La Gazette des archives : expression professionnelle et/ou recherche en archivistique ?

Par Lisa Cassassoles, Lucy Halliday et Julie Kergueris

Élisabeth Verry est archiviste-paléographe, diplômée de l’École nationale des chartes et directrice des archives départementales du Maine-et-Loire. Elle est intervenue à la XVe journée d’archivistique d’Angers le 3 février 2017 au titre de coordinatrice du comité de rédaction de La Gazette des archives, revue de référence en archivistique en France parmi un éventail francophone restreint, publiée par l’Association des archivistes français (AAF). 

Élisabeth Verry commence son intervention par un bref historique des temps forts de La Gazette des archives. Elle rappelle que, comme l’a souligné Violaine Challéat-Fonck1, La Gazette a été fondée en 1927 dans un souci d’indépendance de la tutelle et de l’autorité des bibliothécaires. Des articles savants et érudits côtoient une expression professionnelle dès ses débuts, par exemple Ernest Coyecque publie, en 1935, un article sur le dépôt des archives notariales aux Archives nationales et départementales à la suite de la loi de 1928 C’est un lieu où connaissances pratiques se mêlent à la réflexion scientifique. 

En 1949, à l’initiative de Charles Braibant, les congrès annuels sont instaurés. Dans un même temps, Guy Duboscq, président de l’AAF, lance l’idée d’une question annuelle proposée à la réflexion de tous les archivistes dont les comptes rendus sont publiés dans La Gazette. La première porte sur « Le problème du microfilm dans les archives ». Ces questions sont l’occasion pour les archivistes français de s’interroger sur les problématiques archivistiques de leur temps.  

À partir de 1976, La Gazette se dote d’un nouveau rédacteur en chef, Gérard Naud, c’est un temps faste dans l’histoire de la revue, de nombreux sujets sont développés qui portent par exemple : sur le droit à l’information et au secret, les archives dans la décentralisation, les archives des partis politiques, la déontologie, etc.

Succède à cette grande époque de La Gazette, une période de creux. En effet, de 1995 à 2005, le rythme de publication change, la revue se détache de l’association, avec une participation moins active des membres de l’AAF. Dans l’article de Christine Nougaret2, qui sert de référence à Élisabeth Verry, l’auteur lance un appel : La Gazette doit se réinventer après cette décennie de doute ou alors elle est vouée à disparaître. Toutefois, comme l’affirme Élisabeth Verry aucune des injonctions ne s’est réalisée : il n’y a pas eu de renouveau au sein de la revue, mais plus un renforcement avec un retour à un rythme de publication trimestrielle avec des sujets traités par thématique.

Pour répondre à la question qui lui a été posée, Élisabeth Verry conclut de la manière suivante. La Gazette n’est pas une revue scientifique parce qu’elle veut donner la parole aux professionnels en mettant en valeur leur « expérience ». Et sa force est justement, souligne-t-elle, de juxtaposer la pratique des archivistes et les articles de fond « délimitant » la recherche en archivistique. En fin de compte, la revue, sans comité de lecture mais avec un comité de rédaction, ne se veut pas une revue scientifique, tout en participant malgré elle à la recherche, par la voix des archivistes de terrain. Elle est donc une combinaison de l’expression professionnelle et de la recherche en archivistique. 

_________________________________

1 Violaine Challéat-Fonck, « La naissance de La Gazette des archives », La Gazette des archives, n° 229, Paris, 2013.

2 Christine Nougaret, « L’apport de l’Association des archivistes français à l’archivistique : 70 ans de Gazette des Archives », La Gazette des archives, n° 204, Paris, 2006.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *