Le doctorat en archivistique. Table ronde

Par Marine Bizien, Marion Faujour et Camille Fraysse

Deux docteurs et six doctorants de l’université d’Angers participent à cette table ronde de la XVe journée d’archivistique d’Angers.

Damien Hamard, qui en est l’animateur, a été le premier à recevoir le titre de docteur en archivistique en 2015, grâce à sa thèse intitulée Des archivistes paléographes aux archivistes, l’Association des Archivistes français au cœur des réseaux professionnels (1970-2010). À ses côtés, Charly Jollivet, ayant soutenu sa thèse le 15 décembre 2016 sur Archives, archivistique et logiques d’usage dans les territoires issus de la colonie de Madagascar de 1946 à nos jours, ainsi que six doctorants : Margot Georges, Magalie Moysan, Gaye Ndiaye, Jean-Philippe Legois, Ludovic Bouvier et Adelaïde Laloux. Tous ont accepté cette rencontre afin de partager leur expérience sur le chemin du doctorat.

La première question posée concerne l’essence même de la recherche : pourquoi choisir l’archivistique plutôt que l’histoire? D’abord, il y a un désir de poursuivre une formation en archivistique après avoir intégré la profession, afin d’en améliorer la pratique personnelle et collective. Par ailleurs, il s’agit de mener à terme un projet qui a longtemps mûri.

Mais faut-il-être archiviste pour se lancer dans de telles thèses? Si l’on observe chacun des intervenants, il est difficile de dire le contraire. Cependant, si la sensibilisation au monde des archives est un fait bien établi, rien n’empêche le chercheur de s’en dégager dans le but de s’orienter vers plus d’indépendance, de recul vis-à-vis de son objet de recherche, en avoir une vision issue d’une autre origine. En revanche, si l’on se place du point de vue de la profession, il est évident que la demande est celle d’une « archivistique pure et dure »(Charly Jollivet), visant à combler les lacunes qui perdurent en son sein. On constatera enfin que cinq des personnes présentes étaient, au moment de leur inscription en thèse, en poste dans un établissement d’enseignement supérieur ou de recherche. Pour autant, ce contexte ne semble pas déterminant dans leur choix de poursuivre en doctorat.

Qu’en est-il des courants de recherche? On peut en dénombrer trois principaux : archives et société, histoire des archives, ou encore l’évolution des archives (vers le numérique par exemple).

Quelles sont les sources? Elles sont de tous types : écrites et orales (enquêtes et revisites, entretiens, témoignages). Finalement l’objet d’étude crée la source. Parfois c’est en sortant du champ de l’archivistique pure qu’on trouve des réponses : vers la sociologie, l’ethnologie, le droit, la géographie. Mais dès qu’on entre au contact des sources, on est en relation avec les professionnels qui veillent sur elles. Être chercheur modifie le regard du professionnel que l’on redevient dès qu’on ôte sa casquette de recherche et amène à replacer l’usager au centre de l’attention, à chaque étape du suivi des archives, de la collecte à sa communication. Car, en effet, l’accès n’est pas toujours aisé, ne serait-ce que par les jours et horaires d’ouverture des structures. La recherche demande une flexibilité d’emploi du temps qui ne coïncide pas toujours avec les activités professionnelles de chacun.

Que dire de l’image du doctorant auprès de ses pairs? Elle semble plutôt positive. Le doctorant paraît bien accueilli par le monde professionnel, la recherche étant vue comme un atout dans la compréhension des archives.

Somme toute, quel est l’intérêt de réaliser un doctorat? Outre une satisfaction personnelle réelle, il y a l’évidence d’une utilité archivistique et les possibles réinvestissements professionnels et dans la société.

Quant au cadre universitaire, pourquoi pas. Charly Jollivet exerce actuellement les fonctions d’ATER à Angers. Pour autant, l’idée générale est plutôt de réinvestir son expérience de chercheur dans sa vie d’archiviste praticien.

Autre billet sur le même sujet :  Du master au doctorat en archivistique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *