Les féministes et leurs archives. PRIX VALÉRIE-POINSOTTE 2019

Un mémoire de Marie Gauthier

Le prix Valérie-Poinsotte 2019 catégorie archives a été décerné à Marie Gauthier pour son mémoire intitulé Les féministes et leurs archives : transmissions mémorielles, réseaux et pratiques de collecte (86 p. et 65 p d’annexes) à l’occasion de la XVIIe journée d’archivistique d’Angers.

Yves Denéchère, Marie Gauthier (prix Valérie-Poinsotte catégorie Archives) et Ludivine Blondelle
(prix Valérie-Poinsotte catégorie Bibliothèques)

Le jury, présidé par Yves Denéchère, directeur de Temps, mondes, sociétés Temos et professeur d’histoire contemporaine, était composé de Fabienne Queyroux, directrice-adjointe de la BNF-bibliothèque de l’Arsenal, Carole Avignon, directrice du département d’histoire, Adelaïde Laloux, doctorante en archivistique, François Gasnault, conservateur général du patrimoine et institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain équipe Lahic.

Le mémoire s’intéresse aux archives des mouvements féministes et à la façon dont elles sont aujourd’hui traitées par divers types de services d’archives. La première partie retrace leur histoire et s’attache à mettre en lumière les enjeux, qu’ils soient d’ordre mémoriel ou archivistiques. Ces archives sont dispersées dans différents types de structures. Elles ont encore aujourd’hui une place à part dans le paysage archivistique français. Quelles pratiques de collecte et quels réseaux se mettent en place autour de ces archive ? Il s’agit ici de questionner d’une part l’aspect communautaire, et d’autre part, d’interroger le rapport particulier qui continue de se construire en France entre le monde universitaire et les archives féministes. Pour étudier ces points de manière plus approfondie, ce travail comprend une étude de cas sur l’association Archives du féminisme, créée à Angers en 2000, et qui oeuvre pour la préservation et la valorisation des sources de l’histoire du féminisme. Marie Gauthier cherche à analyser finement l’action de cette association qui a vocation à préserver des archives personnelles et associatives de mouvements féministes et féminins, en s’appuyant sur les vingt ans d’archives de l’association qui lui ont été entièrement ouverts et des sources imprimées et orales . Elle montre l’importance de deux légitimités, la légitimité militante et la légitimité universitaire. Une des difficultés qui se pose aujourd’hui est l’actualisation de ces réseaux entre son réseau originel, plutôt rejoint par la seconde vague, et une nouvelle vague très labile et éclatée. Ces nouvelles générations de militantes développent une certaine méfiance vis à vis de l’institutionnalisation en cours des archives féministes d’où des risques de rupture de transmission.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.