Appel à communications : les mondes de la généalogie / Genealogical communities across the world

Diffusions et transformations d’une pratique amateur à l’échelle transnationale

Disseminations and transformations of an amateur practice at transnational level

24-25 janvier 2019. Université d’Angers

La pratique généalogique amateur par mobilisation d’archives s’est développée et popularisée en certains pays depuis les années 1960. L’objectif de ce colloque est d’interroger les processus de diffusion et de transformation de ce type de pratique à l’échelle transnationale : dans quelle mesure peut-on parler d’une pratique « mondialisée », et quels sont les modalités concrètes, les logiques et les enjeux de sa diffusion ? Il s’agira de questionner les diffusions et les transformations des représentations qui sous-tendent une telle pratique (rapports aux « origines », à la filiation,

aux traces écrites et à l’histoire, par exemple), ainsi que des outils et techniques mobilisés par les généalogistes pour mener leurs enquêtes et pour représenter graphiquement les savoirs ainsi constitués.

Argumentaire

 

La pratique généalogique amateur par mobilisation d’archives s’est développée et popularisée en certains pays depuis les années 1960. En France, par exemple, l’émergence de cette « passion » (Sagnes 1995 ; Barthelemy et Pingaud 1997) interroge la diffusion et la transformation, depuis les productions de généalogie d’élites durant l’Ancien Régime, des représentations qui sous-tendent une telle pratique : rapports aux « origines », à la filiation, aux traces écrites et à l’histoire, notamment. Elle pose également la question de l’évolution des outils et des techniques mobilisés par les généalogistes pour mener leurs enquêtes et pour représenter graphiquement les savoirs ainsi constitués (Burguière 1991, Klapisch-Zuber 1993). L’objectif de ce colloque est d’interroger à l’échelle mondiale les processus de diffusion d’une telle pratique. Il s’agira d’en analyser les structures, les réseaux et les échanges afin de questionner les processus de diffusion des schèmes cognitifs et des outils qui sous-tendent une telle pratique. Dans quelle mesure peut-on parler d’une pratique « mondialisée » de la généalogie amateur par mobilisation d’archives ? Quels sont les modalités concrètes, les logiques et les enjeux de la diffusion transnationale de ce type de pratique généalogique ? Trois axes permettront de traiter cette problématique.

Réseaux, acteurs et modes de la généalogie à l’échelle transnationale

Cet axe vise à questionner les contextes, les acteurs et les modalités concrètes de la diffusion transnationale de ce type de pratique généalogique. Les communications attendues porteront sur les réseaux, les acteurs et les événements qui s’inscrivent dans une dimension transnationale et dont les objectifs et les pratiques visent explicitement la diffusion transnationale de ce type de pratique généalogique. Si l’on peut questionner la création ou la conquête de nouveaux marchés par des acteurs proposant

des bases de données accessibles par le biais de leur site web, il s’agira également d’interroger la diffusion de méthodes, d’outils et de représentations de la généalogie par divers types d’institutions, qu’elles soient marchandes ou pas. Ainsi, les communications pourront porter sur l’organisation de ces institutions, sur les stratégies mises en place par les acteurs, sur les demandes locales ou sur les développements effectifs de leurs activités. Elles pourront également porter sur l’observation et l’analyse d’événements (salons, rencontres, challenges sur le web, par exemple) à vocation « internationale », ou encore sur des pratiques d’amateurs impliquant une importante dimension transnationale, notamment dans le cadre d’un « tourisme généalogique » ou de formes de « quête des origines » par le voyage (Legrand 2006, Bidet 2009).

Généalogies savantes et généalogies ordinaires

Cet axe vise à questionner le rôle d’institutions savantes et des pratiques ainsi mises en œuvre qui ont pu participer à la diffusion à l’échelle mondiale des schèmes de pensée et des techniques mobilisés par les généalogistes amateurs. L’anthropologie, la psychanalyse et la génétique, par exemple, ont donné lieu à la production de généalogies, mais ont également participé au côté des institutions étatiques à la diffusion de représentations particulières de la généalogie et de ses enjeux (Papageorgiou-Legendre 1990 ; Bouquet 1993 ; Finkler 2001 ; Legrand 2007 ; Bamford et Leach 2009). Ces généalogies « d’autrui », construites selon les logiques propres aux milieux savants, ont-elles participé à la diffusion de schèmes spécifiques mobilisés pour la généalogie « de soi » dans un contexte de loisir ?

