Acquérir, conserver, valoriser… Pour qui travaillent les bibliothèques patrimoniales ? Intervention de Noëlle Balley au séminaire Alma, 13 février 2015

Par Valérie Neveu

Noëlle Balley est archiviste paléographe (1991), docteur ès-lettres (2002). Elle a été responsable de la mission Patrimoine au service scientifique des bibliothèques de la Ville de Paris de 2000 à 2005, puis conservatrice à la bibliothèque inter-universitaire Cujas de 2005 à 2014, ses missions comprenant entre autres la numérisation et le patrimoine. Noëlle Balley est chef du bureau du patrimoine au service du livre et de la lecture (ministère de la Culture) depuis décembre 2013. À ce titre, elle coordonne la circulation des biens culturels en dehors du territoire national et assiste en tant qu’expert à tous les fonds régionaux d’acquisition des bibliothèques. Elle a également été membre du comité de rédaction du Bulletin des bibliothèques de France, où elle publie régulièrement, et secrétaire de Bibliopat, association des bibliothécaires patrimoniaux.

Une réflexion critique sur l’interaction entre les bibliothèques patrimoniales d’aujourd’hui, et la demande ou les besoins des publics, peut commencer par quelques constats :

  • Bien que l’évolution des bibliothèques, propre au contexte français, ait donné à beaucoup de bibliothèques municipales la double compétence de « lecture publique » et « patrimoine », il existe une trop forte séparation entre les deux missions.
  • Les fonds patrimoniaux en France se caractérisent par leur dispersion, les collections de la BnF en représentant la moitié, l’autre moitié étant répartie entre de multiples bibliothèques inégalement qualifiées pour en assurer le traitement et la valorisation.
  • Les pratiques des bibliothécaires (gestion de fonds spécialisés, plans de conservation partagée) sont souvent illisibles par le public.
  • La faiblesse actuelle de la formation des bibliothécaires au patrimoine, et la perte – chez les bibliothécaires comme chez leurs lecteurs – de codes culturels (notamment l’ignorance du latin) nuisent à la compréhension et à la valorisation des fonds anciens.
  • Les publics consultant les fonds patrimoniaux sont méconnus, dans la mesure où la première enquête nationale ne date que de 2015.
  • La définition des fonds patrimoniaux a longtemps été fluctuante, même si des textes récents s’efforcent d’en préciser les contours et de mieux cerner la notion de « patrimonialisation ».

Dès lors, comment évaluer la demande sociale en matière d’accès aux fonds patrimoniaux ? Comment en faciliter l’appropriation par l’ensemble de la population (y compris les populations issues de l’immigration) ? Comment constituer, à partir de la production d’aujourd’hui, le patrimoine de demain ? Comment aider le citoyen d’aujourd’hui à trouver dans le patrimoine écrit des clés pour la compréhension des événements actuels ?

Tels ont été les thèmes évoqués par N. Balley.

Depuis quelques années, les conservateurs de fonds patrimoniaux ont connu une « révolution copernicienne » déclenchée par le Code général de la propriété des personnes publiques (2006, § L 112-1) et la Charte de la conservation dans les bibliothèques, dont la dernière version a été publiée par le Ministère de la Culture en 2014. D’une part, la définition du caractère patrimonial n’est plus donnée a priori (est patrimonial tout document auquel est attaché une décision de conservation sans limitation de durée) ; d’autre part, le statut patrimonial est déclaré révocable. Dès lors repose sur les responsables des bibliothèques la lourde responsabilité de « mettre en patrimoine » une partie de leurs collections, ou éventuellement de revenir sur des choix antérieurs. Une telle décision doit être collégiale : au contrôle légal exercé par les services de l’État, n’est-il pas envisageable d’ajouter une concertation à laquelle pourraient participer des représentants des publics ? Serait-ce un moyen de faire des citoyens les acteurs de leur propre patrimoine ?

Une autre piste à explorer serait le renouvellement des pratiques de valorisation et des services à l’intention d’un public demandeur d’accompagnement et d’ouverture large. Le contact avec le document original – par le biais d’animations inventives – doit être préféré à l’exposition de livres sous vitrine ; le dialogue avec le lecteur doit favoriser la « sérendipité » ou découverte de ce qu’on ne cherchait pas au départ. La variété des fonds patrimoniaux (fonds anciens, fonds locaux, fonds spécialisés parfois insolites) autorise toutes les formes de découverte, sur place ou par Internet. Et surtout, le maintien de liens avec la lecture publique doit favoriser la circulation de l’usager d’un pôle à l’autre : seul moyen de faire percevoir à un large public la continuité des collections, et de l’inviter à découvrir ce qui ne doit pas être un patrimoine distant, mais son patrimoine.

Toute politique visant à associer la population au patrimoine doit être appuyée par les élus porteurs de la légitimité démocratique, dont le soutien est d’autant plus nécessaire que les budgets se contractent. Cependant, les bibliothécaires devront s’adapter aux objectifs et à la conception du patrimoine de ces derniers.

Si le patrimoine concerne tout le monde, et s’il peut se définir comme une mémoire partagée par une génération, il est nécessaire pour les professionnels de changer leur regard sur leur époque, et sur le public, pour identifier en amont ce qui sera le patrimoine dans 200 ans ou dans 20 ans. Si l’entretien du fonds local ou l’acquisition du « livre d’artiste » constituent des éléments récurrents de la culture bibliothécaire, du chemin reste à faire pour reconnaître comme patrimoniaux des pans entiers de la production éditoriale considérés comme non « légitimes » culturellement, (héros de la littérature populaire, documents du quotidien, best-sellers) ou méconnus (la littérature scientifique ou technique). Mais les lacunes ne concernent pas que les ouvrages de la production courante : les bibliothèques laissent aussi échapper les archives de grands intellectuels français de la 2e moitié du XXe siècle, plus recherchés à l’étranger qu’en France. Globalement, le XIXe et le XXe s. sont négligés dans les politiques de conservation, alors que 80% des publics du patrimoine consultent des documents récents.

En conclusion, N. Balley a présenté une initiative régionale exemplaire : la carte documentaire de Basse-Normandie, destinée à développer une « politique concertée d’acquisition, de conservation, de circulation et de valorisation des fonds documentaires auprès du public ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.