Entre histoire du livre, sciences de l’information et sociologie de la culture, peut-il exister une recherche en bibliothéconomie ?

Par Ambroise Bergier et Camille Crochepeyre

L’intervention de Valérie Neveu, Entre histoire du livre, sciences de l’information et sociologie de la culture, peut-il exister une recherche en bibliothéconomie ?, clôture la deuxième phase de la XVe journée d’étude d’archivistique d’Angers, en nous éclairant sur le statut de la recherche en bibliothéconomie aujourd’hui. Depuis quelques années, le mondes des bibliothèques et celui des archives se voient accorder une place dans les formations universitaires. Toutefois, même si la recherche autour des bibliothèques a déjà existé par le passé, sa situation semble s’être immobilisée : peu de changement depuis 2001, date à laquelle l’intervenante avait déjà eu l’occasion de réfléchir à cette question. La recherche en archives, faible dans les universités à cette période, s’est vue quant à elle dotée de formations multiples en France et dans le monde, permettant l’avancée de la recherche dans ce domaine.

La faiblesse de la recherche en bibliothéconomie est liée à un manque de reconnaissance de cette discipline comme champ de recherche à part entière, mais également à une dépendance vis-à-vis d’autres domaines. La faible activité des bibliothécaires en ce qui concerne la recherche dans leur domaine peut également être un facteur, les professionnels n’ayant pas d’obligation de recherche. Mais par une définition plus détaillée de la bibliothéconomie, Valérie Neveu nous donne quelques pistes de réflexions intéressantes. Auparavant dénommé « sciences des bibliothèques », l’ensemble de ces pratiques professionnelles a reçu l’appellation de « bibliothéconomie » récemment. Ce nom regroupe de nombreux savoir-faire, telle que la structuration des données et catalogues, la gestion des circuits documentaires, la politique d’acquisition et de conservation et ressources, l’organisation de l’espace documentaire, et la mise en relation avec les publics. Domaine d’études intégré dans les sciences de l’information, mais également en histoire et en sociologie, est-il nécessaire de créer une discipline universitaire pour faire des recherches dans ce domaine ?

La recherche en bibliothéconomie est d’ailleurs éclatée en trois pôles : histoire du livre, science de l’information et sociologie de la culture. De ce fait, la bibliothéconomie est véritablement dépendante d’autres sciences et cette difficulté à faire reconnaître cette discipline au niveau universitaire est semblable à celle qu’a connu la discipline bibliographique au XIXe siècle. Cette dernière avait, aux XVIIIe et XIXe siècles, un sens plus important qu’aujourd’hui et regroupait en son sein « bibliothéconomie » et « science du livre ». Le champ disciplinaire éprouve donc des difficultés à faire valoir sa pertinence, l’emploi même du mot « bibliothéconomie » se raréfie dans les années 2000 et peu de recherches sont effectuées. Cette dénomination semble inutile, tout comme la revendication d’une autonomie dans les sciences de l’information, domaine qui semble complètement éclipser la bibliothéconomie. Mais ne faut-il pas mieux promouvoir la bibliothéconomie comme fédératrice des recherches existantes ?

Les lieux de recherche dans ce champ semblent en effet variés. L’École nationale supérieure de sciences de l’Information et des bibliothèques (ENSSIB), établissement public de l’enseignement supérieur, inclut des recherches en anthropologie de la bibliothéconomie contemporaine, bien que le mot même de « bibliothéconomie » soit absent. La Bibliothèque nationale de France organise quant à elle des recherches en patrimoine et bibliothéconomie. Enfin, la Bibliothèque publique d’Information (BPI), créée en 1970, comporte un « service d’étude de recherche » et produit des études à orientation sociologique qui donnent lieu à une collection d’une trentaine de titres. Peu de revues de recherche paraissent dans le secteur propre aux bibliothèques, mis à part aux États-Unis où des titres aux sujets très pointus sont publiés. Cependant, quelques monographies viennent égayer le tableau en France. Il y a, en outre, de nombreuses formations rattachées à des laboratoires de recherche, l’université d’Angers étant par ailleurs un bel exemple d’insertion de formation en bibliothèques dans un département d’histoire, malgré l’absence de formation doctorale. Les travaux menés au niveau master sont d’ailleurs essentiellement axés sur l’histoire du livre ou la bibliothéconomie.

Les thèmes récurrents dans les travaux de recherche en bibliothéconomie sont également divisés en trois pôles : l’histoire du livre et des bibliothèques, la sociologie de la lecture et des publics, et le numérique. Si le premier thème est sans conteste le plus abordé, notamment par les professionnels du métier, le deuxième sujet est le plus populaire à l’heure actuelle et suscite un intérêt à grande échelle, professionnel comme amateur. Enfin, le numérique intéresse depuis les années 70, avec des recherches sur l’automatisation des équipements et sur l’informatique technique. Pour autant, certaines pistes semblent sous-exploitées, comme celle des techniques et des représentations professionnelles.

En conclusion, la difficulté à définir la bibliothéconomie ferme des portes et ce domaine de recherche est loin de s’être imposé aujourd’hui. Pourtant, ceux qui travaillent dans ce champ ont la volonté de s’affirmer comme enseignant-chercheur sans être rattachés de quelque manière à l’influente discipline que forment les sciences de l’information.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *