Damien Hamard : réguler, légitimer, s’affirmer. L’Association des archivistes français au cœur des réseaux professionnels en France

Damien Hamard est directeur-adjoint de la Bibliothèque et des archives de l’Université d’Angers. Docteur en archivistique, il présente  l’ouvrage issu de sa thèse Des paléographes aux archivistiques, l’Association des archivistes français au cœur des réseaux professionnels (1970-2010) lors de la séance du séminaire Alma du 8 janvier 2021.

Damien Hamard commence par caractériser la période du point de vue des archivistes et de l’Association des archivistes français (AAF). Il dresse le portrait d’une profession uniforme en 1970, qui correspond à un système archivistique français traditionnel, composé d’une seule voie de formation (l’Ecole nationale des chartes) et d’une association : l’AAF.  Des évolutions sont tout de même perceptibles dès cette période : évolutions de la société – entre transparence et secret –, effervescence technologique avec les premières réflexions autour de l’usage de l’informatique et émergence d’un dispositif législatif caractérisé par la loi de 1979. La décentralisation opérée au début des années 1980 conduit à une extension du périmètre de la « fonction archives », et donc à la création de nouveaux services d’archives et de formations universitaires répondant aux besoins de nouveaux professionnels. Apparaît alors une double dichotomie dans la profession, entre vision gestionnaire et vision patrimoniale du métier, aide à la gouvernance et missions culturelles, posant la question du mandat de la profession.

Quelle place l’AAF a-t-elle occupé dans la construction de ce mandat ? Damien Hamard reprend la distinction conceptuelle proposée par le sociologue américain Everett Hughes entre la licence qui permet à une profession de se définir et lui donne le droit exclusif d’accomplir certaines tâches et le mandat qui est ce que revendiquent les professionnels qui disposent d’une licence.

Couverture de l’ouvrage publié aux Presses universitaires de Rennes

L’AAF apparaît comme une association dynamique, dont le nombre d’adhérents ne cesse de croître avec l’arrivée de professionnels issus de formations universitaires, bien qu’on observe une sur-représentation des archivistes paléographes dans les élus sur la période étudiée. Organisée en sections qui recoupent l’organisation administrative, l’association adopte une approche structurelle, ajoutant des commissions transversales sans jamais supprimer de sections. Ouverte à l’arrivée de nouveaux professionnels, elle se pose la question de l’inclusion des archivistes hospitaliers dès les années 1970, accueille le réseau Aurore (Archives des universités, rectorats, organismes de recherche et mouvements étudiants) en 2006 et se rapproche du collectif d’étudiants et anciens étudiants A4, A5 puis A8 à la même période. Signe d’une ouverture croissante, le parrainage nécessaire à l’adhésion est supprimé en 2010.

Damien Hamard caractérise l’AAF comme une communauté unitaire, corporatiste (bien qu’elle s’ouvre progressivement), générique et fédérale. L’association dispose de plusieurs outils qui contribuent à forger sa légitimité, au premier rang desquels La Gazette des archives, créée en 1933. Mais son influence s’exerce également par les activités de formation, qui illustrent l’ambivalence des relations entre l’association et la Direction des archives de France (DAF). Lancée en 1984 et véritablement développée dans les années 1990, cette activité est tour à tour perçue comme une concurrence et une complémentarité.

Jusqu’en 1979, il existe une véritable union entre la DAF et l’AAF, les deux organes étant composés d’archivistes paléographes. A partir de 1979, l’AAF revendique une volonté de collaboration franche et libre, se livrant chaque année à un état de la situation des archives en France. Et à la fin des années 1980, elle parvient à une réelle indépendance, facilitée par l’arrivée des directeurs non chartistes Philippe Bélaval et Martine de Boisdeffre à la tête des Archives de France.

Damien Hamard conclut en soulignant que sur la période, l’action de l’AAF est centrée sur la licence, davantage que sur le mandat, soucieuse qu’elle est de représenter la diversité des contextes d’exercice du métier. A ce titre, l’AAF s’inscrit dans un modèle de communauté unitaire qui perdure encore aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.