : les fonds documentaires des bibliothèques et des archives doivent-ils penser avec ces nouveaux médiateurs ? Mais comment le faire sans récupérer ce qui vit librement hors de l’institution ? S’agit-il encore d’un public de Gallica ?

___________________________

1. Relevant tous d’un profil de chercheur et contacté via des institutions identifiées.

2. 4000 réponses.

3. Il y a de nouvelles informations et des documents nouveaux sur Gallica tous les lundis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.