Florence Alibert, Le livre et son double : Les Eragny Press (1894-1914) de Lucien Pissarro au prisme des humanités numériques

Le séminaire Alma poursuit son exploration des vies d’archivistes et de bibliothécaires, entre trajectoires personnelles, identités et représentations professionnelles. Florence Alibert, maîtresse de conférences en humanités numériques à l’université d’Angers, ouvre la première séance de cette année universitaire le vendredi 16 octobre 2020 avec une intervention consacrée à la figure de Lucien Pissarro.

Docteure en esthétique et en philosophie de l’art, Florence Alibert travaille sur l’esthétique du livre à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Dans son ouvrage Cathédrales de poche. William Morris et l’art du livre, elle interroge la naissance du mouvement des private press, qu’elle propose de traduire par « presses personnelles », bien que cette traduction reste discutée dans les cercles d’histoire du livre. Florissant en Angleterre à la fin du 19e siècle, ce mouvement dont William Morris est l’une des figures de proue, s’inscrit à contre-courant de l’industrie littéraire et vise à créer des livres d’une qualité esthétique supérieure, en édition limitée et pour le plaisir d’un cercle restreint. Si la plupart des entreprises d’édition ainsi créées sont financièrement viables, elles cherchent à s’affranchir d’objectifs commerciaux trop clairs et revendiquent des choix esthétiques affirmés et facilement identifiables, alliés à un esprit de liberté et de revendications sociales.

L’intervenante souligne qu’en France, l’existence de mouvements esthétiques puissants ne permet pas l’émergence de ces presses personnelles, à l’exception d’une figure notable, celle de Lucien Pissarro, créateur des « Eragny Press ». Fils du peintre Camille Pissarro, Lucien est d’abord graphiste, puis peintre. Envoyé à Londres à 20 ans, il s’intéresse rapidement aux arts graphiques britanniques. Ne trouvant pas d’éditeur dans l’hexagone, il s’installe en Angleterre où il cosigne un manifeste sur l’art du livre avec l’artiste et collectionneur d’art Charles Ricketts1, puis fonde la maison d’édition Eragny Press avec son épouse, Esther Pissarro, traçant ainsi une voie esthétique originale.

Portrait de Lucien Pissarro (Stern Pissarro Gallery)

Florence Alibert dresse un portrait complet de la figure de Lucien Pissarro, dont l’œuvre éditoriale modeste (32 titres de petit ou moyen format) reste méconnue. Elle s’attache à démontrer l’intérêt de cette œuvre, à la confluence des mouvements français et britanniques, originale, énigmatique et dont les tâtonnements illustrent la réflexion esthétique. Elle évoque l’influence du père, figure tutélaire imposante, avec lequel Lucien Pissarro entretient une correspondance nourrie. Conseiller attentif, le peintre apporte son concours à son fils et lui ouvre ses réseaux pour faciliter la diffusion des ouvrages. L’intervenante rappelle enfin le rôle central d’Esther Pissarro dans cette entreprise originale qui est l’œuvre d’un couple.

Florence Alibert clôture sa communication en soulignant le potentiel de valorisation de l’œuvre de Lucien Pissarro, majoritairement conservée au sein de l’Ashmolean Museum d’Oxford, et à laquelle les humanités numériques pourraient apporter une meilleure visibilité en France, ainsi qu’un nouvel éclairage.

  1. Charles Ricketts, Lucien Pissarro, De la typographie et de l’harmonie de la page imprimée. William Morris et son influence sur les arts et métiers, Paris, Floury, 1898 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.