Les archives orales à l’épreuve de l’histoire des contestations étudiantes des “années 1968” : éléments pour une archivistique de la mémoire

Par Jean-Philippe Legois, doctorant en archivistique

La mémoire, les mémoires deviennent objet de recherche, sujet de thèses (Sophie Gebeil, Jean Hentzgen, Sébastien Ledoux, Philippe Mezzasalma, David Michon, Charlotte Moge, Martin Mourre, Simon Perego, Benjamin Tremblay, pour ne prendre que quelques-unes des thèses d’histoire contemporaine des 6 dernières années), de séminaires (signalons notamment le séminaire « Approches contemporaines de la mémoire » du Rize, de revues (Mémoires, Mémoires en jeu, Conserveries mémorielles), voire de champs de recherche (Memory studies). La déclaration universelle sur les archives du Conseil international des archives, adoptée en 2011 par l’UNESCO, définit les archives par leur contribution « à la constitution et à la sauvegarde de la mémoire individuelle et collective ». La thèse que je prépare sur « les archives orales à l’épreuve de l’histoire des contestations étudiantes des “années 1968” », menée sous la direction de Patrice Marcilloux, vise à contribuer à son étude sous l’angle archivistique, à travers le cas et des cas d’archives orales dans le prolongement du dernier ouvrage de Florence Descamps « Archiver la mémoire ».

Le 11 juin 2021, Martine Sin Blima-Barru, responsable du Département de l’archivage électronique et des archives audiovisuelles aux Archives nationales, est intervenue à la fin de la « journée-atelier » du Comité d’histoire du ministère de l’Education nationale (CHMEN) « “Paroles d’acteurs” de l’Education nationale. Finalités et modalités de la relance d’une collecte d’archives orales (1988 à nos jours) » . Avant les conclusions de Florence Descamps, maître de conférences à l’EPHE, et de Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon et président du CHMEN, M. Sin Blima-Barru commence ainsi son propos : « Que représentent les archives orales pour les archivistes ? ».

C’est une des questions qui taraudent ma recherche doctorale. Reformulée d’un point de vue plus général, une des questions centrales de ce travail est de discuter l’hypothèse des archives orales, archives comme les autres, et de l’étayer y compris sur le plan archivistique.

Une d’Action (Coll. Cité des mémoires étudiantes) : « on a pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789 », (Michel de Certeau, La prise de parole, 1968)

Souvent qualifiées de « provoquées », ces archives orales sont co-construites par les enquêteurs et les enquêtés ou, plus exactement, par les témoins et les témoignaires. La place, le rôle, les gestes et postures de l’archiviste oral·e sont à questionner comme le rôle social de tout·e archiviste. Le débat entre archives orales et histoire orale est à rediscuter, y compris dans la spécificité de son histoire en France ; par exemple, à travers le numéro spécial des Annales (1980) et le rapport de Georgette Elgey pour le Conseil économique et social (2001).

Au-delà de ces considérations générales, il s’agit, dans cette recherche, de reconstituer les contextes de production et les « régime(s) de mémorialité » (concept remobilisé à partir des travaux de Florence Descamps) de différentes campagnes de collecte de témoignages oraux portant pleinement ou partiellement sur les contestations étudiantes des années 1968, en France et à l’étranger. Nous analysons plusieurs campagnes menées dans deux régimes de mémorialité bien distincts, celui des 20 ans de mai-juin 1968 et des 40-50 ans.

La typologie comparative dégagée de cette cartographie et archéologie permet de développer l’analyse réflexive critique de la campagne spécifique menée par la Cité des mémoires étudiantes (et ses préfigurations) depuis une vingtaine d’années. Cette étude de cas vise à caractériser les apports des archives orales au cas historiographique concret des années 68 étudiantes à travers trois configurations géographiques de ce que nous appelons les cercles concentriques mémoriels estudiantins (Reims, Sorbonne, Nanterre).

Enfin, dans une logique de recherche-action, dans ce ressort-périmètre des mémoires collectives étudiantes, il s’agit également de revoir et élargir encore le records continuum (Frank Upward / Yvon Lemay et Anne Klein) en s’intéressant aux actes de la pratique archivistique (collecte, description, valorisation) et en dégageant les cinétiques (ressorts-dynamiques) de ce travail archivistique de mémoire. Ce volet recherche-action doit aboutir à des préconisations et « bonnes pratiques ».

Exemple d’expérimentation de mise en ligne de témoignages avec Sonal dans mon carnet de recherche

Ainsi, un retour d’expérience réflexif et critique devrait permettre d’asseoir davantage « le rôle et le statut des archives orales », plus de vingt ans après le rapport de Georgette Elgey.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.