Une approche historique et épistémologique des processus de constitution et de diffusion de ces cadres savants de la généalogie permettra de questionner les porosités, les emboîtements, mais aussi les contradictions entre « le savant » et « l’amateur » afin d’apporter un éclairage particulier sur la diffusion des pratiques généalogiques. Fondées sur des matériaux empiriques, les communications attendues porteront sur des pratiques généalogiques savantes définies et contextualisées. Elles pourront questionner ces contextes et les logiques de la mise en place de telles pratiques, les outils, techniques et moyens créés ou mobilisés, leurs promoteurs, les discours et débats sur les pratiques, ainsi que les enjeux de leur développement. La présentation et l’analyse de pratiques savantes concrètes devra permettre d’interroger les processus de leur diffusion et appropriation au-delà des milieux dans lesquels elles ont été mises en œuvre.

Des pratiques harmonisées ?

Cet axe vise à questionner la diffusion des schèmes et des techniques généalogiques par la présentation détaillée de pratiques en différentes régions du monde. Comment, localement, les généalogistes produisent-ils leur généalogie ? Les pratiques observées en France métropolitaine à partir des années 1990 dans les milieux populaires (Segalen et Michelat 1991) diffèrent en de nombreux points de celles observées en d’autres régions du monde, que l’on considère les enjeux de la généalogie et de la mobilisation de documents écrits (Kilani 1992), les formes données aux savoirs ainsi constitués et les formes de leur transmission, ou encore les légitimités à ce faire.

Les communications attendues porteront sur des pratiques généalogiques observées en une région du monde, ou plusieurs dans le cas d’une approche explicitement comparative. Elles détailleront les cadres, mais également les contextes, des pratiques généalogiques observées : rapports à l’écrit, présence et accessibilité des archives, outils et techniques mobilisés, formes et temporalité des recherches, réseaux mobilisés, type de filiation valorisée, par exemple. Ce dernier point mènera à questionner le rôle des États et de diverses institutions dans l’identification des individus (Noiriel 2007) ainsi que dans la construction des états civils, des archives et des rapports aux archives. Le positionnement des systèmes archivistiques sera également interrogé : politiques archivistiques, perceptions des professionnels, interactions entre agents des services d’archives et publics généalogistes.

Conditions de soumission

Nous invitons les personnes intéressées à faire parvenir leur proposition d’intervention  (en Français ou en Anglais)  à  pascal.mulet@univ-angers.fr  avec copie àpatrice.marcilloux@univ-angers.fr et benedicte.grailles@univ-angers.fr

avant le vendredi 21 septembre 2018.

Les propositions doivent inclure dans un même fichier :

  • l’adresse e-mail, nom, prénom, statut et rattachement institutionnel,
  • le titre et un résumé présentant les idées principales et les matériaux de l’intervention (3 000 signes maximum).

La réponse des organisateurs est prévue pour le 8 octobre 2018. Les participants seront sélectionnés par le comité scientifique sur réponse à l’appel à communications. Les réponses seront anonymisées avant évaluation.

Plus d’informations : ici.

2019, January 24-25 Angers (France)

Argument

Amateur genealogical practice through archival research has developed and become popular in some countries since the 1960s. In France, for instance, the emergence of such a « passion » (Sagnes 1995; Barthelemy and Pingaud 1997) raises questions about the dissemination and transformation – since the productions of elite genealogies during the Ancien Régime – of representations underlying this practice, such as relations to “origins”, filiation, written records, or to history. It also raises questions about evolution of the tools and techniques used by genealogists to carry out their research and to represent graphically the knowledge they acquired (Burguière 1991, Klapisch-Zuber 1993). The purpose of this symposium is to study the dissemination processes of this practice at international level. Its structures, networks, and exchanges will be analyzed to study the dissemination processes of cognitive patterns and tools underlying this practice. To what extent is it possible to talk of common worldwide amateur genealogy practice through archival data ? What are the specific approaches, principles, and issues of the the transnational dissemination of this kind of genealogical practice? These questions will be studied through three main axes.

