Les archives illustrées : le curé du Diable ou l’épopée d’une bande-dessinée par Jean-Philippe Agresti

Par Léa Belluau et Marianne Keurmeur

Jean-Philippe Agresti est professeur d’histoire du droit à l’université d’Aix-Marseille. Invité à la XIVe journée d’archivistique d’Angers, il explique comment il a été amené à collaborer à une bande dessinée publiée chez Casterman.

À l’origine de cette aventure atypique, se trouve un concours, lancé par les archives départementales des Bouches-du-Rhône alors dirigées par Jacqueline Ursch. Il s’agissait d’illustrer une grande affaire criminelle ayant eu lieu dans le département. Hugo Bogo, un jeune dessinateur de 21 ans, remporte ce concours et choisit d’illustrer une affaire célèbre de sorcellerie s’étant déroulée au XVIIe siècle à Marseille. Les archives départementales souhaitant par ailleurs que les documents de cette affaire fassent l’objet d’une recherche, s’assurent de la collaboration de Jean-Philippe Agresti. Celui-ci exploite les sources à la bibliothèque nationale de France, aux archives départementales, ainsi que des archives privées restées dans les mains de la famille d’une des protagonistes, le tout en vue d’une exposition. Jean-Philippe Agresti prononce une conférence et co-rédige un livret illustré parallèlement par les personnages dessinés par Hugo Bogo à l’occasion de cette exposition. On est alors dans une démarche encore assez classique de médiation de l’histoire. À cette occasion, le talent du jeune dessinateur est repéré par Casterman qui lui commande un album, une vraie bande dessinée sur cette affaire : Le curé du diable (2013, 62 p.). Jean-Philippe Agresti est également contacté pour rédiger une postface dont l’objectif est de retracer de manière accessible mais le plus fidèlement possible et sur la base des archives, le déroulement de l’affaire.Hgo Bogo, Le Curé du diable, Casterman, 2013

Jean-Philippe Agresti a dû s’adapter à la commande et , sans oublier sa formation de juriste et d’historien du droit, produire une matière utilisable pour le dessinateur, à savoir un déroulé de l’affaire, minutieux mais compréhensible. Il lui fallait rendre accessible l’intégralité de l’analyse, faire comprendre en quoi cette histoire de sorcellerie était remarquable et singulière. Le dessinateur a ensuite choisi, ou pas, de retenir tel ou tel point dans son scénario.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.