Vers un écosystème de valorisation numérique pour les archives par Lucile Grand

Par Christine d’Armagnac et Anne-Sophie Boisselet

Conservatrice du patrimoine au sein du bureau de l’accès aux archives du Service interministériel des archives de France, Lucile Grand suit pour la France le projet de portail européen. Le groupe français est chargé, dans ce projet, de l’intégration des contenus.

L’intervention de Lucile Grand permet de revenir sur la définition des portails d’archives, et pose également des questions concernant l’identification des contraintes et des prérequis à la création d’un portail.

Un portail documentaire constitue un outil de recherche, de référencement, normé et standardisé, qui réoriente l’internaute vers le contenu demandé. Il s’agit en quelque sorte d’un guide ou d’une aide pour l’utilisateur. Son importance réside également dans la possibilité d’aller aux devants des usagers et d’innover dans les pratiques.

Les portails d’archives constituent, en somme, un phénomène « d’indépendance dans l’interdépendance », selon Lucile Grand. Le phénomène prend une ampleur considérable depuis quelques années et ce, grâce au développement d’internet ainsi qu’à un phénomène de diffusion croissant. Il devient donc nécessaire de maîtriser le phénomène le plus en amont possible afin d’en assurer sa visibilité, son référencement et d’amener l’internaute aux objets de sa recherche, les données.

La création d’un portail documentaire demeure un exercice complexe, résultant d’une mutualisation et nécessitant un certain nombre de compétences. C’est ainsi que Lucile Grand parle d’ « écosystème » numérique. Le succès de la grande collecte pour le centenaire de la première Guerre mondiale en est la parfaite illustration. Cette initiative numérique a abouti à des résultats concrets dans les archives et y compris dans les services n’ayant pas prévu initialement de participer à cette opération.

Nous nous situons actuellement dans une conjoncture où le virtuel a pris le dessus sur le visuel, y compris dans le monde des archives. L’internaute doit ainsi faire face à une hétérogénéité totale qu’il faut pouvoir gérer par des logiques de contenus : soit par thématiques (comme Arago, le portail de la photographie), soit par métiers (archives, bibliothèques, musées) ou encore par territoires (par zones géographiques comme l’iconothèque historique de l’océan Indien ou par circonscriptions administratives comme la banque numérique des patrimoines martiniquais). Une notion fondamentale entre alors en ligne de compte : l’interopérabilité ou la capacité d’un système à communiquer avec d’autres systèmes. D’autres portails sont des fournisseurs, des agrégateurs de données (comme Liane, livres et archives numériques en ligne de la région France-Comté, un portail régional qui participe au moteur Collections, ou Collections, un portail multidomaines, qui agrège pour Europeana).

En matière d’archives comme ailleurs, il faut pouvoir se parler et donc pouvoir s’entendre. Il faut également pouvoir disposer d’outils de mapping et de conversion (permettant de faire correspondre un champ avec un autre champ), de définitions de processus pour extraire, traiter, transmettre les données et les agréger dans le portail afin d’ouvrir l’accès.

On entre ici dans le principe du workflow ou « flux de travail ». Il s’agit de la modélisation et de la gestion informatique de l’ensemble des tâches à accomplir par les différents acteurs impliqués dans la réalisation d’un processus opérationnel, ici un portail d’archives. Pour cela, le format EAD ou le protocole OAI sont fortement recommandés.

Le futur portail national dont l’ouverture est prévue d’ici la fin 2016 devra proposer un accès fédéré aux ressources du réseau. Ce-dernier est à prendre au sens très large et regroupe alors les archives, les ministères de la Défense, de la Culture et des Affaires étrangères, et les collectivités territoriales. Il devra valoriser l’activité du réseau et ses ressources, diffuser l’information professionnelle. Son contenu devra être agrégé au portail européen. La responsabilité du SIAF, dans un tel projet, est d’assurer la cohésion au sein du groupe pour que cela serve à tous, internautes et archivistes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.