Networks, protagonists, and modes of genealogy at transnational level

This axis focuses on contexts, protagonists, and actual modes of transnational dissemination of this genealogical practice. Oral communications should reflect on the networks, protagonists, and events implemented at international level and whose purposes and practices are explicitly directed towards the transnational dissemination of this genealogical practice. Analysis of the creation or capture of new markets by actors who make databases available on their websites, for instance, should lead to discuss the dissemination of methods, tools, and genealogical representations by different for-profit or nonprofit institutions. Thus, talks may address the organization of these institutions, the strategies developed by the protagonists, the local demand, or the actual development of the protagonists’ activities. They may also focus on the observation and analysis of international events (e.g. trade fairs, conventions, Web challenges) or on amateur practices including an important transnational dimension, such as for instance genealogical tourism or people’s “search for origins” through travelling (Legrand 2006, Bidet 2009).

Scholarly genealogies and ordinary genealogies

This axis will focus on the role of scholarly institutions and the practices they set up that may have contributed to the international dissemination of the thought patterns and the techniques used by amateur genealogists. Anthropology, psychoanalysis, and genetics, for instance, have influenced the production of genealogies, but, alongside state institutions, they have also contributed to the dissemination of specific representations of genealogy and its stakes (Papageorgiou-Legendre 1990; Bouquet 1993; Finkler 2001; Legrand 2007; Bamford and Leach 2009). Have these genealogies « of others », established according to specific scholarly principles, contributed to the dissemination of specific patterns used for genealogies « of self » in a leisure context ?

A historical and epistemological approach of the formation and dissemination processes of the scholarly principles of genealogy should raise questions about porosities, interlockings, but also contradictions, between the “scholarly” and the “amateur”, so as to shed particular light on the dissemination of genealogical practices. Based on empirical data, talks are expected to focus on specific and contextualized scholarly genealogical practices. They may explore these contexts and the principles underlying the set-up of this practicies, the tools, techniques and means created or brought into play, their proponents, the discourses and debates on the practices, and the issues at stake in developing these practices. Presenting and analyzing concrete scholarly practices should lead to an investigation of the processes of their dissemination and adoption beyond the circles within which they were originally implemented.

Harmonized practices?

This axis focuses on the dissemination of the genealogical patterns and techniques through the detailed presentation of practices in different regions of the world. How do genealogists produce their genealogies in local contexts ? The practices that have been observed in metropolitan France from the 1990s on among the working class (Segalen and Michelat 1991) are in many ways different from those observed in other parts of the world, whether in terms of the stakes of genealogy and the use of written documents (Kilani 1992), the forms of knowledge thus acquired and the forms of its transmission, or even the legitimacy of doing so.

Oral communications are expected to discuss the genealogical practices observed in one specific region of the world, or several in the case of an explicit comparative approach. They should show the principles and the contexts of the genealogical practices observed : for instance, the relations to written records, the availability of the archives, tools, and techniques being used, the forms and time scale of research, the networks used, or the type of valued filiation. The latter issue involves the analysis of the role of States and various institutions played in the identification of individuals (Noiriel 2007) and the construction of civil status, archives, and the relations to archives. The position of archival systems will also be explored: the archival policies, the perceptions of professional genealogists and archivists, and the interactions between archival staff and the genealogy-seeking publics.

Conditions for submission

We invite all interested parties to send their proposition for oral communications (in French or in English) to pascal.mulet@univ-angers.fr, on a copy to patrice.marcilloux@univ-angers.fr and benedicte.grailles@univ-angers.fr,

before Friday, September 21, 2018.

Candidacies should include in the same file:

  • Full name of the candidate, his or her status and institutional affiliation, and email address;
  • the title of the communication and an abstract including the main ideas and materials (3,000 signs maximum).

Authors will be notified on October 8, 2018 if their abstract has been selected. A scientific committee will select the talk presentations among the candidacies to the call for abstracts. Those will be kept anonymous during selection.

Subsistence expenses in Angers will be covered by the symposium organizers.

More informations, click here.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.