Bibliothécaires, déontologie et éthique : pourquoi ?  par Martine Itier-Cœur

Par Vasilisa Panasenko

Association des bibliothécaires de France

Martine Itier-Cœur a eu une carrière très active au sein de la bibliothèque et médiathèque de la Ville de Toulouse. Elle est membre du comité d’éthique de l’Association des bibliothécaires de France (ABF). C’est forte de cette expérience qu’elle a pris la parole lors de la XVIe journée d’archivistique d’Angers.

Martine Itier-Cœur a retracé l’historique de deux outils dont les bibliothécaires se sont dotés : le Code de déontologie (2003) et le comité d’éthique associatif (2010). En 1995, à l’occasion de l’élection de maires Front national, les bibliothécaires ont collectivement pris conscience de l’intérêt de pouvoir s’appuyer sur ce type d’outils. À Orange notamment, le maire Jaques Bompart fait procéder à un recensement des contes présents en littérature jeunesse par catégorie (contes africains, asiatiques, européens) avant d’instaurer un contrôle des acquisitions. Les bibliothèques subissent des ingérences politiques et sont instrumentalisées. Sous couvert de « rééquilibrage », s’opèrent censure et propagande. Devant ces attaques contre la culture, le ministère réagit et l’inspection générale des bibliothèques produit un rapport (rapport Denis Pallier) et organise la lutte1.

Cet épisode douloureux a amené les bibliothécaires à réfléchir sur leurs politiques d’acquisition et sur la manière de communiquer sur celles-ci. Comment expliquer clairement, être transparents en respectant la déontologie du métier ?

Si le Code de déontologie paraît en 2003, il ne résout pas toutes les questions. En particulier, que faire quand un collègue vous contacte pour dire sa souffrance au travail ? D’où l’idée de créer un comité d’éthique avec essentiellement des membres à la retraite qui ne sont plus assujettis au devoir de réserve.

Le bibliothécaire, comme l’archiviste, doit affirmer ses droits et connaître ses devoirs. Il lui appartient d’assurer le libre accès à l’information quelle que soit sa propre opinion, et aussi de mesurer l’impact de ses choix sur les populations concernées. Martine Itier-Cœur souligne un point très important : aujourd’hui, la profession n’est pas pluraliste.

La déontologie est-elle un mode d’emploi ou un effet de mode ? D’abord malheureusement une nécessité : jamais le Comité d’éthique n’a été autant interpellé que ces derniers mois.

1 Kibbee, Jo. « Aux armes citoyens ! ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2004, n° 6, p. 10-19.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.