Alma au forum des archivistes

Du 2 au 5 avril 2019, le troisième forum des archivistes organisé par l’Association des archivistes français s’est tenu à Saint-Étienne sur le thème de la transparence. Le laboratoire Temos était particulièrement bien représenté avec cinq communications.

Margot Georges, doctorante, et Damien Hamard, docteur en archivistique, ont présenté les résultats d’un travail collectif réalisé avec Magalie Moysan, doctorante, Charly Jollivet, docteur, et Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique, sous l’égide d’AsgrAlma, autour des freins à l’accès aux archives, entre contraintes métier et régulations sociales où ils interrogeaient le rôle social de l’archiviste. L’archiviste est soumis à un certain nombre de contraintes autres que juridiques – techniques, hiérarchiques, politiques, financières -, conditionné par sa formation, porteur d’engagements personnels et éthiques, inséré dans des réseaux de sociabilité divers, sensible aux revendications sociétales. Quant aux services d’archives, ce sont des espaces physiques et sociaux en tant que tels. Comment les archivistes mettent-ils en œuvre la responsabilité de communication ? Quels sont les choix effectués ? Comment sont-ils justifiés et comment s’articulent-ils avec les attentes plus ou moins explicites de la société ?

Séance L’archiviste se dévoile avec notamment Margot Georges et Damien Hamard (à droite)

Cette interrogation sur la responsabilité des services d’archives était aussi au centre des communications proposées par Bénédicte Grailles et Charly Jollivet. La première s’intéressait aux archives féministes et LGBTQI+. Après une synthèse des spécificités des archives féministes et LGBTQI+, elle interrogeait la position et les partis pris des archivistes professionnels à l’aune de demandes sociales spécifiques, mais aussi les malentendus existants, pour réfléchir aux conséquences sur leur cadre référentiel et leurs pratiques. La prise en compte de la singularité de ces archives et des besoins qui leur sont associés permet de poser un regard neuf sur les théories et pratiques d’évaluation et de sélection des fonds, sur les périmètres des objets à archiver et le sens à donner au mot « document », sur la mise en œuvre de la protection de la vie privée lors de la communication, sur les outils à développer pour faciliter l’auto-archivage et sur l’initiation de collectes orales d’un genre nouveau qu’elle souhaiterait appeler des « documents performés », c’est-à-dire des documents accompagnés de récits ou d’impressions commentées ou des commentaires ou récits suscités par un document.


Dessin de Julie Blaquié, illustratrice, pour l’Association des archivistes français – CC BY-ND 3.0 FR

Charly Jollivet s’est penché, quant à lui, sur les modalités du partage des archives au moment de la décolonisation avec une communication intitulée Quand la transparence n’était pas à l’ordre du jour : l’opacité du rapatriement des archives coloniales. Si la répartition des archives coloniales a très peu été questionnée par les archivistes français qui semblent la considérer comme normale et acquise et portent un discours qui vient même souvent la justifier, Charly Jollivet, à partir du cas des archives des Comores et de Madagascar précisément analysé et décortiqué, a montré que par des actions décidées le plus souvent unilatéralement, la France s’est appropriée une partie des traces de sa présence en Afrique. En contrôlant l’accès aux archives, elle bénéficie alors de facto, par la combinaison de facteurs archivistiques (délais de traitement, mise en service d’inventaires) et réglementaires (communicabilité des fonds), d’un pouvoir d’orienter la recherche. La maîtrise des archives et d’une partie de la mémoire contribuent alors à ce que subsiste une forme de domination coloniale.

Séance sur les archives coloniales avec Charly Jollivet (à droite)

Enfin, Adelaïde Laloux, doctorante du programme EnJeux travaillant sur les dossiers d’enfant notamment ceux établis dans le cadre de la protection de l’enfance, a proposé le concept de « communauté d’ego-consultants » dans la lignée de la notion « d’ego-archives » développée par Patrice Marcilloux. Elle l’entend comme un système au sein duquel les usagers partagent un vécu similaire, lequel a engendré la création d’archives les concernant. Ils sont liés par une fragilité commune qui les amène, à travers la consultation, à des pratiques identitaires comparables. Une volonté d’entraide s’organise face au monde des archives : les usagers se regroupent, par le biais d’internet ou d’associations, pour se questionner et avancer ensemble dans leurs démarches. Ce système permet alors d’envisager la lecture du dossier, à l’encontre des représentations spontanées, comme un acte social et non comme une activité purement individuelle. Ce faisant, la communauté optimise la puissance de réparation des archives. Ainsi, la volonté de pouvoir modifier eux-mêmes le contenu du dossier permet aux usagers d’investir et de mettre en évidence la puissance symbolique et identitaire des archives. Finalement, au-delà d’une valeur historique ou administrative, la valeur personnelle se trouve au centre de l’attention. C’est pourquoi de nouvelles logiques d’usage se dégagent et sont à prendre en considération dans le déroulement du traitement archivistique. La question du rôle de l’archiviste se pose. La liberté que prend l’État d’intervenir dans la vie familiale des personnes concernées induit une obligation certaine de rendre les briques d’une histoire personnelle complexe aussi compréhensible et transparente que possible pour l’usager, tout en sachant le protéger.

Intervention d’Adelaïde Laloux

Une réflexion sur « Alma au forum des archivistes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.