Omeka, une plateforme pour les humanités numériques  par Pierre Couchet

Par Armand Cotron et Tambay Meixin

Pierre Couchet est spécialisé depuis six ans dans la mise en place de logiciels destinés à la libre diffusion des documents des bibliothèques et des archives de la recherche au sein du Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives Henri Poincaré de Nancy. Il est l’auteur du blog ArchivEngines.

Le laboratoire LHSP-AHP est une unité du CNRS, basée à Nancy qui édite une revue, Philosophia Scientae, dispose d’une bibliothèque et détient notamment les archives du mathématicien et philosophe Henri Poincaré. Mais le travail des chercheurs s’effectue au quotidien dans différents centres et met à contribution des archives familiales, comme des archives publiques. Les documents et les sources mobilisées sont de fait dispersées. Partant de ce constat et de celui de la nécessaire valorisation de la propre production scientifique du laboratoire, est née l’idée de numériser et diffuser les documents en s’appuyant sur des conventions d’étude et de numérisation avec des propriétaires de fonds. C’est ainsi qu’un portail numérique Henri Poincaré a vu le jour. Le périmètre assigné au projet est de numériser et enrichir, grâce à l’océrisation, des transcriptions, des traductions ou des annotations, des archives de famille ou d’organisations, et de publier les articles, livres et thèses des chercheurs du laboratoire, le tout en accès libre après négociation des licences avec les propriétaires1.

Pour ce faire, la solution technique retenue est un logiciel sous licence GPL, Omeka, proposé par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de la George Mason University également à l’origine du logiciel bibliographique Zotero. Sa communauté d’utilisateurs est assez fournie et ses clients sont essentiellement des centres d’archives, des bibliothèques, des musées, des gestionnaires de corpus et des établissements d’enseignement. Ce logiciel est polyvalent ; il permet d’archiver différents types de documents (livres, cartes, photos, documents audiovisuels …) jusqu’à 50 000 items en les organisant en collections et sous-collections. Des métadonnées au format Dublin Core peuvent être liées aux documents. En ce qui concerne la partie publique, un index permet d’explorer le portail. Le visiteur a également la possibilité de télécharger domeka_henri_poincarees documents (crowdsourcing). Côté administration, on peut verser, organiser et diffuser des documents, lier des fichiers à des personnes, attribuer aux documents des métadonnées spécifiques2 et affecter des tags. Le design est adaptatif pour tablettes et smartphones. Des extensions sont disponibles3 et envisageables. Du développement et de l’infographie sont indispensables pour adapter l’outil à ses besoins.

Les documents du portail Henri-Poincaré sont numérisés en tiff et diffusés en Jpeg. L’hébergement est assuré par Huma-Num et les données sont archivées au CINES. L’entrepôt est en OAI-PMH. Il faut ensuite optimiser le référencement et suivre le comportement des utilisateurs pour adopter des stratégies de communication. Il est indispensable de proposer des expositions numériques pour toucher un large public. Le laboratoire par ailleurs développe actuellement un projet de visionneuse.

_______________________________________

1. Licence Etalab, Creative Commons.

2. Contenu du type “personne” = notice biographique (BirthDate, Birthplace, Death Date, Occupation…

3. Bibliothèque d’extensions, disponible [en ligne] sur http://omeka.org/blog/plugin_categories/2-0-compatible/ (consultée le 27 février 2014).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.