Les mondes de la généalogie. Diffusions et transformations d’une pratique amateur à l’échelle transnationale

Jeudi 24 janvier 2019

13h30 : Accueil des participant.e.s

14h00 : Ouverture, par Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers, TEMOS, directeur du programme EnJeu[x].

14h15 : Introduction, par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique, Université d’Angers, TEMOS.

14h30-15h50 : conférence introductive, par François Weil, professeur associé à l’EHESS – De la démocratie généalogique en Amérique.

15h50-16h00 : Pause

16h00-17h30 : Séance 1 – Pratiques institutionnelles : des enjeux à l’échelle mondiale ?Présidée par Bruno Ricard, sous-directeur, Service interministériel des Archives de France.

Aliénor Samuel-Hervé (chargée de projets chez Geneanet) : L’indexation collaborative en contexte transnational, entre harmonisation et différenciation des publics généalogistes.

Élisabeth Verry (directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire) : Les relations des services d’archives avec la société généalogique de l’Utah. Un accélérateur de démocratisation ?

Sophie Boudarel (généalogiste professionnelle) : Du challenge AZ à RootsTech, une généalogie sans frontières.

17h30 : Généalogies angevines. Pratiques, fonctions et représentations du Moyen Âge à nos jours.Présentation de l’exposition en ligne réalisée par les étudiants de l’option Valorisation du patrimoine du master 2 Archives.

18h00 : Signature officielle de la création d’une antenne UNICEF Campus à l’Université d’Angers, par M. Christian Roblédo, Président de l’Université d’Angers, et M. Alain Legoux, Secrétaire général adjoint d’UNICEF France.

Vendredi 25 janvier 2019

8h30 : Accueil des participant.e.s

9h00-10h30 : Séance 2 – Faire et transmettre sa généalogie : statut et enjeux des connaissances. Présidée par Dominique Sagot-Duvauroux, directeur de la SFR Confluences.

Sandra Fontanaud (docteure en sociologie, CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne) : La production des ancêtres : une pratique culturelle comme les autres ?

Maylis Sposito-Tourier (docteure en socio-anthropologie, LaSA, Université de Bourgogne) : Des généalogies ordinaires à une théorie de la transmission.

Pascal Mulet (anthropologue postdoctorant, TEMOS, Université d’Angers, programme EnJeu[x]) :Enjeux de transmission : apprentissages de la généalogie aux enfants et aux jeunes en France.

10h30-10h45 : Pause

10h45-12h15 : Conférence, par Benoît de l’Estoile, directeur de recherche au CNRS, Centre Maurice Halbwachs, professeur d’anthropologie à l’École Normale Supérieure –Le goût du passé familial : pratiques de commémoration et appartenances.

12h30-14h00 : Déjeuner

14h00-15h30 : Séance 3 – Nouvelles pratiques de la généalogie et conceptions de la parenté. Présidée par Élisabeth Verry, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire.

Tiphaine Barthelemy (professeure d’anthropologie, CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne) : De la quête des ancêtres à celle des « cousins ». Transformations de la fabrique généalogique dans la bourgeoisie.

Anaïs Martin (doctorante en anthropologie, CNE, EHESS) : Histoires de centimorgans. Pratiques généalogiques d’adultes conçus par don de sperme en Angleterre.

Caroline-Isabelle Caron (professeure d’histoire, Université Queen’s, Kingston) : Conceptions communes sur l’identité, l’ascendance et le passé historique dans les pratiques généalogiques nord-américaines contemporaines.

15h30-15h45 : Pause

15h45-17h15 : Séance 4 – Les généalogistes et les institutions : pratiques, ressources, histoires. Présidée par Andrea Giorgi, professeur d’archivistique, Université de Trente.

Joffrey Liénart (doctorant en histoire, CIERL, Université Libre de Bruxelles) : Les associations nationales de généalogistes belges de l’après-guerre à 1970 : parcours d’institutions concurrentes sur la scène internationale.

Charly Jollivet (docteur en archivistique, TEMOS, Université d’Angers) : Quelles généalogies et quelles archives pour la généalogie aux Comores et à Mayotte ?

Virginie Wenglenski (École de bibliothéconomie et des sciences de l’information, Université de Montréal) : JRI POLAND ou l’archivistique généalogique juive virtuelle.

17h15 : Conclusion, par Patrice Marcilloux, professeur d’archivistique, TEMOS, Université d’Angers.

Organisation :

Nathalie BRANCHU, gestionnaire du laboratoire TEMOS

Blandine CHARRIER, coordinatrice du programme EnJeu[x]

Bénédicte GRAILLES, maîtresse de conférences en archivistique, TEMOS, UA

Patrice MARCILLOUX, professeur d’archivistique, TEMOS, UA

Pascal MULET, postdoctorant en anthropologie, programme EnJeu[x], TEMOS, UA

Éléonore VADANS, chargée de communication du programme EnJeu[x]
http://enfance-jeunesse.fr/

Comité scientifique :

Claudine COMBIER, maîtresse de conférences en psychologie clinique, Université d’Angers

Yves DENÉCHÈRE, professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers, directeur de TEMOS (Temps, mondes, sociétés, FRE CNRS 2015), directeur du programme EnJeu[x]

Hamidou DIA, chargé de recherche, Institut de Recherche pour le Développement

Andrea GIORGI, professeur d’archivistique, Université de Trente

Yvon LEMAY, professeur d’archivistique, Université de Montréal

Benoît DE L’ESTOILE, directeur de recherches, CNRS

Marie LEZOWSKI, maîtresse de conférences en histoire moderne, Université d’Angers

Bruno RICARD, sous-directeur, Service interministériel des Archives de France

Sylvie SAGNES, chargée de recherches, CNRS

Élisabeth VERRY, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire

Informations pratiques :

Pour vous rendre à la Maison de la recherche Germaine Tillion :

Bus n° 1, direction Belle-Beille, arrêt IUT

Bus n°4, direction Beaucouzé-L’Atoll / Haute Roche, arrêt Lakanal

Renseignements : nathalie.branchu@univ-angers.fr

Consulter l’appel à communications.


3 réflexions sur « Les mondes de la généalogie. Diffusions et transformations d’une pratique amateur à l’échelle transnationale »

  1. Il y a un peu plus de deux ans l’ai créé un blog « mes ancêtres angevins ». Je suis angevine et suis très attachée à cette région. Je le tiens comme un journal pour que mes enfants et petits enfants connaissent leur histoire et j’espère l’a transmettent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.