Universalité des archives, universalité de l’archivistique ? Les archives à l’aune des demandes sociétales contemporaines par Didier Devriese

Historien de formation, Didier Devriese est directeur des Archives de l’Université Libre de Bruxelles. Ses travaux portent sur l’histoire des méthodes et la théorie de l’archivistique, d’où cette communication dans le cadre de la XVIIe journée d’archivistique d’Angers interrogeant la prétendue universalité des archives via la focale des demandes sociales.

L’archivistique revêtirait en effet une certaine universalité car sous-tendue par des besoins a priori constants. Pourtant le rapport à l’archive est variable selon les environnements et les priorités sociétales. La notion d’archivistique globale pose la question du statut des archives et des producteurs aujourd’hui tout à la fois polymorphes voire insaisissables. Elle pose aussi la question d’une législation internationale qui en définirait les règles et le principe d’inaliénabilité. Au fond, cette archivistique mondiale ne serait-elle pas une sorte d’avatar fantasmagorique ?

L’institution archivistique est une construction complexe issue du mariage de l’histoire et du droit célébré par la nation. Les archives participent à la construction de l’État-Nation à l’aide d’un dispositif. Dans ce contexte, l’image de l’archiviste est celle d’un fonctionnaire qui sert un citoyen par l’intermédiaire de l’État, installé dans une position de neutralité. Les archives sont un objet qui fait trace du pouvoir. Le dispositif est constitué de dits (la théorie archivistique par exemple) et de non-dits (au rang desquels l’image que les archivistes ont d’eux-mêmes). Il s’adapte et se réajuste en permanence. Pour suivre Foucault, les archives sont un instrument de véridiction, un objet produit par la puissance publique et un organe ayant pour fonction d’institutionnaliser cette puissance publique. Dire ce qui est archives, c’est fabriquer l’objet.

Qu’est-ce que le numérique bouleverse dans ce tableau ? Est-ce toujours la puissance publique qui opère la véridiction des archives ? Par exemple, les communautés féministes, LGBT existent car elles sont capables de se dire et en partie parce qu’elles constituent une documentation, forgent leurs archives. Elles créent alors un instrument de véridiction. Aujourd’hui, qui d’autre fabrique les archives ? Les archives ne sont-elles pas devenues une concaténation d’objets documentaires dans une économie privée ? Car les Gafam sont les agents de production des outils techniques et des lieux de conservation de 75 % de la masse documentaire. Or ces phénomènes échappent complètement au processus de véridiction de l’archiviste. Une masse de documents incroyables est réaffectée à d’autres fins que les fins initiales et ne servent pas la conservation. Le temps de la production d’archives n’est plus le temps de l’usage des archives.

Quel rôle pour l’archiviste dans cette nouvelle configuration ? Il s’agit toujours de produire de l’archive mais il faut sortir de la neutralité. Ce rôle est donc éminemment politique.


Une réflexion sur « Universalité des archives, universalité de l’archivistique ? Les archives à l’aune des demandes sociétales contemporaines par Didier Devriese »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.