A mundo condito, la bibliothèque comme reflet du monde globalisé. Mythes et réalités des Alexandries contemporaines par Florence Alibert


Vue extérieure de la Bibliotheca Alexandrina (Egypte) par Hajor (discussion · contributions) — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=128215

Par Ambre Almanric

Florence Alibert est maîtresse de conférences en humanités numériques à l’université d’Angers et conservatrice des bibliothèques. Son intervention dans le cadre de la XVIIe journée d’archivistique d’Angers porte sur l’uniformisation des pratiques, apportée par la mondialisation, et la résurgence du mythe de la bibliothèque d’Alexandrie, bibliothèque du savoir universel, renouvelé par le numérique.

1. Standardisation à l’échelle monde

Si la mondialisation est un phénomène social nouveau, elle n’est pas à l’origine du mythe de la bibliothèque du savoir universel. Les pratiques (classement, indexation, catalogage, transmission, conservation) sont de fait déjà harmonisées pour faciliter le partage. De nombreuses bibliothèques à travers le monde (60%) utilisent la classification décimale universelle (CDU). L’existence de l’International Federation of Library Associations and institutions (IFLA) représente bien ces usages communs. La mondialisation peut être vertueuse : elle a permis la création du format MARC (MAchine-Readable Cataloging) puis UNIMARC1 qui facilite les échanges de données informatisées des catalogues entre les bibliothèques, par l’uniformisation des informations permettant l’identification des documents et la création de notices d’autorité. Le développement des outils informatiques et d’internet permet un réel partage mondial.

2. Documentation réelle

La mondialisation et l’apparition de bibliothèques numériques bouleversent les pratiques et les usages. Elles raniment le fantasme de la bibliothèque d’Alexandrie, le mythe d’une bibliothèque du savoir universel et cela transparaît dans le vocabulaire employé2. Toutefois, les possibilités de recherche se trouvent uniformisées par un marché en situation de monopole : quelques groupes privés qui vendent chèrement les accès à leurs bouquets numériques. Ces bibliothèques n’offrent alors plus une sélection de documents mais un accès plus ou moins complet (en fonction du budget dévolu) à ces bouquets. Impossible pour elles de se démarquer ou de développer une politique originale.

Il existe des tentatives de rébellions, telles le consortium Couperin, qui se sont toutes soldées par des échecs relatifs. Les dépôts en open access, tels que HAL, se développent mais ils ne représentent que 15 à 20 % de la production totale. Les bibliothèques numérisent leurs collections, devenant productrices, et doivent mutualiser leurs efforts pour faire face à l’hégémonie de groupes privés comme Google3 : Hathi Trust en est un exemple et est le seul à pouvoir concurrencer Google Books en nombre de documents. Notons cependant qu’il est en partenariat avec ce dernier.

3. Bibliothèque, monde en soi

Le numérique et internet renouvellent le mythe de la bibliothèque d’Alexandrie qui prend forme avec la Bibliotheca Alexandrina. Cette fondation est la « renaissance d’un symbole »4 car elle donne une réalité physique au mythe : les calligraphies du monde présentes sur les murs extérieurs, les noms des différents espaces faisant référence à l’antique bibliothèque, l’universalité visée puisque « chaque pays est invité à offrir à la bibliothèque un choix de sa production nationale »5, la présence de serveurs de sauvegarde de Internet Archives dans les locaux, tout cela donne à voir un nouvel humanisme à visée universelle, que représentent les humanités numériques.

1 Créé en 1977 et aujourd’hui format officiel d’échange de données en France. Transitions bibliographiques des catalogues vers le web de données, https://www.transition-bibliographique.fr/systemes-et-donnees/formats-unimarc/ consulté le 16 février 2019.

2 On pense ici par exemple au blog S.I.Lex et au pseudonyme choisi par son auteur Lionel Maurel « Callimaq » en référence à Callimaque de Cyrène.

3 JEANNENEY (Jean-Noël), Quand Google défie l’Europe, Fayard/Mille et une nuits, 2010

4TOCATLIAN (Jacques), BIBLIOTHECA ALEXANDRINA Une bibliothèque pour le troisième millénaire naît des cendres de l’Antiquité, http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1991-05-0384-001 consulté le 16 février 2019.

5 Ibidem.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.