Déontologie et coopération : le rôle du Bouclier Bleu par Christophe Jacobs

ParMaïlys Guinot et Amandine Marteel

La participation de Christophe Jacobs à la XVIjournée d’archivistique d’Angers était pour lui, anciennement attaché temporaire d’enseignement et de recherche en archivistique à l’université d’Angers (2012-2014), l’occasion de revenir en terres angevines et sur son expérience au Comité français du Bouclier Bleu  dont il a assuré la présidence (2009-2015) dans le cadre de son expertise dans la prévention et la gestion des risques développée depuis 2003. Le Bouclier Bleu est un organisme spécialisé dans la prévention, la protection et la sauvegarde du patrimoine culturel pris dans une situation de conflit armé ou bien de catastrophe naturelle. Quelle est la place de la déontologie dans le cadre d’une organisation non gouvernementale comme celle-ci ?

Le Comité international du Bouclier Bleu (Blueshield depuis 2017)1, la « Croix-Rouge » du patrimoine, est une organisation non gouvernementale (ONG) créée en 1996 par le consortium de cinq ONG patrimoniales : le Conseil international des archives, le Conseil international des musées, le Conseil international des monuments et des sites, la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques et enfin, le Conseil de coordination des associations des archives audiovisuelles2. Il regroupe à l’origine vingt-quatre comités nationaux auxquels s’ajoutent aujourd’hui trente autres. C’est une organisation plurielle qui s’intéresse à tout type de patrimoine et favorise la pluridisciplinarité.

En 2000, ces organismes ont pris conscience de l’importance d’élaborer une charte déontologique, la charte de Strasbourg, qui énonce une suite de valeurs cardinales à adopter– même si l’une, bien que non inscrite prévaut : la protection de l’humain avant le patrimoine   –, reprises par le Comité français du Bouclier Bleu (né en 2001), lors de la refonte de ses statuts en 2010.

Ces valeurs cardinales sont les suivantes : 

L’intégrité : le patrimoine est irremplaçable et le respect de l’intégrité est essentiel. Elle est la garante de l’authenticité et de la cohérence des fonds. Pour ce faire, le Bouclier Bleu développe des méthodes spécifiques d’intervention et de traitement pour l’identification.

L’impartialité : il est inconcevable pour le Bouclier Bleu de faire la distinction entre les patrimoines en fonction des pays, des croyances et des systèmes politico-économiques. Ainsi, le principe appliqué est de donner la priorité au patrimoine culturel en péril, en respectant la culture du pays sinistré. Lors des situations de crise, les militaires peuvent être sensibilisés au patrimoine des pays dans lesquels ils interviennent au moyen de jeux de cartes associant visuels et indications sur le patrimoine à sauver et protéger traduits dans plusieurs langues. Ce système a été élaboré par certains comités nationaux du Bouclier Bleu en partenariat avec les autorités militaires.

La neutralité et l’indépendance : le Bouclier Bleu s’abstient de prendre part aux hostilités, aux controverses politiques, religieuses, ethniques ou idéologiques. Il est par définition non gouvernemental et peut être sollicité pour envoyer des experts établir des rapports dans les pays où des exactions faites à l’encontre de biens culturels et patrimoniaux ont été constatées.

Le volontariat : Nul n’est payé pour sauvegarder le patrimoine culturel. Ainsi, se porter volontaire pour le protéger sans vouloir retirer des bénéfices financiers directs ou indirects est une des conditions essentielles.

L’unité et l’universalité : en France, le Comité national est le seul représentant du Comité international du Bouclier Bleu. Il étend son action de protection du patrimoine à l’ensemble du territoire français – et à l’étranger uniquement dans le cadre du Comité international –. Il ne cherche donc pas à intervenir dans les pays déjà pourvus de comités nationaux sauf dans le cas de missions conjointes. Néanmoins, tous les comités ont des droits égaux et ont le devoir de s’entraider (partage de bonnes pratiques,procédures…). De cette coopération est né le projet de l’Arche,un hôpital de campagne mobile pour le patrimoine sinistré.

La créativité : parfois, dans une situation de crise, laisser parler sa créativité et faire preuve d’initiative peut être bénéfique pour la protection du patrimoine.

Christophe Jacobs conclut en s’interrogeant sur la nécessité d’élaborer une littérature sur les pratiques du sauvetage d’urgence, ce sur quoi il est complexe de se positionner… question de déontologie !

1 À ne pas confondre avec l’autre Bouclier Bleu, emblème la Convention de La Haye (1954) qui doit être apposé sur les sites et monuments à protéger en cas de conflit armé.

2 CCAAA : Co-ordinating Council of Audiovisual Archives Associations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.