La naissance des archives départementales au sein de l’administration française

Par Axel Surot

Axel Surot, La naissance des archives départementales au sein de l’administration française de la Révolution au milieu du XIXe siècle. Les archives départementales de Maine-et-Loire, mémoire de recherche de master Histoire, Document (métiers des archives), 2015, 80 p.

La Révolution est une période de grands bouleversements dans le fonctionnement de l’État. De nouvelles administrations naissent telles les archives qui, au XVIIIe siècle, n’étaient qu’à leurs balbutiements. La Révolution marque la création officielle de cette administration par une série de lois. En premier lieu, celle du 7 messidor an II crée un « dépôt central pour toute la République ». Puis, la loi du 5 brumaire an V donne naissance aux archives départementales. L’ordre est alors de rassembler les titres et papiers dans le chef-lieu de chaque département, qui est une circonscription créée pour répondre au besoin de redécouper la France administrativement. Cela met un terme à la multiplicité des institutions féodales qui entraînait un manque de cohérence.

Durant la première moitié du XIXe siècle, les archives s’installent peu à peu dans le paysage administratif français. L’Empire et la Restauration marquent une parenthèse dans l’histoire des archives. La monarchie de Juillet, devient quant à elle un moment bouillonnant pour leur affirmation. En effet, la royauté a besoin de légitimité, et les archives deviennent le vecteur de transmission de l’histoire et du patrimoine. C’est le moment de l’émergence de grands principes archivistiques tels que respect des fonds et le cadre de classement. Ces notions s’étendent progressivement dans les dépôts d’archives départementales.

Notre analyse tente de comprendre comment le service des archives départementales de Maine-et-Loire naît et se met en place, jusqu’à devenir une administration reconnue, faisant partie intégrante de la préfecture. Très peu d’études ont été faites sur ce sujet à cette période. Les travaux se concentrent essentiellement sur la deuxième moitié du XIXe siècle et sur l’arrivée des premiers chartistes. Concernant la Révolution française, les recherches traitent essentiellement des destructions causées par le vandalisme, ou plus localement, des guerres de Vendée.

Notre mémoire se concentre d’abord sur les préposés aux archives de la préfecture ainsi que sur leur travail de rassemblement et de tri des titres. Il s’intéresse ensuite à l’ancrage des archives départementales au sein de la préfecture de Maine-et-Loire, au cœur de l’abbaye de Saint-Aubin. Enfin, les « premiers archivistes » du département sont mis à l’honneur. Nous nous penchons ainsi sur leur origine sociale, leur personnalité et leur fortune. Leur carrière et leur travail sont mis au centre de notre réflexion afin d’en dresser un bilan.

Il s’avère alors que les archives départementales de Maine-et-Loire se constituent à travers un nouveau réseau d’archives publiques, organisé autour des huit districts du département, dont le dépôt d’Angers en est le centre principal. Les tris réalisés par les premiers archivistes se concentrent à partir de l’an V au sein de l’abbaye de Saint-Aubin, devenue le foyer de la préfecture de Maine-et-Loire.

Les premiers archivistes appartiennent à la petite bourgeoisie de l’époque. Issus de familles d’artisans parfois qualifiés, ils bénéficient d’une bonne éducation. Toussaint Béraud et François Guémas exerçaient à l’origine la profession de feudiste. Seul Pierre Jubin, fait figure d’exception en réalisant une ascension sociale alors même que sa formation de militaire ne le destinait a priori pas du tout au métier d’archiviste.

Les archivistes continuent, non sans difficultés, à effectuer leur travail. Le temps et le peu de moyens qui leur sont alloués ne permettent pas de réaliser un classement abouti, mais un effort d’organisation est fourni, quelques inventaires sont rédigés, et l’ébauche d’un système de cotation relatif aux arrêtés préfectoraux est réalisée. En 1841, l’arrivée du premier chartiste marque un tournant dans l’histoire du dépôt. Tout n’est pas à refaire, mais ce n’est que le début d’un long travail de classement, de tri, d’inventaire et d’organisation du dépôt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.