Introduction à la XVIIe journée d’archivistique d’Angers par Aurore François

Par Oriane Arrata

Aurore François est professeure en méthodologies de l’histoire et en archivistique, et responsable des archives de l’Université catholique de Louvain. Il lui revenait la charge d’introduire la XVIIe journée d’archivistique d’Angers sur le phénomène de mondialisation appliqué à l’archivistique.

Dans les années 1940, l’anthropologue James Watson et son équipe de Stanford s’emparait d’un des symboles les plus forts de la mondialisation : le restaurant McDonald’s et son implantation en Asie (à Pékin, Taipei, Séoul, Tokyo, Hong kong). Au fil des observations, il apparut qu’un repas chez McDonald’s, saisi dans sa dimension totale, était loin d’être si standardisé, par l’insertion de certaines pratiques et par le sens que revêt le simple fait d’aller au fast-food, compris jusque dans sa dimension politique. J. Watson a mis en évidence les mécanismes de réappropriation, de traduction, du global au local, qui débouchent sur autant de contextes sociaux spécifiques.

Certes plus modestes, les enjeux économiques ne sont pas pour autant absents de la donne s’agissant d’archives et de mondialisation d’une discipline pourtant spontanément perçue comme relevant du national. On retrouve dans le programme de cette journée la même démarche que celle de cette équipe d’anthropologues de Stanford : questionner la mondialisation, autant que l’archiviste, dans toute leur complexité. Il semble bien qu’en questionnant l’archivistique, en ne la réduisant pas seulement à la seule démarche archivistique mais bien à des pratiques formelles et informelles, au prisme de la mondialisation, une question surgit par-delà les normes, les concepts, pratiques et les outils : celle du sens et de l’importance que ce sens soit partagé ou pas.

L’usage d’une même terminologie signifie-t-elle pour autant un sens partagé ? Si cette question est si fondamentale c’est notamment parce qu’elle n’est pas uniquement théorique et son impact n’est pas seulement conceptuel, il touche aux rôles et aux responsabilités des différents intervenants. Alors que les archives et des archivistes semblent ne plus connaître de frontières, existe-il encore des barrières linguistiques ? Cheminons-nous vers une terminologie commune et est-elle partagée ou encore désirée ? Parvient-elle à rendre compte des particularités de certaines de nos pratiques, si ancrées, tout en permettant les échanges ? Et, quand bien même nous cheminerions vers un vocabulaire commun, est-il à même de rendre compte des réalités nouvelles induites par la mondialisation ?

Il faut également s’attarder sur le sens de nos pratiques : l’usage des mêmes normes, l’utilisation des mêmes outils, la réalisation des même gestes et pratiques, signifient-ils pour autant que nous donnons tous le même sens à ce que nous faisons ? Ces pratiques ont été harmonisées dans les dernières décennies, les descriptions organisées en champs rigoureusement standardisés en vue de faciliter les échanges des informations descriptives notamment via le numérique. La construction de ces pratiques harmonisées n’est qu’un versant de la problématique, solidaire d’un autre : celui de leur diffusion et de leur adoption par une communauté d’archivistes plus large que celle qui les a élaborées au départ (ou venant d’univers professionnels plus éloignés). Les pratiques archivistiques agencées en système transnational sont-elles un agent d’homogénéisation culturel ou un agent de diversité culturelle flexible dont les acteurs globaux sont capables de prendre en charge les différences locales ? D’un autre côté, l’adhésion aux normes internationales, l’adoption de pratiques revêtent-elles encore un processus volontaire quand elles sont à ce point répandues, à ce point associées à l’identité même des professionnels ? L’harmonisation des pratiques archivistiques connaît-elle des laissés-pour-compte ? L’adoption des référentiels internationaux permet-elle encore l’épanouissement d’une certaine créativité qui ne soit pas seulement de l’ordre de la micro-résistance ou cette créativité viendra-t-elle des marges ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.