Pourquoi la déontologie est-elle absente du discours des archivistes ? Retour sur trois enquêtes ethnologiques en archives publiques par Anne Both

Par Romain Fontaine

Dans le cadre de la XVIjournée d’archivistique d’Angers du 16 février 2018 sur Archives et déontologie, Anne Both, docteure en anthropologie sociale et culturelle, a réinterrogé des enquêtes menées dans des services d’archives. Spécialiste de l’anthropologie du travail, elle a progressivement orienté ses recherche vers les métiers du patrimoine puis des archives et de la restauration. Elle a été amenée à passer six mois auprès d’archivistes, dans des services d’archives municipaux, départementaux ou encore aux archives diplomatiques1.

L’enquête réalisée par Anne Both autour des archivistes comprend 61 entretiens et 15 carnets d’enquête. Pourtant, il n’y est jamais fait mention de déontologie. C’est un sujet que les archivistes n’ont jamais abordé avec elle. Or il semblerait que l’on évoque la déontologie surtout lorsqu’elle est rendue nécessaire à cause d’abus fréquents. Ainsi les restaurateurs parlent souvent de déontologie. Si cette notion revêt une si grande importance pour cette profession, c’est que les prédécesseurs des actuels restaurateurs ont manqué d’une réflexion déontologique, ce qui a entraîné des pratiques contestables susceptibles d’endommager les documents. L’absence de préoccupation déontologique chez les archivistes observée par Anne Both reflète-t-elle alors la bonne conduite des archivistes ? Ou est-ce la difficulté à qualifier la faute déontologique en archivistique qui explique qu’ils n’en parlent pas ?

Afin de répondre à cette dernière question, Anne Both a donné quelques exemples de fautes observées. Il peut s’agir par exemple d’une absence de bordereau ou bien d’éliminations « sauvages » réalisées par des non-archivistes. Mais la plupart de ces fautes relève plus d’un manque d’attention ou de connaissances que d’une mauvaise volonté. Quant aux tâches de classement, elles sont souvent contrôlées : difficile de classer de manière fantaisiste… Anne Both fait le constat d’une certaine loyauté de la part des archivistes vis-à-vis de leurs collègues comme des producteurs d’archives.

Le statut de fonctionnaire aide aussi l’archiviste à adopter un comportement éthique sans avoir recours à un code déontologique. Il y a un cadre légal à respecter. L’archiviste a le sens du secret et de la communicabilité. Anne Both a pu observer à quel point divulguer une information personnelle est un tabou dans le métier. Elle évoque aussi que les archivistes sont pour beaucoup des passionnés, qui réalisent un travail laborieux qu’il est difficile de « bâcler ». De plus, les archives publiques ne peuvent être vendues (aliénées) et l’organisation de la collecte fait qu’il n’y a pas de concurrence entre services d’archives pour la conservation des fonds.

La bonne conduite des archiviste s’explique donc par la nature des archives, par le carcan juridique et réglementaire, parce que les archives sont un univers non concurrentiel, par la loyauté des archivistes vis-à-vis de leurs prédécesseurs et héritiers. Les archivistes n’ont rien à gagner en manquant d’éthique ou de déontologie.

Pour conclure, l’on peut donc dire que les archivistes sont vertueux par défaut, même s’il le sont aussi par conviction.

_________________________________

1Anne Both, Le sens du temps. Le quotidien d’un service d’archives départementales, Anarcharsis, 2017, 288 p. ; « Un travail de fonds pour l’éternité ». Anthropologie comparée des pratiques archivistiques, rapport pour le ministère de la Culture et de la Communication/Idemec (UMR CNRS 6591), 2010, 152 p. ; “Ce qui est fait n’est plus à faire”, Ethnographie d’un service d’archives municipales, rapport pour le ministère de la Culture et de la Communication/Idemec (UMR CNRS 6591), 2009, 104 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.