Convergences scientifiques : recherches croisées en archivistique et humanités numériques

Par Sarah Olivès, Natacha Rodine et Noémie Trichet.

Florence Alibert, docteure en esthétique et philosophie de l’art, conservatrice de bibliothèque et maître de conférences en humanités numériques à l’Université d’Angers, débute son intervention lors de la XVe journée d’archivistique d’Angers par des rappels chronologiques autour de la constitution des humanités numériques.

Celles-ci naissent dans les années 1950 avec les travaux du Père Roberto Busa, qui a collaboré avec IBM pour informatiser l’index du Corpus Thomisticus de Thomas d’Aquin. Dans cette première phase, l’informatique est un outil pour automatiser le travail du chercheur et augmenter sa capacité d’analyse des textes. Les humanités numériques sont alors désignées comme Literary and linguistic computing.

Dans les années 1960-1970, on assiste à un développement de l’utilisation de l’informatique par les chercheurs pour créer des statistiques autour de corpus numériques. Dans les années 1970, de grandes bases de données sont créées grâce à des associations interdisciplinaires entre chercheurs, qui sont renforcées dans les années 1980. À cette époque s’établit une collaboration durable entre chercheurs en humanités et informaticiens avec le Consortium pour ordinateurs en sciences humaines en 1986. On parle d’Humanities computing, qui deviennent un objet d’étude en elles-mêmes grâce à la transdisciplinarité des sujets étudiés.

Avec l’émergence d’Internet dans les années 1990, les Humanities computing deviennent Digital Humanities, terme qui se stabilise en 2004 avec la publication de la monographie A Companion to Digital Humanities. L’ensemble des processus de production des savoirs évolue, de même que leur diffusion, leur support, intéressant notamment des archivistes et des bibliothécaires.

Le manifeste fondateur des Humanités numériques, paru en 2010, est créé par des chercheurs, des professionnels de l’information et des informaticiens. Il aborde plusieurs points :

  • Le tournant numérique pris par la société et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs.

  • Les Digital Humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et Lettres.

  • Les Digital Humanities sont vues comme porteuses de méthodes, de dispositifs, de perspectives heuristiques liées au numérique.

Florence Alibert expose un exemple de transdisciplinarité autour de la William Blake Archive. Cette bibliothèque virtuelle autour de l’œuvre de William Blake se compose de manuscrits enluminés, d’œuvres graphiques, littéraires, de correspondances, etc. Des étudiants, des documentalistes, des conservateurs, des chercheurs de plusieurs disciplines, des informaticiens, ont collaboré à la création de la Blake Archive. Le travail des auteurs du site consiste à présenter l’œuvre de William Blake, mais également à proposer une réflexion sur leur propre travail comme objet d’étude et de recherche. On assiste donc à une mise en abîme de la recherche, illustrant ainsi les convergences entre recherche et humanités numériques et recherche en archivistique ou en bibliothéconomie, c’est-à-dire une interrogation croisée autour d’outils, de pratiques professionnelles et d’usages. Ce travail a donné lieu en 2013 à la publication d’une monographie.

Enfin, Florence Alibert revient sur le projet NatioNum, qui étudie l’histoire des débuts de la numérisation patrimoniale en Europe de 1990 à 2004, et notamment les politiques publiques, le comportement des professionnels et les critères de sélection.

Florence Alibert conclut en expliquant que cet ample mouvement de création des corpus numériques aurait pu aboutir à un cloisonnement très strict entre disciplines, entre les créateurs d’outils et les détenteurs d’un savoir académique.

Or, la diffusion de ces corpus via Internet a, au contraire, permis de fédérer les gens, de cristalliser des compétences variées et complémentaires autour de projets protéiformes nécessitant à la fois de maîtriser les fonds et la forme, les outils techniques et les savoirs traditionnels (classement, indexation, tri) tout en sachant les renouveler pour les adapter à de nouvelles formes de documentation et de diffusion des savoirs.

Enfin, l’histoire qui peut être dressée de ces pratiques professionnelles en mutation convoque à la fois des méthodes traditionnelles des historiens et une vision inventive de la recherche en humanités numériques.


2 réflexions sur « Convergences scientifiques : recherches croisées en archivistique et humanités numériques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *