Quelle place pour les archives dans la recherche médicale ? Point d’étape sur une thèse en cours

Par Magalie Moysan

L’utilisation des archives dans la recherche scientifique intéresse de plus en plus les archivistes1, mais aussi les chercheurs de différentes disciplines, comme l’ethnologie2, la sociologie3 ou les sciences de gestion4.

Cet article présente un travail de doctorat en archivistique sur « la place des archives dans la recherche médicale de 1968 à 2009 » réalisé à l’université d’Angers sous la direction de Patrice Marcilloux. L’objectif est de définir la place que les archives occupent dans la recherche médicale et de répondre aux questions suivantes :

  • quelles sources d’archives sont utilisées et comment s’intègrent-elles dans le processus de recherche médicale ?

  • comment les archives des structures sont-elles organisées et en vue de quelle utilisation ultérieure ?

Le sujet est traité dans une perspective historique, de 1968 à 2006, afin d’étudier les évolutions liées au contexte réglementaire ou encore à l’émergence de l’informatique.

Pour répondre à cette problématique, plusieurs types de sources sont mobilisés : des fonds d’archives, une revue d’épidémiologie, ainsi que des questionnaires à destination de responsables de structures médicales, suivis d’entretiens.

Nous nous appuyons également sur des travaux existants en archivistique (Terry Cook, Luciana Duranti), en histoire de la recherche médicale (Jean-Paul Gaudillière, Jean-François Picard, etc.), en sociologie des sciences (comme les travaux de Bruno Latour), ou encore en sciences de l’information (Jean-Michel Salaün, collectif Pedauque).

Pourquoi la recherche en sciences médicales ?

La recherche médicale présente plusieurs intérêts pour une étude archivistique. Les recherches sur l’être humain génèrent des documents et données sensibles (données nominatives et médicales) qui ont une durée d’utilité souvent longue. A l’issue de cette durée, la réglementation impose la destruction ou l’archivage des traitements de données à caractère personnel5. La recherche médicale s’inscrit donc dans le temps long, dépassant parfois la durée de vie de l’individu pour s’intéresser à ses origines, comme en génétique.

Si la preuve en médecine est essentiellement fondée sur des expériences ou des observations, nous formulons l’hypothèse que certaines disciplines mobilisent des archives dans leurs recherches. En épidémiologie, les études de cohortes organisent le suivi de populations sur le long terme et les registres de morbidité consignent les cas d’une pathologie donnée sur un territoire. Les deux sont amenés à utiliser des sources d’archives pour constituer leurs bases de données et doivent ensuite assurer la conservation de leurs documents sur le long terme.

Quel(s) usage(s) pour les archives ?

Pour ce sujet, nous considérons que les documents et données deviennent archives par un processus de « mise en archives6 » qui induit une rupture, un chantest-214244_640gement dans leur usage ou dans leur finalité. Cette définition des archives inclut donc des ensembles structurés (documents, bases de données) ou moins structurés (données), qu’ils soient bruts ou retravaillés.

Dans ce contexte, nous nous interrogeons sur les conditions de la réutilisation : quelles sont les opérations qui favorisent la réutilisation des documents d’archives (classement des documents, réseaux de chercheurs, culture du partage dans la discipline, etc.) ? A l’inverse, la mise en archives crée-t-elle une rupture qui rend la réutilisation difficile ?

Les deux premières années de la thèse ont été consacrées à la revue bibliographique, à la réflexion sur la problématique et à l’identification des sources. La préparation et l’administration de questionnaires d’enquêtes et d’entretiens occupent cette troisième année de doctorat.

___________________________________

1. Une section AURORE (Archives des universités, rectorats, organismes de recherche et mouvements étudiants) a été créée en 2013 à l’Association des archivistes français.

2.  Laferté (Gilles), « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite », Genèses, n° 63, 2006, p. 25-45.

3.  Silberman (Roxane), Les sciences sociales et leurs données. Rapport de mission au Ministère de l’Education nationale, de la recherche et de la technologie, Paris, La Documentation française, 1999, 193 p.

5. Article 36 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée.

6.  Anheim (Étienne), Poncet (Olivier), « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, n° 125, 2004, p. 3.

 


Une réflexion sur « Quelle place pour les archives dans la recherche médicale ? Point d’étape sur une thèse en cours »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *